30 décembre 2017 In Coalition News

(30 dec) : Au moins 15 personnes ont été tuées et blessées dans la Ghouta Est dans les bombardements de plus en plus violents menés par le régime d'Assad et ses milices étrangères alliées sur la banlieue de Damas assiégée vendredi.
Selon les militants locaux, six civils ont été tués dans les bombardements à l'artillerie lourde menés par les forces d'Assad et ses milices alliées étrangères sur la ville de Harasta.
Deux civils, dont un enfant, ont également été tués dans des tirs d'artillerie des forces du régime d'Assad dans la ville de Hammouriya (Ghouta Est).
Depuis plus de deux mois, la plupart des villes et villages de la Ghouta Est sont bombardés à l'artillerie et aux roquettes par les forces d'Assad et ses milices alliées étrangères, ont rapporté des médias dans la zone tenue par les Révolutionnaires, tuant et blessant des centaines de civils et provoquant une destruction massive de l'infrastructure.
Rappelons que la Ghouta Est est assiégée par les forces du régime et ses milices alliées étrangères depuis près de cinq ans. Les civils piégés à l'intérieur, en particulier les enfants, souffrent de graves pénuries alimentaires et en fournitures médicales ; provoquant ainsi la détérioration des conditions de santé dans la zone tenue par les Révolutionnaires.
Des sources médicales dans la région ont averti que 195 enfants sont menacés de mort imminente due à des maladies chroniques telles que le rachitisme, l'hépatite, la tuberculose et le manque de vaccins nécessaires.
Les demandes d'évacuation médicale et d'accès humanitaire des Nations Unies ont été rejetées par le régime d'Assad, ce qui a entraîné la mort d'au moins 13 enfants en raison du manque de fournitures médicales et alimentaires.
Dans la Ghouta Ouest, le régime d'Assad a forcé les habitants de la ville de Beit Jinn à quitter leurs maisons et fuir vers les provinces d'Idleb et de Deraa, menant une violente campagne de bombardements sur la zone située au Sud-Ouest de Damas. Les activistes ont rapporté que plus de 500 personnes ont été forcées de partir, notant que la ville a été réduite en ruines suite aux intenses bombardements aux armes aveugles et internationalement interdites.

30 décembre 2017 In Coalition News

(29 dec) : Dans un communiqué publié jeudi, la Coalition Nationale Syrienne a accusé le régime d'Assad et la Russie de chercher à imposer leur propre vision d'une solution en Syrie à travers l'intensification de leurs attaques contre les civils syriens, en particulier la récente campagne de bombardements dans la province d'Idleb.
Malgré la récente vague d'appels, de débats et de discussions sur la solution politique ici et là, le régime d'Assad, soutenu par son allié russe, cherche à imposer une situation de facto sur le terrain par sa politique criminelle d'attentats à la bombe, de meurtres, de déplacement et de sièges.
L'intense campagne de bombardements menée par l'aviation russe et les hélicoptères du régime d'Assad depuis environ une semaine sur les villes et villages de la campagne d'Idleb se poursuit parallèlement aux tentatives des forces du régime et de leurs milices alliées d'avancer dans la région.
Selon les premiers chiffres, les attaques aériennes ont coûté la vie à au moins 18 civils jeudi 28 décembre. La campagne de bombardements a tué des dizaines de civils, dont des femmes et des enfants, et en a blessé des centaines d'autres depuis le début de la semaine dernière. Des centaines de frappes aériennes et d'attentats aux barils menés par les avions de guerre russes et du régime d'Assad ont frappé les villes et villages de la campagne Est et Sud d'Idleb.
L'assaut en cours sur Idleb démontre clairement que saboter le processus politique est le choix stratégique du régime d'Assad et de ses alliés depuis le tout début. La Communauté Internationale ne peut s'attendre à un changement de cette stratégie que si elle prend une position totalement différente, exerce une réelle pression sur le régime et ses alliés et commence à adopter une nouvelle stratégie qui corresponde à l'ampleur de ses responsabilités et aux récents développements sur le terrain.
L'attitude de la Communauté Internationale ; notamment son incapacité à protéger les civils syriens et à maintenir la paix et la sécurité en Syrie et son choix de surveiller inutilement les crimes sans fin du régime ; la rend également responsable de ces crimes. Le continuel silence de la Communauté Internationale représente également un signe d'approbation pour l'escalade de la campagne sur Idleb, ce qui aura des conséquences désastreuses pour la solution politique.

