1 février 2018 In Coalition News

(01 fev) : Nasr Hariri, Chef de la Commission syrienne des négociations, a réaffirmé l'insistance de la Commission à la pleine mise en œuvre de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies après le placement du Comité constitutionnel sous les auspices de l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, et des Nations Unies.
Nous sommes pleinement attachés aux dispositions de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous saluons toutes les idées et initiatives pour l'implantation de la Résolution, a déclaré M. Hariri lors d'une conférence de presse jeudi à Istanbul (Turquie). Il a souligné la nécessité de créer un environnement sûr et neutre pour que le processus constitutionnel se déroule tout en garantissant le libre arbitre des participants.
Cet environnement sûr et neutre nécessite l'initiation d'une phase de transition dirigée par un Organe directeur de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs conformément aux résolutions de l'ONU.
La Commission cherche à faire en sorte que la conférence serve le processus politique de Genève avec un certain nombre de principes ; dont l'établissement d'un cessez-le-feu, l'envoi de convois d'aide humanitaire dans les zones assiégées et la libération d'un premier groupe de détenus. Tout résultat issu de la Conférence de Sotchi doit correspondre à la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
La Conférence de Sotchi ne doit pas devenir un processus parallèle ou contradictoire au processus de Genève. Tout résultat de la Conférence doit être présenté au processus politique mené par les Nations Unies à Genève, conformément à la Résolution 2254 de l'ONU et au Communiqué de Genève de 2012.
M. Hariri a souligné que la Conférence de Sotchi ne doit pas être considérée comme représentant tout le peuple syrien en raison de la manière dont les participants ont été sélectionnés, réitérant la nécessité d'un environnement neutre pour la Conférence et toutes ses dispositions.
La Commission n'a ménagé aucun effort pour réaliser une percée dans la voie de la solution politique et est ouverte à toute idée qui y aiderait.
M. Hariri a remercié tous les pays soutenant les revendications du peuple syrien pour la liberté et la dignité et ceux qui ont interagi avec la Commission lors de sa prise de décision nationale indépendante qui a été faite avec un libre arbitre et un sens profond de la responsabilité nationale.

1 février 2018 In Coalition News

(01 fev) : La Coalition Nationale Syrienne condamne fermement la poursuite des bombardements par le régime d'Assad et les forces russes sur les campagnes d'Idleb et de Damas, mettant en garde contre les conséquences de la politique d'assassinats et de déplacements menée par l'alliance russo-régime d'Assad.
Dans un communiqué publié jeudi, la Coalition souligne que l'occupation russe et les forces du régime continuent de commettre plus de crimes en Syrie. Mardi 30 janvier et les jours précédents, les campagnes d'Idleb et de Damas et d'autres régions syriennes ont connu de violents crimes.
En plus de la poursuite des massacres et de l'escalade militaire, la campagne de bombardements provoque également des destructions massives, le chaos et le déplacement forcé de civils. Ces crimes atroces ont démontré à maintes reprises que le régime d'Assad et ses alliés russe et iranien ne savent que tuer et commettre des crimes et que toute initiative sur le plan politique n'est rien d'autre qu'un battage médiatique visant à gagner plus de temps.
La Coalition met en garde contre une nouvelle escalade militaire et des crimes par la Russie dans les prochains jours, en représailles de l'échec du projet que la Russie voulait imposer au peuple syrien à travers la Conférence de Sotchi.
Il est donc impératif que le Conseil de sécurité de l'ONU condamne ces massacres, juge les auteurs par tous les moyens possibles, œuvre pour la protection des civils syriens et trouve une solution juste qui réalise leurs aspirations conformément aux résolutions adoptées pour la Syrie.
La majorité des crimes commis ces derniers jours ont affecté des zones civiles dans la campagne d'Idleb. Lundi, les frappes aériennes ont tué 15 civils dans un marché de légumes dans la ville d'Ariha et blessé des dizaines d'autres, tous des civils déplacés. Mardi, de violentes frappes aériennes ont également visé la ville de Saraqib, tuant au moins 16 civils et en blessant des dizaines d'autres.
Ces crimes atroces ont exposé la vraie position russe et démontré que la Russie est déterminée à soutenir le régime d'Assad et ses milices alliées par tous les moyens possibles à travers une compréhension tordue de la solution politique et de tous les accords ; notamment de l'accord sur les zones de désescalade, des trêves et des accords pour la cessation des bombardements.
Les occupants n'échapperont pas à leurs responsabilités pour les crimes de guerre qu'ils commettent en Syrie. Les auteurs de ces crimes contre le peuple syrien seront poursuivis et jugés par tous les moyens possibles.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : jeudi, 01 février 2018