23 octobre 2017 In Coalition News

(23 oct) : La Coalition Nationale Syrienne a déclaré que la Communauté Internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l'ONU, a le devoir d'assumer ses responsabilités, de mettre fin aux souffrances des civils dans la région et de prendre des mesures pour lever immédiatement le siège sur Ghouta Est et sur toutes les autres zones assiégées en Syrie.
Dans un communiqué de presse publié lundi, la Coalition a rappelé que cela fait maintenant près de quatre ans que les habitants de Ghouta Est (campagne de Damas) sont assiégés par le régime d'Assad et les milices terroristes iraniennes, vivant dans d'intenses souffrances et dans des conditions extrêmes. Ce crime contre l'humanité se poursuit à la vue du monde entier. Leur souffrance est encore accrue par les continuels et incessants tirs à l'artillerie et les bombardements aériens menés principalement par l'aviation russe.
Des militants syriens ont lancé la campagne médiatique « Assad is besieging eastern Ghouta » sur les réseaux sociaux pour attirer l'attention du monde sur les souffrances d'environ un demi-million de personnes, principalement des femmes et des enfants.
Des activistes et des professionnels médiatiques de Ghouta Est ont participé à la campagne avec de nombreux militants dans et hors de la Syrie. La campagne vise à attirer l'attention du monde sur la tragédie qui se déroule à Ghouta Est suite au siège imposé par les forces d'Assad et ses alliés sur la région depuis 2013.
Dans un communiqué publié lundi, les organisateurs de la campagne ont déclaré que l'accord sur les zones de désescalade, entré en vigueur il y a environ trois mois, prévoit l'ouverture de routes commerciales et la livraison d'aide à Ghouta Est. Cependant, aucune de ces dispositions n'a encore été mise en œuvre ; le régime d'Assad n'a ouvert aucun passage et ne permet pas aux patients et aux blessés de sortir pour être soignés.
Le régime d'Assad assiége encore plus de 350 000 civils, dont des milliers d'enfants, dans Ghouta Est, les privant ainsi de nourriture, de fournitures médicales et d'autres nécessités de base.
Le communiqué appelle à activer tous les moyens civils, médiatiques et diplomatiques pour lever le siège de Ghouta Est, isolé du monde extérieur depuis plus de 1850 jours par le régime d'Assad.
Le Docteur Yahia Abu Yahya, qui travaille dans le Centre médical de Hakeem dans la région, a déclaré que les 11 antennes du Centre à Ghouta Est ont accueilli 9700 enfants ces trois derniers mois. On compte 80 enfants souffrant de malnutrition sévère et 200 autres souffrant de malnutrition aiguë modérée.
De plus, 4000 enfants ont un besoin urgent en micronutriments, faisant état d'un indicateur très dangereux.
La population locale de Ghouta Est souffre d'une faim extrême et traverse les jours les plus terribles depuis le début du siège. Le revenu moyen d'une famille dans la région est d'environ 50 dollars, tandis que le taux de chômage est de 70% et le taux d'inflation a atteint 900% par rapport à l'année dernière.
Selon le Bureau de Coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies, le dernier convoi humanitaire contenant de la nourriture, des médicaments et d'autres fournitures est entré le 23 septembre dans seulement trois villes de Ghouta Est.