28 décembre 2017 In Coalition News

(28 dec) : Nasr Hariri, Chef du Haut comité des négociations (HCN) de l'Opposition syrienne, a souligné que la Conférence de Sotchi initiée par Moscou appelle à contourner toutes les résolutions internationales sur la Syrie et ignore le droit du peuple syrien à établir un Etat démocratique libre pour tous ses citoyens. Le régime d'Assad continue d'entraver le processus politique à Genève. C'est pourquoi, l'ONU a l'obligation d'assumer son rôle dans l'application des résolutions internationales.
Lors d'une vidéoconférence avec des hauts responsables de la province de Deraa jeudi, M. Hariri a déclaré que l'information circulant sur la Conférence de Sotchi est catastrophique. La Russie cherche avec cette Conférence à couronner ses actions militaires en Syrie avec une réalisation politique à sa manière.
M. Hariri a souligné que l'Opposition syrienne continuera à faire pression pour la mise en œuvre du Communiqué de Genève de 2012 et des résolutions internationales pertinentes, en particulier la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Une transition politique conforme aux résolutions de l'ONU est la seule solution pour sauver la Syrie.
La participation du HCN au processus de Genève sert la Révolution syrienne et les intérêts du peuple syrien, a ajouté M. Hariri. Malgré le manque de résultats tangibles à ces négociations, notre participation était nécessaire pour exposer le régime et ses crimes devant la Communauté Internationale.
La délégation du HCN à Genève fait face au régime et à ses alliés ainsi qu'à la Communauté Internationale qui reste silencieuse sur les odieux crimes commis contre le peuple syrien. Les forces de la Révolution et de l'Opposition doivent rester unies face au régime dictatorial d'Assad.

28 décembre 2017 In Coalition News

(28 dec) : Le Comité suprême syrien du Hajj a salué les efforts du Royaume d'Arabie saoudite pour s'occuper et servir les pèlerins syriens chaque année lors d'une réunion avec des responsables saoudiens mercredi.
Le Comité suprême syrien du Hajj est arrivé mercredi au Royaume d'Arabie saoudite en visite officielle. Dr. Nazir Hakim, Chef du Comité suprême du Hajj et Secrétaire général de la Coalition Nationale Syrienne, a souligné l'importance des efforts de l'Arabie saoudite pour servir les pèlerins du monde islamique.
Pour sa part, Dr. Abdul Fattah Bin Sulaiman Mishat, Vice-ministre saoudien du Hajj et de la Omra, a salué le travail du Comité suprême syrien du Hajj pour servir les pèlerins syriens depuis 2013.
Le Royaume saoudien considère le service des pèlerins comme un devoir national sacré. Le Gouvernement saoudien fournit une assistance à tous les peuples, dont les syriens qui continueront à recevoir un soutien approprié.
La réunion, qui s'est tenue aujourd'hui à Jeddah, a réuni des membres du Comité suprême syrien du Hajj ; le Dr Nazir Hakim, le Chef adjoint Dr Hisham Marwa, le Directeur syrien du Hajj Samer Birqdar ; Dr. Abdul Fattah Bin Sulaiman Mishat Vice-ministre saoudien du Hajj et de la Omra, Hussein Bin Nasser Al Sharif Vice-ministre des Affaires du Hajj, le Sous-secrétaire du Ministère de l'Administration publique et de la Visite à Médine, et des représentants des Ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères au Royaume d'Arabie Saoudite
La visite de la délégation du Comité suprême du Hajj durera une semaine au cours de laquelle elle rencontrera les institutions du Ministère du Hajj et de la Omra et signera les contrats nécessaires pour la prochaine saison du Hajj.

