samedi, 12 mai 2018 22:46

Le SNHR fournit de nouvelles preuves de la responsabilité d'Assad dans l'attaque chimique du 07 avril sur Douma

Le Réseau syrien pour les droits de l'Homme (SNHR) a fourni de nouvelles preuves sur la responsabilité du régime d'Assad dans l'attaque chimique du 07 avril contre la ville de Douma (Ghouta Est). Le SNHR a publié un rapport contenant des photographies, des vidéos et des témoignages de survivants.
Un rapport publié vendredi par le SNHR a comparé les restes de munitions trouvées sur le site de l'attaque et celles appartenant au régime d'Assad. Les hélicoptères du régime d'Assad ont largué deux barils chargés aux gaz toxiques sur les parties Nord de la ville de Douma le 07 avril, avec 300 m d'écart entre les deux sites d'impact.
Selon le rapport du SNHR, 15 personnes ont présenté des symptômes d'asphyxie lors de la première attaque, et 41 civils ont été tués dans la seconde, dont 12 enfants et 15 femmes, et 550 autres ont souffert d'asphyxie.
La Coalition Nationale Syrienne a déclaré que l'utilisation d'armes chimiques par le régime d'Assad dans des dizaines d'attaques contre les civils n'a plus besoin de preuves, soulignant que ces attaques constituent des crimes de guerre.
Le rapport a noté que l'attaque du 07 avril contre Douma vise à faire pression sur les habitants de la ville pour les forcer à accepter les conditions russes et à évacuer la ville.
Le Réseau a souligné que l'attaque du 07 avril contre Douma défit de façon flagrante la Communauté Internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU, 72 heures après une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies pour discuter des attaques chimiques et de la Résolution 2118. L'attaque est également tombée avec le premier anniversaire des frappes de missiles américains sur la base aérienne de Shayrat à partir de laquelle l'attaque sarin sur la ville de Khan Sheikhoun le 07 avril 2017 a été lancée.
Le rapport a noté que les frappes de missiles américains sur la base aérienne de Shayrat n'ont pas réussi à dissuader le régime d'Assad de tuer davantage de civils aux gaz toxiques en lançant 13 attaques chimiques suite au massacre de Khan Sheikhoun. Nous avons récemment vu des frappes américano-franco-britanniques contre les installations d'armes chimiques du régime d'Assad. Mais combien d'autres armes chimiques enregistrerons nous après ces frappes ?, s'est interrogé le Réseau.
Le rapport a également déclaré que le régime d'Assad a effectué un total de 216 attaques aux armes chimiques en Syrie, tuant au moins 1461 civils, dont 185 enfants, 252 femmes, et en blessant au moins 7669 autres.
Le Réseau a déclaré que le régime d'Assad a, à plusieurs reprises, insulté la Communauté Internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU en violant la Résolution 2118. Le régime d'Assad a mené environ 183 attaques chimiques et 114 attentats après l'adoption de la Résolution 2209 du Conseil de sécurité des Nations Unies et près de 58 attentats après l'adoption de la Résolution 2235.
Concernent le rôle de la Russie dans l'attaque sur Douma le 07 avril, le rapport souligne que la Russie, Membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, a menti à plusieurs reprises pour nier que l'attaque a eu lieu, mettant en avant les déclarations russes contradictoires.
La Russie a tout d'abord nié l'attaque, affirmant que toutes les vidéos et photos de l'attaque sont fausses, pour ensuite reconnaître l'attaque et accuser les Révolutionnaires d'en être responsables.
Le régime d'Assad et la Russie cherchent à entraver les enquêtes sur l'attaque. Les troupes russes se sont rendues sur le lieu de l'attaque et ont trafiqué les preuves. La Russie a utilisé son droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU pour empêcher la mise en place d'un mécanisme de l'ONU pour attribuer la responsabilité de l'attaque.

Home PRESSE Nouvelles locales Le SNHR fournit de nouvelles preuves de la responsabilité d'Assad dans l'attaque chimique du 07 avril sur Douma