30 novembre 2016 In Coalition News

(30 nov) : Les secouristes ont déclaré que, mercredi matin, 45 personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été tuées dans une attaque à l'artillerie des forces du régime sur une zone de logement pour les personnes déplacées dans Alep Est tenue par les Révolutionnaires.
La Défense civile a déclaré que des dizaines de personnes ont été blessées dans l'attaque à l'artillerie qui a frappé le quartier Jub Al Qubba.
Il s'agit de la deuxième fois que le quartier Jub Al Qubba (Alep Est) est frappé en deux jours. Un raid aérien a tué au moins 25 civils mardi. Des milliers d'habitants d'Alep Est ont fui la zone ; les forces du régime avançant sur les quartiers tenus par les Révolutionnaires.
Les images publiées par la Défense civile montrent des cadavres répandus sur une route pleine de débris dans le quartier tenu par les Révolutionnaires.
Abdul Ahad Steifo, Vice-président de la Coalition Nationale Syrienne, a appelé le Président américain Barack Obama à intervenir pour arrêter les massacres commis par le régime d'Assad et les forces russes. Bien qu'il soit dans les derniers jours de son mandat, nous sommes pleinement confiants en la capacité du Président Obama, en tant que Chef de la seule superpuissance du monde, à arrêter ces massacres s'il a la volonté de le faire.
L'assassinat mardi de dizaines de civils fuyant Alep Est par le régime d'Assad et les forces russes devrait inciter les Pays amis du peuple syrien ; en particulier les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ; à prendre des mesures pour arrêter cette méprisable et brutale agression contre le peuple syrien, a ajouté M. Steifo.
Une action est devenue absolument nécessaire, même si cela signifie que des mesures doivent être prises en dehors du Conseil de sécurité de l'ONU qui a été handicapé par l'utilisation répétée par la Russie de son veto. La Russie est un partenaire du régime d'Assad dans l'effusion du sang des civils syriens.
Les civils à Alep Est sont confrontés à une mort certaine à cause de l'assaut du régime et de la Russie. S'ils choisissent de rester dans les quartiers assiégés, ils seront bombardés par des avions russes, et s'ils s'enfuient vers des zones plus sûres, ils seront frappés par l'artillerie lourde du régime d'Assad. Cela rend impératif une action ferme des Pays amis du peuple syrien pour mettre un terme à ce bain de sang, a souligné M. Steifo.

30 novembre 2016 In Coalition News

(30 nov) : La Coalition Nationale Syrienne a appelé les Nations Unies, en tant que principal sponsor international du processus politique en Syrie, à prendre des mesures immédiates et décisives pour assurer la protection des civils à Alep. Des mesures doivent être prises pour mettre fin à l'attaque barbare sur les civils à Alep en obligeant le régime d'Assad à respecter les termes de l'accord de cessation des hostilités ; en assurant un accès humanitaire sans entrave et immédiat et une aide médicale à la ville ; en jugeant les responsables de ces crimes ; et en empêchant la répétition de telles violations flagrantes.
Dans une lettre envoyée par Anas Abdah, Président de la Coalition, à Ban Ki Moon, Secrétaire général de l'ONU, et à Fode Seck, Président du Conseil de sécurité de l'ONU, la Coalition rappelle la situation humanitaire désespérée à Alep alors que le régime et ses alliés poursuivent leur implacable bombardement aveugle d'Alep et sa campagne.
Tous les hôpitaux d'Alep ont été mis hors service, faisant des centaines de blessés par le bombardement aveugle. Les blessés ne disposent d'aucun moyen de soins.
Le régime d'Assad et ses alliés transforment les zones libérées de la ville d'Alep en un véritable cercueil ; les civils étant assiégés et les stocks alimentaires s'épuisant totalement.
Cette scandaleuse escalade militaire à Alep a tué plus de 670 personnes, avec 40% d'enfants ; a provoqué le déplacement de plus de 3000 familles ; a détruit 11 hôpitaux et centres médicaux ; et a utilisé quatre fois du chlore gazeux. Cela constitue un crime contre l'humanité et un crime de guerre s'ajoutant au long et sanglant registre de la barbarie du régime, ajoute M. Abdah.
De plus, cette escalade bafoue toutes les relations internationales, dont les Résolutions 2118 (2013) et 2235 (2015) relatives à l'utilisation d'armes aveugle en Syrie et les Résolutions 2254 (2015) et 2268 (2016) approuvant la cessation des hostilités et l'accord d'accès humanitaire.
Le régime d'Assad ne peut persister que dans cette criminalité puisqu'il jouit de l'impunité accordée par l'inaction internationale, sans parler du soutien actif de ses alliés, en particulier de la Russie.
En tant que pionnier des droits de l'Homme et de la paix et de la sécurité internationales dans le monde, l'ONU a la responsabilité de transformer les mots en actes, de protéger les civils à Alep et de s'assurer que la criminalité du régime contre son propre peuple ne restera pas sans conséquences.

