vendredi, 12 janvier 2018 20:04

HRW dénonce l’incapacité du CSNU à juger les auteurs d’attaques chimiques en Syrie

Human Rights Watch a de nouveau déploré l'utilisation d'armes chimiques dans les attaques en Syrie, dénonçant l'inaction de la Communauté Internationale.
Dans un communiqué publié mardi, HRW a déclaré que le Conseil de sécurité de l'ONU n'a pas réussi à faire des progrès significatifs dans la détermination des responsables des attaques chimiques en Syrie ou à les envoyer devant la Cour pénale internationale.
La Russie a utilisé son veto au Conseil de sécurité à 11 reprises pour protéger ses alliés à Damas de la condamnation, des sanctions ou du leur renvoi devant la Cour pénale internationale, a rappelé HRW.
En octobre, le Mécanisme d'enquête conjoint ONU-OIAC (JIM) a déclaré que le régime d'Assad est responsable de l'attaque au gaz sarin d'avril 2017 à Khan Sheikhoun, tuant des dizaines de civils et en blessant 400 autres, principalement des femmes et des enfants. Le Mécanisme a également accusé le régime d'avoir utilisé à plusieurs reprises des agents chimiques illégaux.
HRW a souligné que les membres de l'ONU doivent continuer à financer d'autres équipes d'enquête des Nations Unies chargées d'enquêter sur les crimes en Syrie et trouver les responsables des attaques chimiques.
Le Gouvernement russe doit changer de cap et soutenir le Conseil de sécurité de l'ONU pour que les responsables des attaques chimiques soient jugés.
Plus récemment, la Russie a opposé son veto au renouvellement d'une enquête conjointe de l'ONU et de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC), dont le travail consistait à identifier les coupables des attaques chimiques, a ajouté HRW.
La Coalition Nationale Syrienne a dénoncé l'honteuse incapacité du Conseil de sécurité de l'ONU à renouveler le travail du JIM, ajoutant que cela porte atteinte à la réputation des Nations Unies.

Home PRESSE Nouvelles politiques HRW dénonce l’incapacité du CSNU à juger les auteurs d’attaques chimiques en Syrie