28 février 2017 In Coalition News

(28 fev) : Abdul Ilah Steifo, Vice-président de la Coalition Nationale Syrienne, a rappelé la nécessité de respecter le calendrier fixé par les résolutions internationales sur le lancement de la transition politique en Syrie.
M. Steifo, qui est également Membre de la délégation du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN) aux pourparlers de Genève, a déploré le manque d'engagement à un calendrier précis lors des précédentes négociations de Genève.
Le Paragraphe 4 de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU stipule que les négociations devaient commencer le 1er janvier 2016 pour une durée de six mois. Les négociations devaient être suivies d'une longue période de transition de 18 mois ; cela n'a pas été le cas, a déclaré M. Steifo.
La crédibilité de la Communauté Internationale est en jeu ; elle ne doit pas permettre que les dérives des pourparlers de Genève III se répètent. Pour le peuple syrien, le temps c'est du sang.
L'Opposition continuera à faire pression pour l'application des résolutions internationales appelant au lancement de la transition politique. Les pourparlers de Genève IV doivent se concentrer sur la transition politique pour assurer l'instauration d'un Etat libre et stable basé sur les valeurs de justice et de droit.
La délégation du HCN restera à Genève pour discuter du processus de transition politique, malgré les tentatives du régime d'Assad à faire échouer les négociations, a ajouté M. Steifo.

28 février 2017 In Coalition News

(28 fev) : Salem Masslat, Porte-parole du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN), a appelé les Nations Unies à honorer, à Genève où se tient le quatrième cycle de négociations de paix, la Défense civile syrienne, connue sous le nom de « Casques blancs ». Les Casques blancs méritent d'être honorés pour leur rôle et leur travail de secours des civils.
Un film documentant la lutte des Casques blancs a remporté dimanche l'Oscar du meilleur court documentaire.
Nous sommes ravis de voir un film sur les Casques blancs remporter un Oscar, mais nous croyons qu'ils sont dignes d'un plus grand honneur car ils risquent leur vie pour sauver les civils. De nombreux membres des groupes de recherche et de secours ont perdu la vie tout en sortant des civils de sous les décombres des bâtiments bombardés, a déclaré M. Masslat.
Produit par Netflix, le reportage d'une quarantaine de minutes, appelé The White Helmets, dresse le portrait de ces secouristes qui risquent leur vie pour sauver les Syriens touchés par la guerre civile.
Il était prévu que Raed Saleh, Chef des Casques blancs, et Khaled Khatib, un secouriste qui a filmé de nombreuses scènes choc de sauvetage après des bombardements en Syrie, assistent dimanche aux Oscars où ils sont le sujet du documentaire The White Helmets.
Raed Saleh, qui s'était réjoui le 18 février d'avoir obtenu un visa, n'a pas pu quitter son travail pour assister à la cérémonie de remise des prix à Los Angeles en raison de la pression de travail due à l'intensification par le régime des frappes sur les provinces de Damas, Deraa et Homs.
La cérémonie des Oscars a affiché les crimes commis par le régime d'Assad et ses alliés contre le peuple syrien. M. Masslat a dénoncé la réticence de la Communauté Internationale à condamner explicitement ces crimes.
Si l'Organisation des Nations Unies veut réellement honorer ceux qui sauvent des vies, elle doit inviter les Casques blancs à Genève afin d'y recevoir les honneurs et leur faciliter l'acquisition des visas, a souligné M. Masslat.