30 novembre 2016 In Coalition News

(30 nov) : Le Secrétaire général de la Coalition Nationale Syrienne, a appelé l'Union Européenne à intervenir d'urgence pour sauver la vie des centaines de milliers de civils pris au piège dans Alep Est. Abdul Ilah Fahd a également appelé l'UE à jouer un rôle plus efficace et proportionné à sa position dans la Communauté Internationale.
Lors d'une réunion mercredi avec la Conseillère de l'UE pour les Affaires étrangères, Lara Scarpitta, M. Fahd a souligné les énormes souffrances des habitants d'Alep suite à l'assaut barbare du régime d'Assad et des forces russes sur la ville.
M. Fahd a rappelé la nécessité de protéger les civils de la brutalité du régime d'Assad et de la Russie, rappelant que l'arrêt du bombardement sur Alep et les autres régions à travers la Syrie est la priorité absolue de la Coalition.
Pour sa part, Mme Scarpitta a souligné la nécessité de fournir une aide humanitaire d'urgence aux civils pris au piège dans Alep Est, affirmant qu'elle fera de son mieux pour assurer un cessez-le-feu et protéger les civils.

30 novembre 2016 In Coalition News

(30 nov) : Le régime d'Assad a commis un horrible massacre mardi matin dans le quartier de Bab Al Nairab, tuant au moins 25 civils, principalement des femmes et des enfants, et en blessant des dizaines d'autres. Les victimes, qui tentaient de fuir les quartiers d'Alep Est à pieds, ont été frappées par des attaques aériennes.
La Coalition Nationale Syrienne a fermement condamné cet odieux crime et tient la Communauté Internationale, qui n'a pas encore pris de mesures pour protéger les civils ou arrêter l'assaut sur Alep, entièrement responsable.
Ainsi, 54 civils ont été tués dans les frappes aériennes du régime d'Assad et des forces aériennes russes sur Alep et sa campagne mardi. On compte ainsi 9 attaques sur le quartier Al Saliheen, 8 sur Ansari, 5 sur Al Miyassar, 3 sur Karm Al Beiq, 1 sur Marjah, 1 sur Al Iza'a et 1 sur Salah Addin. Des avions du régime ont également bombardé une usine de médicaments dans la ville de Mansoura (campagne d'Alep).
La Communauté Internationale reste honteusement silencieuse sur l'assaut brutal du régime d'Assad et de ses alliés russes et iraniens sur les quartiers assiégés d'Alep Est. Des centaines de civils ont été tués ces derniers jours dans le bombardement délibéré des zones résidentielles, souligne la Coalition.
La Coalition salue la fermeté et le courage des civils, des bénévoles de la Défense civile et des combattants de l'Armée Libre à Alep qui ne ménagent aucun effort pour repousser l'agression du régime d'Assad et de la Russie sur la ville.

