mercredi, 11 octobre 2017 19:35

L’ONU : 95 000 personnes ont été déplacées suite aux frappes aériennes sur Deir El Zor du 1er au 8 octobre

Les Nations Unies ont fait part de leur inquiétude concernant l'impact des combats et des frappes aériennes sur les civils et les infrastructures civiles dans le gouvernorat de Deir El Zor en Syrie. Ainsi, 95 000 personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons suite à l'intensification des combats et des bombardements sur la province.
Quelques 95 000 hommes, femmes et enfants auraient été déplacés dans 60 localités du gouvernorat, ainsi que dans les gouvernorats de Hassakeh, Raqqa et Alep, en raison des combats, a déclaré Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies.
S'exprimant devant des journalistes mardi, M. Dujarric a indiqué qu'environ 50 000 habitants de la ville d'Al Mayadeen et des régions avoisinantes n'ont pas accès aux services de santé suite à une série de frappes aériennes qui ont mis hors service tous les hôpitaux et points médicaux de la ville.
M. Dujarric a souligné que la Communauté Internationale reste préoccupée par la sécurité de plus d'un million de personnes dans la province de Deir El Zor, qui subit d'implacables raids aériens par les forces russes et de la coalition internationale anti-Etat Islamique (EI).
La Coalition Nationale Syrienne a fermement condamné les attaques contre les civils à Deir El Zor et dans le reste du pays. La Coalition a appelé les Nations Unies, le Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies et la Direction de la coalition internationale à assumer leurs responsabilités légales et morales et à protéger les civils innocents et non armés, soulignant la nécessité de trouver des mesures efficaces pour protéger et épargner les civils.

Home PRESSE Nouvelles politiques L’ONU : 95 000 personnes ont été déplacées suite aux frappes aériennes sur Deir El Zor du 1er au 8 octobre