jeudi, 16 mars 2017 18:46

Le Secrétaire Général de l’ONU : la paix en Syrie est un impératif « moral et politique »

Alors que la guerre en Syrie entre dans sa septième année, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a lancé mercredi deux appels urgents à toutes les parties au conflit.
M. Guterres a rappelé que depuis six ans, le peuple syrien « est victime de l'un des pires conflits de notre époque ». « La paix en Syrie est un impératif moral et politique à la fois pour le peuple syrien et pour le monde - un impératif qui ne peut pas attendre », a-t-il conclu.
« Tout d'abord, tirer le meilleur parti du cessez-le-feu du 30 décembre 2016 établi par les garants des réunions d'Astana, l'améliorer davantage et veiller à ce que l'aide humanitaire puisse atteindre tous ceux qui sont dans le besoin en Syrie sans obstacles et entraves », a dit le Chef de l'ONU dans une déclaration.
« Deuxièmement, tous ceux qui ont une influence sur les parties au conflit doivent s'efforcer de surmonter leurs différences et de travailler ensemble pour mettre fin au conflit », a ajouté le Secrétaire général. « C'est-à-dire contribuer à la réussite des négociations inter-syriennes à Genève sur la base du communiqué de Genève et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, y compris la Résolution 2254 (2015) », a-t-il précisé.
L'Organisation mondiale pour la santé (OMS) a pour sa part souligné dans un communiqué que l'accès aux services de santé pour la population civile syrienne s'est gravement détérioré au cours des six dernières années.
Selon l'organisation basée à Genève, plus de la moitié des hôpitaux publics et des centres de santé primaires du pays ont fermé ou ne fonctionnent que partiellement, près des deux tiers des travailleurs de la santé ont fui et beaucoup d'établissements de santé qui sont ouverts ne disposent pas d'eau potable, d'électricité et de fournitures médicales et chirurgicales suffisantes. L'accès aux services de santé toujours en activité est devenu un défi pour la plupart des personnes en Syrie, peu importe où elles vivent. En dépit du cessez-le-feu actuel, l'OMS et ses partenaires n'ont pas encore pu accéder régulièrement aux communautés dans les zones difficiles d'accès.
En outre, les dernières données indiquent qu'en 2016, plus de deux tiers des attaques sur les établissements de soins de santé dans le monde ont eu lieu en Syrie.
De nombreux obstacles à l'accès demeurent, y compris les menaces à la sécurité pour les travailleurs de la santé et la disponibilité des médicaments, des fournitures et du matériel. En ce triste anniversaire du début de la guerre en Syrie et avant que d'autres vies soient perdues, l'OMS appelle à un accès systématique et sans entraves à toutes les régions pour livrer des médicaments, des vaccins et des fournitures médicales qui sauvent des vies. En dépit des obstacles, l'OMS a continué de soutenir les services de santé avec des médicaments et des fournitures, par la formation du personnel sanitaire resté sur place, par l'intermédiaire d'équipes médicales et de cliniques mobiles et par le biais de programmes transfrontaliers et à travers les lignes de combats.

Home PRESSE Nouvelles politiques Le Secrétaire Général de l’ONU : la paix en Syrie est un impératif « moral et politique »