samedi, 11 février 2017 19:41

Amnesty International défie Bachar Al Assad d'ouvrir ses prisons aux observateurs internationaux

Amnesty International a défié Bachar Al Assad d'ouvrir ses prisons aux observateurs internationaux pour vérifier les conditions des détenus après que le dictateur syrien ait nié avoir exécuté 13 000 personnes entre 2011 et 2015 dans la prison de Syadnaya.
Rappelons qu'Amnesty International a, dans son rapport « Abattoir humain : pendaisons et extermination de masse à la prison de Saidnaya » publié lundi, dénoncé les condamnations à mort prononcées après de faux procès de moins de trois minutes, souvent sur la base d'aveux obtenus par la torture et commandés par des hauts fonctionnaires.
Le régime syrien a qualifié mercredi de « totalement faux » le rapport d'Amnesty International. Le Ministère de la Justice a indiqué que ce rapport était « totalement faux et destiné à ternir la réputation de la Syrie dans les instances internationales », selon l'Agence de presse officielle Sana
Philip Luther, Directeur pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty, a dénoncé les tentatives du régime syrien de discréditer les conclusions d'Amnesty International. Cependant, il reconnaît ne pas s'être rendu dans la prison militaire de Saydnaya et ne fournit aucune information sur la véritable situation là bas.
Il reconnaît que des exécutions ont lieu en Syrie, mais ne donne aucun détail sur le nombre effectué à Saydnaya ou n'importe où dans le pays. S'il n'a rien à cacher, il doit immédiatement accorder l'accès aux observateurs internationaux à Saydnaya et à tous les autres lieux de détention en Syrie. Il doit également révéler la vérité sur le nombre d'exécutions en cours, a-t-il ajouté.
La Russie, qui a également rejeté publiquement les conclusions du rapport, doit user de son influence auprès des autorités syriennes.
Le rapport d'Amnesty International sur les atrocités commises dans la prison de Saydnaya a suscité une forte réaction du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, qui a été horrifié par les points relatés dans le rapport.
La France a appelé la Communauté Internationale à prendre des mesures pour prévenir l'impunité de ces crimes. Le Secrétaire britannique aux Affaires étrangères Boris Johnson s'est dit affligé par les conclusions du rapport d'Amnesty, ajoutant que M. Assad, responsable de tant de morts, n'a pas d'avenir en tant que leader.

Home PRESSE Nouvelles politiques Amnesty International défie Bachar Al Assad d'ouvrir ses prisons aux observateurs internationaux