21 octobre 2017 In Coalition News

(21 oct) : Un enfant a été tué et d'autres blessés dans le bombardement aux roquettes par les forces du régime sur la campagne de Damas, et cela malgré le cessez-le-feu signé par le régime d'Assad et parrainé par la Russie.
Les activistes ont déclaré que les forces du régime ont effectué des tirs aux roquettes et à l'artillerie sur le district de Jobar (Est de Damas), ainsi que sur Ayn Tarma, Kafarbatna et la banlieue de Hawsh Al Dawahra (Ghoute Est).
Les habitants ont déclaré que les bombardements ont blessé des dizaines de civils et détruit des bâtiments et l'infrastructure. Les dirigeants des Conseils locaux ont déclaré que la Russie porte l'entière responsabilité des attaques, soulignant qu'elle est obligée de stopper le régime d'Assad et de le forcer à cesser les hostilités dans la région.
Le Réseau syrien pour les droits de l'Homme (SNHR) a indiqué plus tôt avoir documenté la mort de 912 civils dans les attaques aériennes du régime d'Assad et des forces russes en septembre.
Dans un rapport publié début octobre, le Réseau a indiqué que 498 civils ont été tués par le régime d'Assad, dont 101 enfants et 83 femmes, en septembre. On compte également 33 personnes tuées sous la torture.
Lors de téléconférences entre l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne et les dirigeants des Conseils locaux de Damas et sa banlieue, les dirigeants ont souligné que le régime d'Assad continue d'assiéger la population civile afin de l'affamer et de l'obliger à se rendre.
La Coalition a souligné la nécessité pour l'Organisation des Nations Unies de travailler de toute urgence pour traduire en justice les auteurs de crimes de guerre en Syrie ; protéger les civils ; et mettre un terme aux atrocités du régime d'Assad contre les civils sans défense.

20 octobre 2017 In Coalition News

(20 oct) : Les responsables de la Coalition Nationale Syrienne ont discuté de la situation dans la province d'Idleb avec la direction du Conseil provincial et les représentants des organismes civiques de la province lors d'une téléconférence vendredi.
En plus de la situation sur le terrain dans la province d'Idleb, les participants ont discuté de la réalité des institutions civiles dans la province, notamment de la Défense civile et des installations médicales systématiquement bombardées par le régime d'Assad et les forces aériennes russes ces dernières semaines.
Les membres de la Coalition ont donné une explication détaillée de la situation politique et des derniers développements concernant la crise syrienne au niveau international.
Yasser Farhan, Membre de l'Organe politique de la Coalition, a déclaré que les forces de la Révolution continueront de résister aux tentatives des alliés du régime d'Assad d'imposer leur vision d'une solution politique en Syrie et de réhabiliter le régime d'Assad.
M. Farhan a souligné que le Gouvernement intérimaire syrien (GIS) est le seul représentant légitime de l'Opposition syrienne, ajoutant que l'Organe est le bras exécutif de l'Opposition dans toutes les zones libérées.
Riad Hassan, Membre de la Coalition, a déclaré que le Conseil provincial d'Idleb est le représentant du GIS dans la province, réitérant le soutien de la Coalition au Conseil pour mener à bien sa mission d'administration de la ville.

19 octobre 2017 In Coalition News

(19 oct) : Le Bureau présidentiel et l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne se sont entretenus avec les représentants des pays amis de la Syrie au siège du Secrétariat général de la Coalition à Istanbul, en Turquie, jeudi.
La réunion a étudié les derniers développements sur le terrain en Syrie, en particulier la situation dans les provinces d'Idleb, Raqqa et Deir El Zor, ainsi que les derniers développements politiques pour la relance du processus de Genève et la préparation de la prochaine Conférence de Riyad II.
Le Président de la Coalition, Riad Seif, a appelé les représentants des pays amis de la Syrie à renforcer leur soutien à la Coalition, au Gouvernement intérimaire syrien (GIS) et aux groupes révolutionnaires affiliés à la Coalition pour combler le vide et administrer les zones libérées.
M. Seif a souligné que la Coalition, le GIS et les groupes de l'Armée Libre ont déjà commencé le travail administratif, le processus décisionnel et l'administration du pays, rejetant les tentatives de certaines parties d'exclure la Coalition et ses institutions.
Alors que les institutions de la Coalition ont été mises à l'écart de certaines régions de Syrie, les milices du PYD ont été autorisées à reprendre Raqqa. D'autres forces prennent d'assaut Deir El Zor et signent des accords régionaux et internationaux sans avoir aucune légitimité à le faire, a dénoncé M. Seif.
La Russie est le plus grand bénéficiaire de ces politiques. Ce comportement envers les institutions de l'Opposition aide la Russie à mettre en œuvre directement et indirectement ses plans pour sauver Bachar Al Assad, diluer le processus de transition politique et le vider de tout sens.
M. Seif a mis en garde contre la situation actuelle, soulignant que cela risque de conduire à de très graves répercussions sur l'avenir de la Syrie et son unité. La stratégie actuelle de lutte contre l'Etat Islamique et Al Qaïda se limite à combattre les résultats sans prêter attention à la nécessité d'éliminer les raisons de l'émergence de ces groupes terroristes.
En plus du vide de pouvoir dans les zones libérées, le régime d'Assad a joué un rôle essentiel en permettant à ces organisations extrémistes de s'étendre en ignorant ces groupes pendant longtemps et en ciblant délibérément et brutalement les zones civiles et les groupes de l'Armée Libre.