27 février 2017 In Coalition News

(27 fev) : La délégation de l'Opposition aux pourparlers de Genève a transmis un message du Conseil local de Madaya assiégée (campagne de Damas) à l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Satffan De Mistura, soulignant les souffrances des civils de Madaya.
Lors d'une téléconférence lundi entre les membres du Conseil et les membres du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN), les participants ont souligné la nécessité du HCN de faire pression sur les Nations Unies à appliquer ses résolutions sur la Syrie ; notamment l'acheminement de l'aide humanitaire aux villes assiégées, la levée des sièges et la libération des détenus.
Les membres du Conseil local ont souligné l'importante pénurie alimentaire et en fournitures médicales dans la ville, provoquant des maladies telle l'insuffisance rénale et le kwashiorkor, une forme de malnutrition protéino-énergétique sévère. On estime que 350 personnes ont développé cette maladie causée par l'apport insuffisant de protéines ; la nourriture étant limitée aux haricots secs.
La ville de Madaya compte environ 40 000 personnes qui subissent un siège paralysant par les forces du régime et les milices du Hezbollah. Au moins 280 personnes sont mortes depuis le début du siège, soit en près de trois ans. De plus, 12 personnes ont été tuées dans des attaques des forces du régime et des milices du Hezbollah ou sont mortes en raison du manque de fournitures médicales depuis l'entrée en vigueur de la trêve le 29 décembre 2016. Environ 200 autres personnes ont été blessées.
Lors de la téléconférence, Salem Masslat, Porte-parole du HCN, a assuré aux membres du Conseil que leur message aux Nations Unies sera transmis, soulignant que la délégation du HCN est à Genève pour discuter de la transition politique nécessaire pour rétablir la stabilité et la sécurité dans toute la Syrie.
La mission de l'équipe des négociations de l'Opposition est de défendre les revendications du peuple syrien et de contribuer à réaliser ses aspirations, a déclaré M. Masslat.

27 février 2017 In Coalition News

(27 fev) : Le régime d'Assad cherche à faire échouer les négociations de Genève, a déclaré l'Opposition syrienne, soulignant que le Chef de la délégation des négociations du régime, Bashar Jaafari, n'est pas venu à Genève pour discuter d'une solution politique.
Salem Masslat, Porte-parole du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN), s'est demandé comment le régime d'Assad parle de la lutte contre le terrorisme alors qu'il est le principal sponsor du terrorisme.
Si la Russie veut réellement faire aboutir les négociations, elle doit faire pression sur le régime d'Assad pour qu'il accepte une solution politique à Genève, a souligné M. Masslat, notant que la Russie a une grande influence sur le régime d'Assad puisque son intervention militaire directe en Syrie l'a sauvé de la chute et l'a aidé à reprendre Alep.
La première étape à prendre pour que les négociations soient un succès est de discuter de la formation d'un Organe directeur de transition, des élections et de la constitution.
M. Masslat s'attendait à ce que la position de l'administration Trump sur la Syrie soit différente de celle de son prédécesseur, d'autant plus que les Etats-Unis semblent adopter une position plus ferme sur l'Iran, complice des crimes du régime d'Assad contre le peuple syrien.
L'Opposition syrienne a certaines exigences fondamentales et des principes auxquels elle ne renoncera jamais. Le sang d'un demi-million de personnes tuées par le régime d'Assad ne peut être ignoré. Il est plus que nécessaire de satisfaire les demandes du peuple syrien à tout prix, et cela malgré les nombreux obstacles auxquels est confronté le processus politique.

27 février 2017 In Coalition News

(27 fev) : Abdul Hakim Bashar, Vice-président de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que les Kurdes syriens sont pleinement représentés dans les rangs de l'Opposition, ajoutant que les droits de la population kurde syrienne ne pourront être garantis tant que le régime d'Assad est au pouvoir.
M. Bashar a fait part de son pessimisme quant à une quelconque avancée positive dans les actuelles négociations de Genève ; les Etats-Unis n'ayant pas de position et de vision claires pour une solution en Syrie et le régime d'Assad travaillant à anéantir les négociations.
Le régime d'Assad a toujours cherché à saboter les négociations, car il est pleinement conscient que s'engager sérieusement dans tout processus politique signifierait le début de la fin.
Le régime d'Assad, qui a tué plus d'un demi-million de personnes ; déplacé 12 millions de civils ; et détenu des centaines de milliers de Syriens, ne renoncera pas facilement à moins d'être forcé par la Communauté Internationale, a rappelé M. Bashar, notant que l'absence d'un rôle actif des États-Unis a jusqu'à présent eu des conséquences désastreuses pour le peuple syrien et la Révolution.
M. Bashar a souligné que les combats politiques et militaires menés par le Parti de l'Union Démocratique (PYD) contre l'Etat Islamique (EI) dans les provinces de Raqqa et Deir El Zor n'ont rien à voir avec la question kurde. La Turquie est un ami de tout le peuple syrien, contrairement à ce que le PYD, l'aile syrienne du PKK, prétend. La Turquie accueille actuellement plus de 3 millions de réfugiés syriens ; dont 300 000 à 400 000 Kurdes qui ont fui l'oppression des milices du PYD et qui vivent en toute sécurité en Turquie, contrairement aux Kurdes vivant dans les zones contrôlées par les milices du PYD.