29 novembre 2016 In Coalition News

(29 nov) : Les activistes d'Alep Est ont déclaré que les forces du régime ont commis un horrible massacre dans le district de Bab Al Nairab, tuant près de 25 civils, majoritairement des femmes et des enfants, qui fuyaient le quartier à pieds et en blessant des dizaines d'autres.
La Défense civile d'Alep a déclaré que les frappes aériennes et les barils ont frappé plusieurs quartiers d'Alep Est pendant la nuit et mardi. Les victimes essayaient d'atteindre les régions tenues par le régime à l'Ouest.
Le Département d'Etat des États-Unis a tenu la Russie responsable des atrocités perpétrées par le régime d'Assad en Syrie, ajoutant que la Russie en porte la responsabilité ultime.
La Russie a une grande influence sur Assad ; et quand les Russes ont montré dans le passé être prêts à utiliser cette influence positivement, cela a fait une différence, a déclaré lundi le Porte-parole du Département d'Etat américain, John Kirby, faisant référence au rôle russe dans la remise de l'arsenal chimique du régime d'Assad.
Le Bureau médiatique de la Coalition Nationale Syrienne a obtenu des vidéos prouvant que les avions russes ont bombardé, en octobre et en novembre, des usines à la campagne Ouest d'Alep. La Russie a toujours nié la participation de son armée de l'air dans les frappes aériennes contre des cibles civiles en Syrie. Les frappes aériennes ont entraîné la destruction complète du complexe où deux travailleurs ont été blessés.
Le 17 novembre, le Ministère russe de la Défense a publié une vidéo montrant « des frappes aériennes sur des positions de groupes terroristes » à la campagne Ouest d'Alep. Cependant, les structures apparaissant dans la vidéo sont en fait un complexe d'usines utilisé à des fins civiles uniquement.
Le complexe ciblé était divisé en trois usines ; l'une fabriquait des tentes, la seconde produisait des accessoires pharmaceutiques et médicaux destinés aux usines pharmaceutiques dans la région, et la dernière fabriquait l'équipement orthopédique et l'équipement pour les salles d'opération.
Les forces aériennes russes et d'Assad ont intensifié de façon spectaculaire leurs attaques aériennes sur les zones contrôlées par les Révolutionnaires à travers la Syrie depuis le 15 novembre, visant principalement des installations médicales et des infrastructures civiles vitales. Plus de 500 civils ont été tués et 1600 autres blessés dans la campagne de bombardements en cours.

29 novembre 2016 In Coalition News

(29 nov) : Des hommes des Forces Asayish, la force armée du Parti de l'Union démocratique (PYD), ont enlevé lundi Hawass Khalil, Membre de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne et Membre du Conseil national kurde. M. Khalil a été enlevé à son domicile dans le village de Karki (province de Hassakeh) pour une destination inconnue.
La Coalition condamne fermement l'enlèvement de M. Khalil, soulignant que cet acte entre dans la continuation des pratiques répressives du PYD contre le peuple syrien.
Dans une déclaration publiée mardi, la Coalition dénonce pratiques répressives répétées du PYD, dont l'enlèvement de militants politiques et de dissidents.
Les pratiques des tyrans sont les mêmes à tout moment et partout. Ils cherchent à supprimer la liberté d'expression et toute forme d'opposition. Ces pratiques correspondent à la mentalité d'oppression et de détention arbitraire du régime d'Assad.
La Coalition tient la Direction du PYD entièrement responsable de cet acte inacceptable et de ses conséquences. La Coalition demande la libération immédiate de M. Khalil et de son collègue Jad'aan Ali ainsi que tous les détenus dans les prisons du PYD.

28 novembre 2016 In Coalition News

(28 nov) : Le Bureau médiatique de la Coalition Nationale Syrienne a obtenu des vidéos prouvant que les avions russes ont bombardé, en octobre et en novembre, des usines à la campagne Ouest d'Alep. La Russie a toujours nié la participation de son armée de l'air dans les frappes aériennes contre des cibles civiles en Syrie. Les frappes aériennes ont entraîné la destruction complète du complexe où deux travailleurs ont été blessés.
Le 17 novembre, le Ministère russe de la Défense a publié une vidéo montrant « des frappes aériennes sur des positions de groupes terroristes » à la campagne Ouest d'Alep. Cependant, les structures apparaissant dans la vidéo sont en fait un complexe d'usines utilisé à des fins civiles uniquement.
Une source locale a déclaré au Bureau médiatique de la Coalition que les avions russes ont bombardé trois fois le complexe situé à proximité d'Atareb, sur la route de Kafar Nouran (Ouest d'Alep), en octobre et en novembre.
Ainsi, le 30 octobre à 02 heures du matin, l'aviation russe a bombardé le complexe ; le détruisant partiellement. Le 05 novembre entre 20h30 et 21h, l'aviation russe a de nouveau bombardé le complexe ; causant d'importants dommages à l'infrastructure. La troisième et plus violente attaque s'est déroulée le 15 novembre à 12h00 ; les avions russes ont complètement détruit le complexe.
Le complexe ciblé était divisé en trois usines. L'une fabriquait des tentes pour les personnes déplacées et produisait en moyenne 10 tentes par jour. Dix personnes étaient employées. Les dégâts matériels causés à cette usine par les frappes aériennes russes ont été estimés à 100 000 dollars américains. La seconde usine produisait des accessoires pharmaceutiques et médicaux tels que des pipettes et des récipients en plastique destinés aux usines pharmaceutiques dans la région. Elle employait cinq personnes. Les frappes aériennes ont détruit la plupart des équipements de l'usine, avec des pertes estimées à 150 000 dollars américains. La troisième usine fabriquait l'équipement orthopédique et l'équipement pour les salles d'opération. Elle employait quatre personnes. Les frappes aériennes ont entraîné des pertes estimées à 50 000 dollars américains.
Les forces aériennes russes et d'Assad ont intensifié de façon spectaculaire leurs attaques aériennes sur les zones contrôlées par les Révolutionnaires à travers la Syrie depuis le 15 novembre, visant principalement des installations médicales et des infrastructures civiles vitales. Plus de 500 civils ont été tués et 1600 autres blessés dans la campagne de bombardement en cours.

