mardi, 11 septembre 2018 00:19

Abdul Rahman Moustafa s’entretient avec l'Envoyé français pour discuter de la situation à Idleb et de l'évolution du processus politique

(10 sept) : Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, s'est entretenu avec l'Envoyé français pour la Syrie François Sénémaud. Ils ont discuté de la violente campagne de bombardements lancée par le régime d'Assad et les forces russes sur les civils à Idleb. Les deux parties ont également discuté des derniers développements politiques, notamment la reprise des pourparlers de Genève sous l'égide de l'ONU.
M. Moustafa a précisé que la Russie bombarde les civils, les hôpitaux et les centres de services, tout en délaissant les zones sous le contrôle de l'Etat Islamique et d'Al Qaïda. Le régime d'Assad et la Russie poursuivent cette stratégie dès le départ avec le but de renforcer le terrorisme et d'écraser la Révolution syrienne.
Il n'y a pas d'autre Idleb pour les civils. Les précédentes opérations militaires lancées par le régime d'Assad et la Russie ont déplacé de force des millions de civils d'Alep, de la Ghouta Est, de Darayya, de Homs, de Qalmoun et de Deraa. Les Russes cherchent maintenant à faire la même chose, mais Idleb est différente des autres régions car elle abrite plus de trois millions de personnes.
Nous avons été les premières victimes du terrorisme. Le terrorisme ne doit pas servir de prétexte pour tuer des civils et modifier le paysage démographique en Syrie, a déclaré M. Moustafa, appelant la France à prendre des mesures adéquates pour protéger les civils à Idleb et empêcher toute opération militaire contre les civils dans la province.
Nous examinons avec sérieux les menaces lancées par le régime d'Assad, la Russie et l'Iran. La colère existe toujours. Si les bombardements se poursuivent, cela entraînera une catastrophe sans précédent.
En ce qui concerne le processus politique et les négociations, M. Moustafa a souligné que le processus doit être complet et ne pas se limiter au processus constitutionnel. Moscou suit cette ligne dans le but de réhabiliter le régime d'Assad et d'empêcher une transition politique complète en Syrie, conformément au Communiqué de Genève de 2012 et à la Résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.
Nous restons engagés dans une solution politique basée sur le Communiqué de Genève de 2012 et la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies. Cependant, le régime d'Assad poursuit une solution militaire sanglante avec le soutien de la Russie et de l'Iran dans le but de reprendre le contrôle de l'ensemble du territoire syrien.
Nous pensons qu'il n'y aura pas de solution sans un accord politique parrainé par l'ONU. Le retour des réfugiés doit faire partie intégrante de la solution politique.
M. Moustafa a souligné que le régime d'Assad refuse toujours de libérer les détenus, citant des informations faisant état de nouvelles arrestations de civils par le régime d'Assad. Le régime d'Assad a récemment commencé à publier des «listes de décès» contenant les noms de milliers de détenus morts sous la torture dans ses prisons.
Pour sa part, M. Sénémaud a déclaré que la France ne voit pas dans la Syrie les conditions pour la création d'un environnement sûr et neutre. Il a réaffirmé la position de son pays de ne pas contribuer aux efforts de reconstruction ou au retour des réfugiés sauf de véritables progrès dans le processus politique. La France a déjà informé les Russes et l'Union européenne de cette position.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Abdul Rahman Moustafa s’entretient avec l'Envoyé français pour discuter de la situation à Idleb et de l'évolution du processus politique