27 décembre 2017 In Coalition News

(27 dec) : De nombreux dissidents syriens et personnalités de l'Opposition ont appelé à boycotter la pseudo « Conférence de dialogue national » que la Russie s'apprête à organiser dans la station balnéaire de Sotchi, fin janvier 2018.
Un communiqué signé par plus de 3500 personnalités de l'Opposition ; dont des indépendants, des membres de la Coalition Nationale Syrienne, des membres du Gouvernement intérimaire syrien, des commandants de l'Armée Libre, des journalistes et des activistes ; a souligné que la Russie tente d'imposer une solution à son propre avantage et de semer la discorde et les divisions au sein de l'Opposition syrienne.
La Russie cherche à imposer une fausse constitution qui assurerait la survie de Bachar Al Assad et permettrait aux forces d'occupation étrangères combattant aux côtés de son régime de rester en Syrie à l'aide d'élections sous la supervision et le contrôle des services de sécurité d'Assad qui n'autoriseront aucune supervision internationale des élections en Syrie.
La Conférence de Sotchi contrevient aux négociations de six ans à Genève et vise à y mettre un terme en usant la force et la tromperie en faveur du régime d'Assad et de ses alliés tout en refusant au peuple syrien son droit sacré à la liberté, la dignité et la souveraineté pour lequel un million de Syriens ont sacrifié leur vie, souligne le communiqué.
La Conférence de Sotchi cherche également à saper les négociations de Genève et à les vider de tout sens en inondant l'Opposition d'invités qui soutiennent déjà la survie d'Assad au pouvoir. La Conférence vise également à mettre de côté toute question fondamentale énoncée dans les résolutions de l'ONU, notamment la question de la transition politique.
Les Russes ne peuvent dissimuler leur intention de consolider Assad et son régime et de saper le processus de Genève, basé sur les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et les accords internationaux, et le remplacer par des négociations qui n'ont aucune base juridique, sauf les impératifs politiques et stratégiques de Moscou.
Les signataires ont souligné que la Conférence de Sotchi vise à consolider et conférer une légitimité à l'occupation russo-iranienne en utilisant la présence militaire russe et iranienne en Syrie pour faire appliquer les décisions qui découleront de la Conférence de Sotchi.
Le communiqué appelle tous les organes et organisations qui peuvent influencer l'opinion publique syrienne ; surtout les organisations politiques et syndicales, les groupes de l'Armée Libre, les personnalités nationales et les intellectuels ; à boycotter la Conférence et à tout faire pour la déjouer. Le communiqué appelle également à contrecarrer les tentatives de Moscou de détourner la volonté du peuple syrien et de lui enlever son droit d'organiser un dialogue national dirigé par des Syriens et appartenant à des Syriens, ainsi que ses tentatives visant à saper leur souveraineté, ignorer leurs énormes sacrifices, et ruiner leur avenir et l'avenir de leurs enfants.
Les signataires ont appelé le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, le Secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit, les Etats membres du Conseil de sécurité, les pays amis et les organisations internationales de défense des droits de l'Homme à intervenir pour forcer la Russie et tous les acteurs actifs à s'engager dans des chartes et des résolutions internationales, réaffirmant que le processus de Genève et les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies demeurent le seul cadre légitime pour l'aboutissement des négociations visant à parvenir à une solution politique en Syrie.