19 octobre 2017 In Coalition News

(19 oct) : Une délégation des habitants de la province de Deir El Zor s'est entretenue avec Adnan Kesici, Responsable du Gouvernement turc chargé du suivi des Affaires des réfugiés syriens, pour discuter de la situation administrative, humanitaire et militaire dans la province. La province a subi d'intenses combats entre les forces du régime, soutenues par la Russie, et les pseudos Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les Etats-Unis, et visant à chasser l'Etat Islamique (EI) de la province. Le Secrétaire général du Gouvernement intérimaire syrien (GIS), Hussein Bakri, a également assisté à la réunion.
Les membres de la délégation ont été choisis parmi ceux qui ont participé à l'atelier organisé par la Coalition Nationale Syrienne dans la ville turque de Sanliurfa dimanche et lundi et comptant des représentants des organismes civils et militaires de la province.
Okab Yahya, Membre de l'Organe politique de la Coalition, a déclaré qu'une réunion similaire a déjà eu lieu entre une délégation des habitants de Deir El Zor et le Représentant turc de la ville turque de Gaziantep. La délégation comptait quatre personnes ayant participé à l'atelier, dont une femme.
M. Yahya a souligné que la réunion s'est axée sur deux questions principales, à savoir la mise en place urgente de camps pour les déplacés dans la campagne Nord d'Alep et leur équipement en nécessités de base, l'ouverture de couloirs sécurisés pour les civils fuyant les zones de combats et l'acheminement de l'aide humanitaire.
M. Yahya a souligné que la réunion fut très positive, remerciant le Gouvernement turc pour l'aide apportée au peuple syrien et ses efforts pour soulager leurs souffrances.
Rappelons que la province de Deir El Zor est le théâtre de combats féroces entre les forces du régime et les milices iraniennes soutenues par l'aviation russe, et les pseudos Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis d'une part et l'EI d'autre part. Des centaines de civils ont été tués dans les bombardements aériens aveugles sur les zones résidentielles, tandis que des dizaines de milliers d'autres ont été contraints de fuir et de chercher refuge dans des camps construits dans le désert surnommés «camps de la mort».

