mardi, 10 octobre 2017 21:46

SNHR : Assad et la Russie sont responsables de la majorité des crimes en septembre

Les forces du régime d'Assad et ses alliés ne cessent de commettre des massacres en Syrie et cela malgré le cessez-le-feu.
Le Réseau syrien pour les droits de l'Homme (SNHR) a publié lundi un rapport sur les massacres qui ont eu lieu en septembre. Le rapport indique une forte augmentation des crimes commis par le régime d'Assad et les forces russes après une diminution sensible du nombre de ces crimes sur quatre mois.
Selon le rapport, les forces du régime sont responsables de 42% des massacres enregistrés par le Réseau en septembre. Les forces russes sont responsables d'environ 33% des massacres, et les forces de la coalition internationale anti-Etat Islamique (EI) de 23%.
Le Réseau a déclaré que 63% des massacres commis par le régime d'Assad et les forces russes ont eu lieu dans la province de Deir El Zor, alors que 50% des massacres commis par les forces de la coalition internationale ont eu lieu dans la province de Raqqa.
Le Réseau a enregistré 286 massacres en Syrie depuis le début de l'année 2017, dont 43 massacres en septembre 2017 – 18 ont été commis par les forces du régime, 14 par les forces russes et 10 par les forces de la coalition internationale.
Selon le Réseau, les massacres de septembre ont coûté la vie à 430 personnes, dont 139 enfants et 85 femmes. Les femmes et les enfants représentent 53% des victimes, chiffre que le Réseau qualifie de «très élevé». Ce chiffre indique que les attaques «visaient principalement la population civile».
Ces chiffres rendent impératif de désigner « groupes terroristes » les milices combattant aux côtés des forces du régime et responsables de nombreux massacres ; notamment les milices iraniennes, le Hezbollah libanais, les forces de Défense nationale et les troupes paramilitaires pro-Assad, également connues sous le nom Shabeeha.
Le Réseau a déclaré que la Russie, en tant que «garant» du régime d'Assad, ne doit pas permettre au régime de saboter les accords sur les «zones de désescalade», appelant la Russie à faire avancer la question des détenus en forçant le régime d'Assad à révéler le sort de plus de 76 000 personnes disparues de force. Le SNHR a également appelé à activer le principe de «protection des civils» approuvé par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2005.

Home PRESSE Nouvelles locales SNHR : Assad et la Russie sont responsables de la majorité des crimes en septembre