26 décembre 2017 In Coalition News

(26 dec) : Les membres de la Coalition Nationale Syrienne ont déclaré douter de la capacité de la Russie à tirer parti des résultats de la Conférence de Sotchi d'une manière qui fasse avancer le processus politique et mette en œuvre les résolutions internationales sur la Syrie.
Le Secrétaire de l'Organe politique de la Coalition, Yahya Maktabi, a déclaré que Moscou n'est pas éligible pour parrainer une conférence sur le rétablissement de la paix en Syrie ; les avions russes continuant de cibler les civils et les quartiers résidentiels.
Le sérieux de la Russie à trouver une solution politique en Syrie aurait dû se manifester dans le dernier cycle de négociations à Genève en faisant pression sur le régime qui a entravé les négociations et refusé de s'engager dans des négociations directes.
Le Membre de l'Organe politique Okab Yahya a déclaré que les responsables russes ont posé des conditions à l'Opposition syrienne avant d'annoncer l'ordre du jour de la prochaine conférence de Sotchi. Ces conditions mettent beaucoup de points d'interrogation sur cette conférence, sans parler du rôle négatif de Moscou dans la promotion du processus politique.
M. Yahya a réitéré l'attachement de l'Opposition syrienne à une solution politique à travers les négociations de Genève et les résolutions internationales sur la Syrie, notamment le Communiqué de Genève de 2012 et les Résolutions 2118 et 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.

25 décembre 2017 In Coalition News

(25 dec) : Une délégation du Haut comité des négociations (HCN) de l'Opposition syrienne dirigée par Nasr Hariri a rencontré dimanche le Ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Al Jubeir et a discuté avec lui des résultats du dernier cycle de négociations à Genève et du processus de négociations.
M. Hariri a réitéré l'engagement du HCN à une solution politique conforme aux résolutions internationales sur la Syrie, notamment le Communiqué de Genève de 2012 et les Résolutions 2118 et 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il a souligné que l'intransigeance du régime d'Assad a miné les efforts de l'Envoyé spécial pour la Syrie Staffan De Mistura pour réaliser des progrès et faire avancer le processus politique.
L'Opposition syrienne a rempli ses devoirs et attend toujours que les Nations Unies remplissent leur rôle et amènent l'autre partie, à savoir le régime d'Assad, à la table des négociations. L'ONU n'a pas réussi à amener le régime d'Assad à la table des négociations. Le régime d'Assad persiste dans ses tentatives d'entraver la mise en œuvre des résolutions internationales.
Pour sa part, le Ministre des Affaires étrangères Adel Al Jubeir a réitéré le soutien de son pays au HCN, appelant à mettre en œuvre les résolutions internationales et à trouver une solution politique durable qui mette fin aux souffrances du peuple syrien, apporte une transition politique et assure le retour des réfugiés dans leurs foyers.
M. Jubeir a exprimé son soutien aux projets du HCN et à sa volonté de se rendre aux Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU pour les exhorter à faire pression pour la mise en œuvre des résolutions internationales sur la Syrie.

25 décembre 2017 In Coalition News

(22 dec) : La délégation de l'Opposition armée a tenu vendredi plusieurs réunions avec des délégations de partis actifs dans la capitale kazakh Astana, soulignant la nécessité de réaliser de réels progrès sur la question des détenus dans les prisons du régime d'Assad.
La délégation de l'Opposition armée a rencontré des délégations turque, russe et américaine et a discuté de la libération des détenus, de la consolidation de l'accord sur les zones de désescalade et de la nécessité de faire pression sur le régime d'Assad pour qu'il cesse de violer l'accord.
Le Chef de la délégation de l'Opposition armée, Ahmed Tomeh, a déclaré que l'objectif principal est de faire de réels progrès sur la question des détenus. Notre priorité numéro un est la question des détenus. L'accord qui a été conclu sur cette question doit être activé et doit rester au centre des discussions actuelles.
M. Tomeh a appelé à faire pression sur le régime d'Assad et ses garants pour le forcer à respecter pleinement l'accord sur les zones de désescalade, en particulier dans la province d'Idleb et dans la Ghouta Est près de Damas. L'accord concerne principalement la sûreté et la sécurité de millions de Syriens.
La délégation a présenté à la délégation russe un mémorandum détaillant les violations de l'accord sur les zones de désescalade commises par le régime depuis son entrée en vigueur. La délégation a appelé Moscou à faire pression pour forcer le régime d'Assad à respecter pleinement l'accord.
La délégation a également souligné que le régime d'Assad a facilité le retrait des militants de l'Etat Islamique (EI) de la région d'Aqiribat (campagne de Hama) vers la province d'Idleb. La délégation a exigé le lancement d'une enquête sérieuse sur cette initiative qui a révélé la complicité directe du régime d'Assad et sa collusion avec l'EI.
Le Chef de la délégation turque aux pourparlers d'Astana, le Ministre adjoint des Affaires étrangères Sedat Onal, a fait part de son mécontentement face aux continuelles violations de l'accord sur les zones de désescalade par le régime d'Assad. Il a souligné avoir transmis ces violations aux garants du régime d'Assad et faire tout son possible pour mettre fin à cette tragédie.