26 novembre 2016 In Coalition News

(26 nov) : Les conditions de vie à Alep Est continuent de se détériorer fortement alors que le siège imposé par les forces du régime d'Assad et ses milices alliées soutenues par l'Iran est entré dans son 87ème jour. Les souffrances de la population prise au piège dans la partie Est de la ville se sont encore aggravées par les intenses bombardements du régime d'Assad et des forces russes qui lancé une attaque massive sur les zones révolutionnaires le 15 novembre.
Abdul Razzaq Razzouk, Chef du Conseil du Gouvernorat libre d'Alep, a déclaré à Shaam News Network que les conditions de vie à Alep Est se détériorent rapidement en raison de l'importante pénurie alimentaire, ajoutant que le pain manque cruellement.
La pénurie alimentaire à Alep Est a empiré après que les attaques aériennes aient touché les entrepôts alimentaires du Croissant-Rouge arabe syrien, de l'Organisation d'aide Big Heart, de l'Organisation d'aide Ihasan et ceux du Conseil.
Selon le Bureau médiatique de la Coalition Nationale Syrienne, 595 personnes, dont majoritairement des femmes et des enfants, ont été tuées dans les bombardements sur Alep Est et sa campagne ces 11 derniers jours. Le Bureau a ainsi documenté 54 massacres commis par le régime d'Assad et les forces russes à Alep Est et plus de 21 à sa campagne. Du chlore gazeux a également été largué à trois reprises par les forces du régime sur Alep Est.
Les frappes aériennes ont détruit neuf hôpitaux à Alep et sa campagne depuis que le régime d'Assad et les forces russes ont lancé leur assaut contre Alep le 15 novembre.
Les frappes aériennes sur les hôpitaux ont laissé les habitants d'Alep Est sans accès aux services médicaux de base, a ajouté M. Razzouk, soulignant que plusieurs membres du personnel médical ont été blessés dans les attaques sur les hôpitaux.
Le 19 novembre, la Direction de la Santé dans la province d'Alep a annoncé la suspension de ses activités dans tous les hôpitaux des quartiers assiégés de la ville pris pour cible par les frappes aériennes. La Direction n'est plus être en mesure d'assurer les soins médicaux aux 300 000 civils pris au piège dans les parties Est de la ville.
En plus des installations médicales, les frappes aériennes ont également ciblé les écoles d'Alep Est ; tuant 27 enseignants et 104 écoliers ces dernières semaines. Sur les 184 écoles, seules 98 permettent actuellement d'accueillir les 29 141 écoliers.
Cette réalité douloureuse fait honteusement tache à l'humanité et au monde entier qui regarde sans bouger les corps déchirés, le sang, la destruction et la mort dans les quartiers assiégés, a jouté M. Razzouk.

