samedi, 10 février 2018 20:38

L'IHR : une intervention humanitaire urgente s'impose dans la Ghouta orientale

Le Groupe d'aide humanitaire internationale (IHR) a déclaré que jusqu'à 10 400 familles dans la Ghouta Est ont un besoin urgent d'une intervention humanitaire. Environ 12,6% de la population totale de la banlieue de Damas est affectée à tous les niveaux par l'intensification de la campagne de bombardements lancée par le régime d'Assad sur la Ghouta Est ces trois derniers mois.
L'ONG a déclaré que plus de 4100 familles vivent actuellement dans des caves sous-équipées avec une mauvaise hygiène, causant la propagation de nombreuses maladies, en particulier chez les enfants.
L'IHR a fait remarquer qu'au moins 206 civils ont été tués dans la Ghouta Est en janvier, dont 53 enfants et 35 femmes et deux volontaires de la Défense civile.
Le groupe d'aide a souligné que 150 personnes ont été tuées entre le 1er et le 10 janvier et 915 autres ont été blessées ; dont 227 enfants, 221 femmes et cinq secouristes. La violence dans la zone assiégée s'est intensifiée pour atteindre des «niveaux effrayants» ces dernières semaines.
Depuis le début de l'année 2018, des sources médicales ont signalé l'utilisation de chlore gazeux dans la ville de Douma, causant l'asphyxie de plus de 27 personnes, principalement des enfants et des femmes.
Selon l'ONG, des responsables de l'éducation ont indiqué que la campagne de bombardements sur la Ghouta Est a partiellement endommagé 34 écoles et en a complètement détruit 11 autres. Les attaques aux barils ont tué 10 écoliers et enseignants et on fait 16 blessés.
Selon l'IHR, la dernière escalade militaire du régime Assad a conduit à la fermeture des 253 écoles de la Ghouta orientale. La décision de fermer les écoles a empêché environ 57 132 écoliers de passer leurs examens et a conduit à la suspension du travail d'environ 4866 enseignants.
Les besoins les plus urgents évalués par l'IRH comptent une réponse immédiate dans les domaines de la sécurité alimentaire, des abris et des besoins non alimentaires tels que des kits d'hygiène et des vêtements d'hiver pour des milliers de familles sans abri, leurs maisons ayant été détruites ou ayant été obligées de fuir les bombardements incessants. Le 1er février, Jan Egeland, Conseiller de l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, a appelé à une déclaration urgente pour une trêve humanitaire dans la Ghouta Est (banlieue de Damas), soulignant que la situation humanitaire se détériore davantage dans la zone tenue par les Révolutionnaires M. Egeland a indiqué que le plus récent convoi d'aide est arrivé le 28 novembre 2017 dans la ville d'Al Nashibiya et qu'il n'a touché que de 7200 personnes. Les agences de l'ONU n'ont pas été autorisées à effectuer des évacuations médicales depuis la fin de décembre.
Le Secours humanitaire international a appelé tous les acteurs internationaux et les donateurs à traiter plus sérieusement la situation humanitaire catastrophique dans la Ghouta orientale. L'intensification récente de la violence dans la région a encore aggravé les souffrances d'environ 360 000 personnes prises au piège dans la banlieue de Damas qui est soumise à un violent siège depuis près de cinq ans.

Home PRESSE Nouvelles locales L'IHR : une intervention humanitaire urgente s'impose dans la Ghouta orientale