17 octobre 2017 In Coalition News

(17 oct) : La Coalition Nationale Syrienne a appelé les Nations Unies et le Conseil de sécurité de l'ONU à cesser de ne rien faire pendant que des crimes de guerre sont commis contre les civils à Deir El Zor. La Coalition a fermement condamné l'exécution sommaire menée par le régime d'Assad et les arrestations massives de civils dans les zones récemment prises aux mains du Groupe extrémiste Etat Islamique (EI).
La campagne médiatique Deir Ezzor 24 a déclaré que les forces d'Assad procèdent à des exécutions sommaires de civils dans la province. Ibrahim Khalaf Al Hadrous et Ali Suleiman Dabbal ont ainsi été exécutés mardi dans la ville de Boqras. Les forces du régime ont également rassemblé des dizaines de civils à l'intérieur d'une maison de la ville les accusant d'appartenir à l'EI.
Deir Ezzor 24, une campagne médiatique indépendante qui documente les violations commises contre les civils à Deir El Zor, a déclaré que les forces du régime et leurs milices alliées ont procédé à des exécutions sommaires contre la population de la ville de Mayadeen. La campagne a dénoncé ces crimes, prévenant que ces crimes risquent de se reproduire dans les zones qui pourraient tomber entre les mains des forces du régime et de leurs milices étrangères alliées à l'avenir.
La province de Deir El Zor est le théâtre de combats féroces entre les forces du régime et les milices iraniennes, soutenues par une couverture aérienne russe, et les milices des pseudos Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis, d'une part et l'EI d'autre part. Des centaines de civils ont été tués dans les bombardements aériens aveugles sur les zones résidentielles, tandis que des dizaines de milliers d'autres ont été contraints de fuir et de chercher refuge dans des camps construits dans le désert et surnommés «camps de la mort».
La Coalition Nationale Syrienne a tenu un atelier avec les dirigeants et les représentants d'organismes militaires et civiques dans la province de Deir El Zor, dans la ville turque de Sanliurfa, dimanche 15 et lundi 16 octobre pour discuter de la situation humanitaire et militaire dans la province.
Les participants ont appelé à épargner la vie des civils fuyant les combats dans la province de Deir El Zor et à ouvrir des couloirs humanitaires sécurisés pour les civils pris dans les batailles qui font rage dans la province.

16 octobre 2017 In Coalition News

(16 oct) : • La Coalition Nationale Syrienne a appelé l'Organisation des Nations Unies à apporter un plein soutien aux civils fuyant les combats dans la province de Deir El Zor, à assurer leur protection et à donner la priorité aux habitants de la province pour libérer la zone et l'administrer.
La Coalition a tenu un atelier dans la ville turque Urfa, dimanche 15 et lundi 16 octobre, réunissant les dirigeants et les représentants militaires et civils dans la province de Deir El Zor.
Les participants ont abordé plusieurs propositions après avoir créé trois commissions pour s'occuper du côté politique, de l'administration civile et militaire, et des secours.
La réunion a appelé à protéger les civils fuyant le conflit dans la province de Deir El Zor et à tenir les Etats-Unis et la Russie responsables de leur sécurité.
Les participants ont appelé les États-Unis, la France et le Royaume-Uni à se rendre dans les camps de Deir El Zor, appelés « camps de la mort », à cause des circonstances tragiques entourant les camps ; les trois États ayant déjà effectué plusieurs visites dans les zones contrôlées par les forces Qasd.
Les participants ont également appelé à imposer des couloirs humanitaires sûrs pour les personnes déplacées fuyant les batailles menées par le régime, appuyé par la Russie, d'une part et les forces Qasd, soutenues par Washington, d'autre part.
Les participants à l'atelier ont suggéré de déterminer une zone pour rassembler les factions de Deir El Zor dans le Nord de la Syrie et pour suivre l'organisation et la structure d'une armée nationale.
Ils ont également appelé à la création d'une salle d'opération comprenant toutes les factions de Deir El Zor et à ce que la Coalition et le Gouvernement intérimaire syrien adoptent et soutiennent la salle d'opération.

