jeudi, 09 août 2018 00:34

Le SNHR affirme que le régime d'Assad continue de cibler des centres civils vitaux

Le Réseau syrien pour les droits de l'Homme (SNHR) a enregistré pas moins de 21 attaques contre des centres civils vitaux en Syrie en juillet.
Dans un nouveau rapport publié mercredi, le Réseau a déclaré que le régime d'Assad est responsable de 52,38% de ces attaques, et les groupes militants radicaux et les forces de la coalition internationale anti-Etat Islamique de 4,76%. Le Réseau n'a pas réussi à identifier les responsables de 38,1% de ces attaques.
La Coalition Nationale Syrienne a déclaré que le ciblage systématique par le régime d'Assad de centres civils vitaux vise à accroître la pression sur la population et à forcer les civils à se rendre et à accepter des pseudos accords de réconciliation. Ces attaques s'ajoutent à la très longue liste de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité du régime d'Assad.
Selon le rapport, les attaques ont visé quatre infrastructures, six lieux de culte, quatre centres médicaux, quatre centres éducatifs, un bloc résidentiel, un camp de déplacés et un centre culturel.
On compte ainsi 474 attaques contre des centres civils vitaux en Syrie depuis début 2018. La majorité de ces attaques ont eu lieu en janvier et en février, avec 136 et 156 attaques. Les attaques ont coïncidé avec la campagne militaire à grande échelle du régime Assad contre la Ghouta orientale.
Le Réseau a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à forcer le régime d'Assad et ses alliés russe et iranien à se conformer à la Résolution 2139 et à au moins condamner le ciblage de centres vitaux indispensables à la survie des civils.
La SNHR a souligné la nécessité d'imposer un embargo complet sur les armes au régime d'Assad et d'élargir les sanctions imposées au régime d'Assad pour inclure l'Iran et la Russie. Il a également appelé à renvoyer la Syrie devant la Cour pénale internationale afin de juger les personnes impliquées dans le ciblage de civils.

Home PRESSE Nouvelles locales Le SNHR affirme que le régime d'Assad continue de cibler des centres civils vitaux