lundi, 12 février 2018 20:48

L’ONU: 230 civils tués dans les frappes aériennes russes et du régime d'Assad la semaine dernière

Le régime syrien a pilonné de nouveau dans la nuit de samedi à dimanche l'enclave révolutionnaire de la Ghouta orientale, une campagne aérienne qui a tué plus de 230 civils en cinq jours et révélé de nouveau au grand jour l'impuissance internationale face à la guerre en Syrie.
Depuis lundi 05 février, les bombardements sont intensifs et ont visé plusieurs localités de la vaste région proche de Damas et dans laquelle sont assiégés depuis 2013 au moins 400 000 habitants dans des conditions humanitaires dramatiques. Des milliers de familles ont dû se réfugier dans des abris de fortune. Médecins et secouristes sont débordés par l'afflux de victimes avec, chaque jour, des dizaines de morts et de blessés, dont des femmes et des enfants.
Malgré l'ampleur des violences, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont échoué jeudi à s'entendre sur une trêve humanitaire réclamée par les agences de l'ONU. Un projet de résolution réclamant l'instauration d'un cessez-le-feu de trente jours dans l'ensemble de la Syrie pour permettre la livraison urgente d'aide humanitaire est sur la table. Les tractations sur le texte - présenté par la Suède et le Koweït - devraient débuter lundi.
Les frappes aériennes russes et régime d'Assad sur les zones contrôlées par les Révolutionnaires ont tué 230 civils la semaine dernière dans les pires violences du conflit qui pourraient également constituer des crimes de guerre, a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme.
M. Hussein a déclaré samedi que son bureau a reçu des rapports et des vidéos sur l'utilisation possible « d'agents toxiques » le 04 février dans la ville Révolutionnaire de Saraqeb (province d'Idleb).
Après sept années de paralysie au Conseil de sécurité (de l'ONU), la situation en Syrie appelle à être référée à la Cour pénale internationale, ainsi qu'à un effort beaucoup plus concerté des Etats pour ramener la paix, a-t-il ajouté.
Salah Al Din Al Hamwi, Membre de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que le peuple syrien est déçu par l'incapacité du Conseil de sécurité des Nations Unies à convenir d'une trêve temporaire en Syrie, nécessaire pour mettre fin aux massacres et aux crimes commis par la Russie, l'Iran et le régime d'Assad. Ces crimes ont fortement augmenté suite à l'échec de la Conférence de Sotchi.
L'actuelle campagne de bombardements des forces russes et du régime d'Assad a tué plus de 500 civils et en a blessé mille autres la semaine dernière dans la Ghouta Est, semaine la plus meurtrière depuis 2015.

Home PRESSE Nouvelles politiques L’ONU: 230 civils tués dans les frappes aériennes russes et du régime d'Assad la semaine dernière