26 février 2017 In Coalition News

(25 fev) : L'escalade militaire du régime d'Assad et de ses alliés russes et iraniens sur les zones tenues par les Révolutionnaires se poursuit sans relâche; en particulier sur les provinces de Deraa et de Damas et sur le district assiégé d'Al Waer (Homs); et cela malgré le début d'un nouveau cycle de négociations à Genève .
Des membres de la délégation syrienne de l'Opposition à Genève et des membres du Conseil local d'Al Waer ont échangé, lors d'une téléconférence tenue samedi après-midi, sur la situation désastreuse dans le district assiégé. En effet, le district subit de violents bombardements par les forces du régime et ses milices alliées depuis quelques jours.
Lors de la téléconférence organisée par la Coalition Nationale Syrienne, les deux parties ont convenu de poursuivre les consultations et la coordination pour envoyer les souffrances de la population assiégée à Al Waer à la Communauté Internationale.
Khaled Khoja, Membre de la Coalition, a rappelé qu'à chaque ronde de négociations le régime d'Assad intensifie la violence et ses opérations de déplacement de masse forcé. Une telle escalade se produit avec le soutien de la Russie qui prétend être un garant du cessez-le-feu.
M. Khoja, qui parlait de Genève samedi, a déclaré que le régime d'Assad ne cherche qu'à gagner du temps.
Nous ne pouvons parler d'un véritable et réel processus de négociations, mais d'une gestion d'un processus politique dans lequel le régime utilise ses propres termes pour décrire les choses. C'est le résultat de l'indécision des résolutions internationales, a souligné M. Khoja.
Les activistes locaux ont documenté la mort d'au moins 43 personnes dans le bombardement brutal et les opérations militaires du régime d'Assad et ses alliés vendredi, ajoutant avoir enregistré pas moins de 50 violations de la trêve par les forces du régime d'Assad et ses alliés vendredi.

25 février 2017 In Coalition News

(25 fev) : La délégation de l'Opposition aux pourparlers de Genève s'est entretenue vendredi soir avec des représentants des pays membres du Groupe des Amis du peuple syrien pour échanger sur le processus de négociations et les perspectives de transition politique en Syrie.
Yahya Qadamani, Coordonnateur général adjoint du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN), a salué le continuel soutien du Groupe des Amis du peuple syrien à la délégation de négociations de l'Opposition et aux aspirations du peuple syrien à la liberté et la dignité.
Nasr Hariri, Chef de la délégation de l'Opposition, a rappelé que l'Opposition est disposée à entamer des négociations sérieuses aboutissant à une transition politique comme le prévoient les résolutions internationales.
M. Hariri a souligné que la rencontre avec l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan De Mistura était positive et que l'Opposition a soumis des suggestions "claires et précises" à l'Envoyé de l'ONU.
M. De Mistura a remis à la délégation syrienne de l'Opposition un document sur les procédures et quelques idées pour entamer le processus politique, a ajouté M. Hariri. L'Opposition va étudier le document et présentera sa réponse dans les prochains jours.
De leur côté, les représentants du Groupe des Amis du peuple syrien ont salué la réponse positive de la délégation de l'Opposition aux pourparlers de Genève. Ils ont souligné la nécessité pour l'Opposition de poursuivre son attitude positive concernent le processus de négociations que le régime tente de saper. Ils ont également réaffirmé leur soutien au processus de transition politique en Syrie.

24 février 2017 In Coalition News

(24 fev) : Abdul Hakim Bashar, Vice-président de la Coalition Nationale Syrienne, a souligné que l'Opposition travaille à faire de la transition politique, conformément aux résolutions internationales, le thème principal des négociations de Genève.
S'exprimant vendredi à Genève, M. Bashar a déclaré que la délégation de l'Opposition va s'entretenir vendredi avec l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan De Mistura, pour discuter de l'ordre du jour des négociations.
La délégation de l'Opposition appelle M. De Mistura à forcer le régime d'Assad à s'engager dans le processus politique et à mettre la transition politique, conformément aux résolutions internationales ; en particulier le Communiqué de Genève de 2012 et les Résolutions 2118 et 2254 ; au cœur de l'ordre du jour des pourparlers.
M. Bashar, également Membre du Haut comité des négociations de l'Opposition (HCN), a déclaré que M. De Mistura et son équipe devaient tenir compte des derniers rapports de l'ONU et des groupes de défense des droits de l'Homme qui condamnent l'utilisation d'armes chimiques par le régime d'Assad et les exécutions de masse de milliers de détenus dans la prison de Saydnaya et dans d'autres centres de détention.
En réponse aux propos de l'Envoyé de l'ONU sur la rédaction d'une nouvelle constitution lors de la cérémonie d'ouverture jeudi, M. Bashar a déclaré que ces questions peuvent être discutées après le lancement d'un processus politique et la mise en place d'une véritable transition politique.