16 octobre 2017 In Coalition News

(15 oct) : La Coalition Nationale Syrienne a tenu dimanche une réunion consultative avec les dirigeants et les représentants d'organismes civils et militaires de la province de Deir El Zor, dans la ville turque de Sanliurfa. La réunion a discuté des derniers développements sur le terrain dans la province et des moyens d'atténuer les souffrances des civils suite à l'intensification de la campagne militaire menée par les forces du régime d'Assad, soutenues par la Russie, et les milices des pseudos Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par la coalition internationale anti-Etat Islamique (EI).
Jawad Abu Hatab, Chef du Gouvernement intérimaire syrien (GIS), a déclaré que la Russie travaille à former des administrations locales faibles dans la province, qui ne représentent pas la population locale et sont soumises au régime d'Assad. Ces mouvements purement esthétiques ne répondent pas aux aspirations du peuple syrien pour la liberté, la dignité et la chute du régime.
Les conseils locaux formés par les milices des FDS ne représentent pas la population locale et servent les objectifs des milices du Parti de l'Union démocratique (PYD). Le GIS va tenir des réunions avec tous les représentants des groupes civiques pour mettre en place de véritables conseils locaux élus représentant les revendications de la Révolution syrienne.
M. Abu Hatab a briefé sur les souffrances des civils fuyant les combats à Deir El Zor et les conditions tragiques dans les camps de personnes déplacées construits dans le désert, dénonçant la situation déchirante et contraire aux valeurs de l'humanité. Des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité sont commis contre les civils à Deir El Zor. La Russie et les États-Unis sont pleinement responsables de soutenir des groupes qui ne se soucient pas du sort des civils.
Okab Yahya, Membre de l'Organe politique de la Coalition, a déclaré que la réunion vise à rassembler les groupes civiques actifs à Deir El Zor et à les coordonner afin qu'ils contribuent aux efforts visant à soulager les habitants de la province. Les habitants de Deir El Zor doivent être autorisés à administrer leurs villes et villages, a-t-il précisé, ajoutant que leur travail doit servir les intérêts des civils plutôt que des objectifs politiques et des programmes étrangers.
M. Yahya a rappelé que le GIS est le représentant légitime de l'Opposition syrienne, appelant la Communauté Internationale à confier l'administration des zones libérées au personnel du GIS. Il ne faut pas permettre aux groupes armés et aux milices d'assumer ces tâches, appelant à ne pas leur accorder la légitimité nécessaire pour assumer des tâches; notamment en couvrant les crimes que ces groupes commettent contre la population civile.
Mohammed Hassanu, Directeur de l'Unité de coordination de l'aide de la Coalition (UCA), a déclaré que l'UCA ne peut pas atteindre les personnes déplacées à Deir El Zor ou les civils dans les zones tenues par l'EI. L'Unité cherche à fournir une aide à toutes les provinces syriennes sans exception pour relier le Nord au Sud et contrecarrer toute tentative de diviser la Syrie.

14 octobre 2017 In Coalition News

(14 oct) : L'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne a marqué le lancement de la campagne « La Colère syrienne » en organisant plusieurs réunions, sit-in et événements en Syrie aujourd'hui.
Abdul Rahman Mustafa, Vice-président de la Coalition, a déclaré que la campagne représente un renouveau de l'esprit de la Révolution, de ses principes et de ses revendications, et surtout de la volonté de juger Assad et sa clique.
La campagne médiatique vient protester et condamner le continuel meurtre de civils par les occupants russes, les forces de la coalition internationale anti-État Islamique (EI), les milices iraniennes et les forces du régime d'Assad.
Aujourd'hui, sur notre sol et parmi notre peuple, nous élevons nos voix pour réaffirmer notre attachement aux principes de la Révolution ; à savoir la chute d'Assad et son régime, mettre fin à la tragédie qui se déroule en Syrie, traduire les criminels en justice, et établir un Etat démocratique et pluraliste qui garantisse la liberté, la dignité et la justice à tous les citoyens sans discrimination, a déclaré M. Mustafa.
Nous appelons aujourd'hui les frères et les amis au sein de la Communauté Internationale à se concentrer sur la cause profonde et l'origine de la corruption et de la destruction en Syrie et dans la région ; à savoir le régime d'Assad. Le régime d'Assad a pratiqué tous les actes de terrorisme contre le peuple syrien. Il a amené des groupes terroristes et des milices sectaires en Syrie et a ouvert la voie aux forces d'occupation russes et iraniennes pour envahir la patrie et tuer des centaines de milliers de personnes.
Il n'y aura pas de stabilité en Syrie et dans la région tant que Bachar Al Assad est au pouvoir, a déclaré Nasr Al Harbi, Chef de la délégation du Haut comité des négociations (HCN) à Genève. Venir à bout du terrorisme dépend de la défaite de ses commanditaires et de ses fabricants, principalement le régime iranien, et leur éviction et celle de leurs milices de tout le territoire syrien.
Après 50 ans de tyrannie et de corruption, au cours desquels la famille Assad a cru pouvoir asservir le peuple syrien, celui-ci s'est levé et a secoué le sol sous le régime d'Assad, a ajouté M. Hariri.
Les activistes syriens ont lancé une grande campagne sur plusieurs sites dans le but de mobiliser tous les opposants et révolutionnaires syriens contre le régime d'Assad, appelant les défenseurs des droits de l'Homme à soutenir le peuple syrien dans sa lutte pour la liberté et la dignité.
La campagne « La colère syrienne » débutera demain samedi. Celle-ci qui vise à réaffirmer l'attachement aux principes et aux valeurs de la Révolution jusqu'au renversement du régime d'Assad.
Les organisateurs espèrent mobiliser des millions de personnes demain et visent à envoyer un message à toutes les personnes libres du monde entier, rappelant que Bachar Al Assad est la source du terrorisme en Syrie et espérant que la campagne réunisse tous les révolutionnaires du monde contre le régime d'Assad.
La campagne vise également à répondre aux tentatives de ternir l'image de l'Opposition et du peuple syrien et de l'accuser de terrorisme. Le peuple syrien subit meurtres, destructions et déplacements ; il est ainsi la première victime du terrorisme pratiqué par le régime d'Assad et ses alliés.

