3 juin 2017 In Coalition News

(03 juin) : Jawad Abu Hatab, Chef du Gouvernement intérimaire syrien, a déclaré que les relations bilatérales avec l'Union Européenne s'étaient encore améliorées, soulignant que le Gouvernement intérimaire poursuit son travail pour la gestion des zones libérées et améliorer la réalité des institutions et des services pour tous les citoyens syriens.
Dans un communiqué publié aujourd'hui, M. Abu Hatab a affirmé que sa visite à Bruxelles, accompagné du Président de la Coalition Nationale Syrienne Riad Seif et plusieurs membres de la Coalition, suit la logique des précédentes visites. La réunion de vendredi 02 juin avec la Haute Représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini était très importante pour le soutien du Gouvernement intérimaire, des ressources humaines et des projets.
Il est important que le Gouvernement intérimaire prenne sa place au sein de la société syrienne et ait un rôle dans la préservation de l'unité du territoire syrien. Il faut également soutenir les institutions pour leur permettre de gérer les zones libérées et fournir des services à la population.
Le Gouvernement intérimaire travaille sur cinq projets avec l'Union Européenne ; à savoir l'éducation, la santé, l'agriculture, les affaires internes et l'octroi de documents administratifs tels les actes de naissance, les cartes d'identités et les documents de voyage. Nous travaillons également à permettre aux conseils locaux de jouer un rôle dans la gestion des zones libérées.
Une délégation de la Coalition accompagnait également MM Seif et Abu Hatab, à savoir les Membres de l'Organe politique Anas Abdah, Hadi Bahra et Hawas Khalil, ainsi que la Membre de l'Assemblée générale Ruba Haboush.

3 juin 2017 In Coalition News

(02 juin) : Riad Seif, Président de la Coalition Nationale Syrienne, s'est réuni vendredi avec Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, au siège de l'UE dans la capitale belge, Bruxelles.
Plusieurs responsables européens étaient présents. M. Seif était accompagné d'une délégation comprenant le Chef du Gouvernement intérimaire syrien Jawad Abu Hatab et de membres de l'Organe politique de la Coalition et de l'Assemblée générale.
M. Seif a appelé les Européens à avoir un rôle plus important en Syrie et au Moyen-Orient. Nous avons honte en voyant des déclarations condamnant les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité du régime d'Assad alors qu'il n'y a pas de mesures concrètes pour arrêter ces crimes, a-t-il martelé.
D'un côté nous avons l'Iran qui occupe la Syrie et la Russie qui agit en toute liberté dans le pays. De l'autre côté, nous avons des pays amis qui n'ont pas encore pris de mesures pour arrêter l'agression contre la Syrie et n'ont pas non plus montré l'attention nécessaire à cette agression.
Le plan d'action mis en place par le nouvel Organe présidentiel vise à renforcer la représentation des femmes au sein des institutions de l'Opposition syrienne et dans le processus décisionnel, a indiqué M. Seif. Il a appelé l'UE à coordonner les efforts avec les Nations Unies pour trouver une solution aux environ 10 millions de Syriens qui n'ont pas de documents de voyage.
Pour sa part, Mme Mogherini a estimé que la réunion avec la délégation de la Coalition était importante pour elle et son équipe. Elle a réaffirmé un soutien politique complet à l'Opposition syrienne et sa participation au processus de Genève. Elle s'est également engagée à soutenir les projets du Gouvernement intérimaire syrien.
L'UE soutient déjà des projets visant à renforcer la résilience des Syriens, a rappelé la Responsable de la politique étrangère de l'UE. L'UE souhaite intensifier les efforts sur le plan économique pour gérer la phase post-conflit, a-t-elle déclaré, ajoutant que l'UE considère la Coalition et ses institutions comme des partenaires clés.
Mme Mogherini a souligné que le processus politique à Genève est la « base » de toute solution, soulignant que ce ne sera peut-être pas le seul moyen d'atteindre une solution politique. Pour l'UE, les accords d'Astana peuvent être utiles pour réduire la violence sur le terrain.
Mme Mogherini a fait part de ses inquiétudes au sujet de la division de la Syrie, soulignant que l'UE estime que la Syrie doit rester unie et que toutes les parties doivent travailler ensemble pour surmonter la difficulté de cette mission.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : samedi, 03 juin 2017