24 février 2017 In Coalition News

(24 fev) : Nasr Hariri, Chef de la délégation de l'Opposition aux négociations de Genève, a déclaré que les pourparlers doivent se concentrer sur la transition politique en Syrie car toutes les résolutions de l'ONU sur la Syrie se basent sur une transition politique.
Lors d'une conférence de presse suite à la cérémonie d'ouverture des nouvelles rondes de négociations qui ont débuté jeudi à Genève, M. Hariri a souligné que la balle est maintenant entre les mains de l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan De Mistura, et les Nations Unies, les appelant à avoir un rôle positif en tant que sponsors des négociations.
M. Hariri a appelé l'Envoyé de l'ONU à s'en tenir au premier point de l'ordre du jour ; à savoir une transition politique acceptée par le peuple syrien, ajoutant que la Résolution 1254 insiste sur le droit du peuple syrien à choisir ses représentants dans les pourparlers de paix et soulignant que le peuple syrien a accepté une délégation représentée par le Haut comité des négociations (HCN).
M. Hariri a dénoncé le silence de la Communauté Internationale sur les crimes quotidiens commis contre le peuple syrien depuis près de six ans, soulignant que le seul but du régime d'Assad est de rester au pouvoir aux dépens du peuple syrien, de l'Opposition et de ses partisans.
La Russie essaie de contourner les résolutions internationales sur la Syrie et de discréditer l'Opposition syrienne, tout en continuant à soutenir le régime d'Assad. De plus, la Russie n'a jusqu'à présent pas réussi à influencer le régime d'Assad ou même à stopper les milices qui combattent aux côtés d'Assad.
Concernant la flagrante ingérence de l'Iran en Syrie, M. Hariri a souligné que l'Iran représente le plus grand obstacle à la conclusion d'accords politiques dans la région. Téhéran a investi politiquement, militairement et sur le plan de la sécurité en Syrie ; déployant des dizaines de milliers de militants sectaires pour soutenir le régime d'Assad.
M. Hariri a appelé à de réels et intensifs efforts internationaux afin d'assurer le succès des pourparlers, exhortant les États-Unis à assumer un rôle plus important et positif pour faire face à l'ingérence de l'Iran en Syrie et aider à parvenir à une solution politique juste qui mette fin aux souffrances du peuple syrien.
Bachar Al Assad ne peut rester au pouvoir que dans un cas : si le peuple syrien accepte cela, ce qui est hautement improbable puisque le régime d'Assad a tué et déplacé des civils innocents depuis le début de la Révolution syrienne.

23 février 2017 In Coalition News

(23 fev) : Les combattants de l'Armée Libre ont pris le contrôle de la ville clé d'Al Bab (Nord-Est d'Alep) des mains du Groupe extrémiste Etat Islamique (EI) dans le cadre de l'Opération Shield of the Euphrates soutenue par les Turcs.
Un commandant d'un groupe de l'Armée Libre participant à l'offensive a déclaré que les combattants de l'Armée Libre travaillent actuellement à retirer les mines et engins explosifs placés par l'EI dans la ville.
La libération d'Al Bab a été annoncée quelques heures après que les groupes de l'Armée Libre aient capturé tous les points stratégiques du centre de la ville ; notamment le complexe de sécurité, bastion le plus grand et le plus défendu de l'EI.
La ville d'Al Bab, à environ 40 km au Nord-Est de la ville d'Alep et à 30 km au Sud de la frontière turque, était le dernier fief important de l'EI dans la province d'Alep. La ville comptait environ 200 000 personnes avant d'être tombée aux mains de l'EI en janvier 2014.
Le 24 août 2016, des groupes de l'Armée Libre ont lancé, avec le soutien des forces militaires turques et en coordination avec la coalition internationale anti-EI, l'Opération Shield of the Euphrates pour faire venir à bout de l'EI et des autres groupes terroristes du Nord de la Syrie.

Page 1 sur 4
Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : février 2017