13 octobre 2017 In Coalition News

(13 oct) : Les membres de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syriennes se sont entretenus vendredi avec des responsables du Gouvernement intérimaire syrien (GIS) et de l'Etat-major général de l'Armée Libre récemment formé dans la ville turque de Gaziantep.
La réunion, présidée par le Président de la Coalition, Riad Seif, et le Président du GIS, Jawad Abu Hatab, a discuté des projets mis en œuvre et développés par le GIS dans les zones libérées.
M. Seif a réaffirmé le soutien de la Coalition au GIS, seule administration légitime dans les zones libérées, rejetant les formations alternatives visant à ébranler l'unité nationale.
La présence du GIS dans les quatre zones couvertes par l'accord sur les zones de désescalade contribuera à préserver l'unité de la Syrie et à contrecarrer les tentatives de diviser le pays. En se chargeant de l'administration dans les zones libérées, le GIS sera en mesure d'unifier les tribunaux, les programmes d'études et de réaliser l'unité sectorielle, a ajouté M. Seif.
La Coalition a déjà tenu plusieurs réunions à Gaziantep avec le personnel du GIS et l'Unité de coordination de l'aide de la Coalition (UCA) pour parvenir à une vision unifiée et unifier les efforts dans tous les domaines, a déclaré M. Seif.
En ce qui concerne la situation à Idleb, M. Seif a souligné que la Coalition surveille de près la situation dans la province. Notre priorité a toujours été de protéger les civils contre les crimes du régime d'Assad, a-t-il rappelé.
La Coalition est un partenaire clé dans les efforts visant à ramener Idleb à la base sociale de la Révolution, c'est pourquoi la tâche d'administrer la province a été confiée au GIS en coopération avec l'Armée Libre.
M. Seif a salué le soutien apporté par la Turquie, précisant que les efforts d'Ankara dans tous les domaines visent à protéger Idleb de toute agression possible et à protéger la vie de ses habitants.
Pour sa part, M. Abu Hatab a souligné l'important travail pour construire une armée nationale et éradiquer le factionnalisme, ajoutant que cette mesure appuiera la position du GIS et contribuera à protéger les zones libérées de toute agression possible.
M. Abu Hatab a également déclaré que le GIS travaille sans relâche pour améliorer les services offerts à la population civile et pour offrir de meilleures conditions de vie aux déplacés de chez eux par le régime Assad.

Page 1 sur 2
Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : octobre 2017