25 novembre 2016 In Coalition News

(25 nov) : La Coalition Nationale Syrienne rappelle que le silence de la Communauté Internationale sur la terrible tragédie syrienne encourage le régime d'Assad et ses alliés à aller plus loin dans le massacre et le déplacement forcé du peuple syrien. Le régime cherche actuellement à prendre le contrôle de la ville d'Al Tal (campagne de Damas) et à la vider de sa population locale. Cette attitude ne doit pas être prise à la légère, le régime d'Assad ayant prouvé être prêt à commettre des crimes de proportions inimaginables pour réaliser ses plans.
Dans un communiqué de presse publié hier, la Coalition rappelle que les forces du régime d'Assad ont récemment intensifié leurs bombardements aériens et à l'artillerie d'Al Tal malgré un accord de trêve. Les forces du régime ont déjà lancé plusieurs assauts sur la ville, et cela malgré un accord conclu entre les groupes de l'Armée Libre et le régime d'Assad pour une nouvelle série de négociations.
Le régime d'Assad poursuit une politique de siège, d'affamement et de bombardements des zones résidentielles et des infrastructures civiles pour briser la volonté du peuple syrien et le forcer à fuir les zones. Cette tactique ; déjà utilisée à la Vieille ville de Homs, Daraya, Moadamiya, Qudsaya et Al Hama ; est maintenant utilisée sur Al Tal et Khan Al Sheeh (campagne de Damas) et sur le quartier d'Al Waer (Homs) pour vider ces zones.
Le déplacement forcé et l'asservissement sont des crimes de guerre en vertu du droit international et du droit international humanitaire.
Les forces du régime d'Assad ont intensifié leurs bombardements d'Al Tal et de ses environs ces deux derniers jours, tuant et blessant plusieurs civils.
La Communauté Internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU ont le devoir de faire pression sur le régime d'Assad et ses alliés ; de leur faire comprendre que leurs actes ne resteront pas sans conséquences ; et de les obliger à respecter les résolutions internationales et à répondre aux exigences d'une solution politique.
La Coalition condamne fermement le bombardement d'Al Tal et le siège imposé depuis plus d'un an et demi. Le siège ; en plus des bombardements, des coupures d'eau et d'électricité, et des importants postes de contrôle autour de la vile ; vise clairement à forcer les habitants à fuir la ville.
La Coalition réitère sa confiance totale et son plein soutien aux représentants du peuple et aux groupes de l'Armée Libre à Al Tal. L'assaut sur Al Tal vise également à punir ses habitants pour leur accueil des personnes déplacées de Ghouta Est qui fait preuve d'une résistance légendaire face aux massacres répétés des forces du régime.

25 novembre 2016 In Coalition News

(25 nov) : Riad Hijab, Coordinateur général du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN), a déclaré que le régime d'Assad est une marionnette entre les mains des Russes et des Iraniens qui dirigent actuellement de facto la Syrie. La tâche principale des gangs du régime d'Assad est de voler et piller la Syrie.
Dans une interview accordée jeudi à la chaîne Al Jazeera, M. Hijab rappelle que Bachar Al Assad n'est qu'une simple marionnette et que son armée a été réduite à une petite milice. La lutte contre les combattants révolutionnaires et de l'Armée Libre est menée par des milices sectaires étrangères venues du Liban, d'Irak, d'Iran, d'Afghanistan et du Pakistan.
L'Iran contrôle maintenant la Syrie et l'Irak ; les Iraniens ont accru leur influence en Syrie avec l'arrivée au pouvoir de Bachar Al Assad en 2000. Les Iraniens contrôlent maintenant tous les leviers du Gouvernement syrien et les drapeaux du Hezbollah et des photographies de Hassan Nasrallah sont hissés dans les villes et villages tenus par le régime.
Concernant les raisons du déclenchement de la Révolution syrienne, M. Hijab a rappelé que Bachar Al Assad privilégiait considérablement les hommes d'affaires et délaissait les agriculteurs et les ouvriers, contrairement à son père Hafez Al Assad. Cette politique a ainsi fortement creusé l'écart entre les riches et les pauvres ; le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté est passé de 11% à 34% sous le règne de Bachar Al Assad. Lorsque la Révolution a éclaté, Bachar Al Assad a réprimandé ses chefs de sécurité et ses instances politiques, affirmant que cela résultait de mauvaises pratiques de sécurité et de la corruption rampante.
Tous les slogans de la Révolution syrienne appelaient initialement à une réforme, pas à renverser le régime. Cependant, les forces de sécurité ont brutalement réprimé la population, sous les instructions de la Direction politique qui craignait que ses pouvoirs et privilèges ne soient réduits. L'oncle de Bachar Al Assad, Mohammed Makhlouf, et d'autres officiers supérieurs ont conseillé à Bachar Al Assad de faire preuve d'une main de fer, a souligné M. Hijab.

Page 1 sur 5
Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : novembre 2016