9 janvier 2018 In Coalition News

(09 jan) : Le Président de la Coalition Nationale Syrienne, Riad Seif, et les membres de l'Organe politique ont rencontré lundi Martin Longden, Envoyé spécial de la Grande-Bretagne pour la Syrie. Les deux parties ont discuté des massacres du régime d'Assad et de ses alliés contre les civils à Idleb et à Ghouta, ainsi que des derniers développements du processus politique.
M. Seif a déclaré que les informations circulant sur la Conférence de Sotchi suggèrent que la Conférence ne servira pas le processus politique. Toute solution impliquant la survie d'Assad au pouvoir ne rétablira pas la stabilité dans le pays ou la région.
Le peuple syrien n'acceptera pas la survie d'Assad, a t il ajouté, soulignant que pour les Syriens, cette question est impensable. Accepter la survie d'Assad est-ce logique ou même moral ?
M. Seif a souligné que Moscou n'a pas su faire pression sur le régime d'Assad ni l'obliger à s'engager dans des négociations sérieuses à Genève. Au contraire, la Russie se tient aux côtés du régime d'Assad et soutient ses opérations militaires contre les civils et les forces de l'Armée Libre à Idleb et dans la Ghouta Est (banlieue de Damas).
Pour sa part, M. Longden a réaffirmé le continuel soutien de son pays à l'Opposition syrienne, soulignant la nécessité pour l'Opposition syrienne de présenter une position unifiée à l'égard de la Conférence de Sotchi proposée par la Russie et de toutes les autres questions.

9 janvier 2018 In Coalition News

(09 jan) : Une délégation du Haut comité des négociations de l'Opposition syrienne (HCN), dirigée par Nasr Hariri, s'est entretenue lundi à New York avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, le Secrétaire général adjoint aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman, et les Ambassadeurs du Conseil de sécurité et de l'ONU.
M. Hariri a exposé les dangers du processus de Sotchi en tant que tel ; en effet, il risque de saper le processus de Genève et l'objectif de transition énoncé dans le Communiqué de Genève et la Résolution 2254.
Il y a un processus politique, c'est à Genève et ça ne marche pas parce que le régime refuse de négocier. Un processus parallèle ne changera pas cette réalité et risque de fait de renforcer le régime et son engagement en faveur d'une stratégie militaire, a ajouté M. Hariri, rappelant les massacres perpétrés par le régime d'Assad et ses alliés contre les civils à Idleb et la Ghouta Est.
M. Hariri a exhorté la Communauté Internationale ; notamment le Royaume-Uni et les Etats-Unis ; à aider à changer la dynamique en travaillant avec les alliés pour faire pression sur le régime pour négocier à Genève et exercer une pression réelle sur le régime et ses partisans.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : mardi, 09 janvier 2018