25 décembre 2017 In Coalition News

(21 dec) : La délégation de l'Opposition armée syrienne a tenu jeudi une réunion avec une équipe technique des Nations Unies à l'ouverture du huitième round des pourparlers d'Astana, capitale kazakh. La délégation a discuté de la question des détenus dans les prisons du régime d'Assad avec l'équipe de l'ONU.
Dans un communiqué, la délégation a déclaré que le but de sa participation au cycle actuel des négociations à Astana est d'assurer la libération des détenus; la consolidation du cessez-le-feu, notamment dans les zones de désescalade; la levée de tous les sièges imposés sur les zones libérées; et la livraison de l'aide humanitaire aux personnes dans le besoin.
La question des détenus est une des priorités des discussions. La discussion avec la partie russe portera essentiellement sur cette question.
Le refus du régime d'Assad de libérer les détenus viole les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment les dispositions humanitaires contenues dans la Résolution 2254, a rappelé la délégation, appelant la Russie à assumer son rôle de garant du régime d'Assad.
Les forces du régime et les milices étrangères soutenues par l'Iran ne respectent pas l'accord sur les zones de désescalade. Des crimes continuent d'être commis contre des civils dans la Ghouta Est assiégée et dans la province d'Idleb.
L'attitude de la délégation du régime d'Assad à la dernière série de négociations de Genève a clairement montré qu'il n'avait pas la moindre intention de se conformer aux résolutions internationales. La partie russe est plus que jamais obligée d'exercer des pressions sur le régime d'Assad pour le forcer à accepter une solution politique.

20 décembre 2017 In Coalition News

(20 dec) : La Coalition Nationale Syrienne a fermement condamné le massacre commis par les forces russes dans la ville de Maar Shoureen (campagne d'Idleb), tuant des dizaines de civils, dont des femmes et des enfants.
Dans un communiqué publié jeudi, la Coalition a appelé à une action internationale pour mettre fin aux crimes commis par la Russie et le régime d'Assad. Les déclarations des représentants des acteurs actifs n'ont jusqu'à présent pas réussi à faire pression sur le régime d'Assad et la Russie. Ces déclarations ne sauraient dispenser la Communauté Internationale de ses responsabilités juridiques et humanitaires à protéger les civils et maintenir la paix et la sécurité en Syrie.
Selon les activistes locaux, quatre avions russes ont attaqué, aux missiles explosifs, des zones résidentielles et des maisons de civils dans le centre de la ville mardi soir, tuant 17 personnes et en blessant 35 autres, et détruisant des bâtiments résidentiels et des installations environnantes.
Selon le centre de la Défense civile de la campagne d'Idleb, 13 personnes d'une même famille, dont quatre enfants et deux femmes, ont été tuées. Les secouristes se sont précipités sur les lieux de l'attaque et ont sauvé une trentaine de civils des décombres.
La Coalition a averti que les négociations et la solution politique sont en grand danger. Il est urgent que la Communauté Internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU fournissent un soutien suffisant pour sauver le processus de négociation et le réactiver d'une manière sérieuse et efficace. Il est également urgent de faire respecter les résolutions internationales sur les violations en cours des résolutions de l'ONU, en particulier les Résolutions 2268 et 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies, et garantir le jugement des responsables.

Page 1 sur 4
Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : décembre 2017