samedi, 12 août 2017 20:43

Carla Del Ponte accuse la Russie de bloquer toute solution en Syrie

Carla Del Ponte, ancienne membre de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie, a accusé la Russie de bloquer une solution en Syrie en utilisant de façon répétée son pouvoir de veto au Conseil de sécurité de l'ONU.
Dans une interview avec Hala Gorani de CNN jeudi, Mme Del Ponte a tenu le Conseil de sécurité de l'ONU en partie responsable de la tragédie continue en Syrie car il n'a pas encore exercé de pression sur Moscou.
Mme Del Ponte a regretté que les commissions et les organisations ne puissent exercer leurs fonctions en Syrie. Lorsque nous lisons les projets de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, ils ont tous l'air génial, a-t-elle déclaré. Mais en fait, la situation est différente et rien ne se passe.
La Russie, le plus fidèle allié du régime d'Assad, a déjà opposé son veto à six projets de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU visant à assurer la responsabilité des crimes de guerre en Syrie. Plus récemment, la Russie a opposé son veto à un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU exigeant que le régime d'Assad fournisse au Conseil des informations sur son activité militaire après l'attaque sarin du 04 avril sur la ville de Khan Sheikhoun.
L'ancienne procureure spécialiste du crime de guerre Carla Del Ponte a annoncé, dimanche 06 août, qu'elle allait bientôt quitter la Commission d'enquête des Nations Unies sur la Syrie, dont les travaux vont malgré tout se poursuivre.
«Je suis frustrée, j'abandonne! J'ai déjà écrit ma lettre de démission et vais l'envoyer dans les prochains jours», affirme-t-elle au journal suisse Blick donné depuis le festival du film de Locarno, dans le Tessin, sa région natale. «Je ne peux plus être dans cette Commission qui ne fait absolument rien», poursuit-elle, accusant les membres du Conseil de sécurité «de ne pas vouloir établir la justice».
En 2015, Mme Del Ponte a déclaré que la justice rattrapera Bachar Al Assad même s'il reste au pouvoir dans le cadre d'un règlement de paix négocié.
La Commission, présidée par le Brésilien Paulo Pinheiro, a demandé à de maintes reprises que le Conseil de sécurité saisisse la Cour pénale internationale dans le dossier syrien, mais la Russie, allié de Damas, s'y oppose. L'organe onusien, à l'origine de nombreux rapports, n'a d'ailleurs jamais été autorisé par Damas à se rendre en Syrie.
La démission annoncée de Carla Del Ponte a une résonance particulière quand on se souvient de son parcours. Et l'ancienne procureure des tribunaux internationaux n'hésite pas à affirmer, « des crimes aussi graves que ceux commis en Syrie, je n'en ai pas vu au Rwanda ni dans l'ex-Yougoslavie ».

Home PRESSE Nouvelles politiques Carla Del Ponte accuse la Russie de bloquer toute solution en Syrie