31 mars 2018 In Coalition News

(31 mars) : Le Ministère des Affaires étrangères de la Coalition Nationale Syrienne a envoyé une lettre urgente aux pays amis du peuple syrien les appelant à répondre d'urgence aux besoins des personnes déplacées de la Ghouta Est (banlieue de Damas). La lettre met en garde contre les dangers entourant le sort des civils à Douma; le régime d'Assad et les forces russes menaçant d'attaquer la ville.
La lettre, qui a été envoyée à 20 États, comprend un rapport préparé par le Gouvernement intérimaire syrien et l'Unité de coordination de l'aide, détaillant les besoins essentiels des personnes déplacées de la Ghouta orientale. La lettre appelle à acheminer une aide d'urgence qui sera distribuée par le Gouvernement syrien intérimaire et l'Unité de coordination de l'aide.
Le sort de 26 006 personnes déplacées de force et dans les camps de personnes déplacées dans le gouvernorat d'Idleb dépend des aides humanitaires et de la capacité d'accueil limitée, souligne le rapport de suivi des évacuations de l'OCHA.
La situation dans le gouvernorat d'Idleb est très préoccupante; les personnes déplacées étant hébergées dans des abris collectifs surpeuplés et en raison des besoins humanitaires critiques, notamment en matière de protection, d'alimentation, de santé, de nutrition, d'articles non alimentaires et en eau et assainissement.
Le rapport indique que les personnes déplacées de la Ghouta Est ont fait l'objet d'arrestations, d'enlèvements et d'exécutions sommaires. Des vidéos et des photos montrant des civils humiliés lors de la distribution de l'aide alimentaire, obligés de chanter pour Assad en échange d'eau potable, circulent.
En effet, la souffrance du peuple syrien continue et la situation sur le terrain est catastrophique suite à l'incapacité de la Communauté Internationale de mettre un terme aux vagues de déplacements massifs forcés, de protéger les civils et de faire appliquer les résolutions du CSNU pour la fin des hostilités et l'acheminement inconditionnel de l'aide.
La lettre souligne que le gouvernorat d'Idleb héberge plus de deux millions de civils. Si une attaque barbare semblable à celle qui a eu lieu dans la Ghouta orientale ces deux derniers mois se produit, cela engendrera une situation catastrophique.

30 mars 2018 In Coalition News

(30 mars) : Les forces du régime d'Assad ont exécuté un certain nombre de civils, dont une femme, dans la Ghouta Est (banlieue de Damas). De lourds bombardements ont ciblé la périphérie de la ville de Douma.
Des activistes locaux ont déclaré que des militants pro-régime ont exécuté quatre civils, dont une femme, et kidnappé des femmes dans les villes de Kafarbatna et de Saqba après le retrait des combattants révolutionnaires du Nord de la Syrie.
Abdulrahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que les civils qui ont décidé de rester dans les zones détruites plutôt que d'être déplacés font l'objet de vengeances meurtrières de la part des milices du régime d'Assad.
Les informations provenant de la Ghouta orientale indiquent que les civils qui ont survécu aux violents bombardements du régime d'Assad et de ses alliés sont toujours en danger; les milices d'Assad continuant à commettre des crimes de guerre dans ces régions.
M. Moustafa a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU et les organisations internationales à forcer le régime d'Assad et ses milices à respecter le droit international humanitaire et à protéger les civils qui ont choisi de vivre dans les décombres plutôt que de quitter la région.
Les milices sectaires alliées du régime d'Assad ont procédé à des exécutions sommaires; tuant 23 hommes; et ont kidnappé cinq femmes mercredi dans la ville de Kafarbatna. Les forces du régime ont également arrêté 150 personnes dans la ville de Saqba, dont le chef du groupe d'aide Al Bashaer.
La Ghouta orientale est le théâtre de la plus grande opération de déplacement forcé et de changement démographique en Syrie depuis 2011. Le régime d'Assad et les forces russes ont lancé une attaque féroce sur la région, menant des crimes de guerre à grande échelle contre les civils dans la région. Les forces du régime d'Assad et leurs alliés ont largement utilisé des armes internationalement interdites; telles que les armes chimiques, le phosphore blanc et le napalm; en violation flagrante du droit international.
Dans un rapport publié mardi, le Corps de la Défense civile a déclaré qu'au moins 1433 civils; dont 223 femmes, 291 enfants et 12 volontaires de la Défense civile; ont été tués dans l'assaut sur l'enclave tenue par les Révolutionnaires entre le 1er février et le 23 mars. Des crimes de guerre sont commis contre des civils. Les forces du régime d'Assad, la Russie et les milices iraniennes utilisent divers types d'armes, dont des armes internationalement interdites, dans l'assaut sur la banlieue de Damas assiégée.

30 mars 2018 In Coalition News

(30 mars) : La Coalition Nationale Syrienne a nié avoir reçu une note du Qatar sur la fermeture de son ambassade dans la capitale Doha, soulignant que l'ambassade est ouverte aux activités opérationnelles quotidiennes.
Dans un communiqué de presse publié vendredi, la Coalition remercie le Qatar pour son soutien et ses facilités accordés par le Gouvernement qatari au travail de l'ambassade et de la communauté syrienne dans le pays. La Coalition salue également le généreux soutien du Qatar aux opérations de secours aux personnes déplacées à l'intérieur du pays et aux réfugiés syriens à l'étranger.
La Coalition a ouvert une ambassade au Qatar en 2013, sa première ambassade dans le monde. L'ambassade compte plusieurs bureaux; dont un bureau économique, un bureau d'éducation, un bureau de suivi des affaires de la communauté syrienne au Qatar et un bureau de sécurité et juridique.
L'ambassade fournit de nombreux services aux membres de la communauté syrienne au Qatar et leur fournit des facilités en ce qui concerne leurs affaires officielles et consulaires au Qatar en coopération avec les institutions qatariennes.

29 mars 2018 In Coalition News

(29 mars) : Une délégation de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne, dirigée par le Président de la Coalition Abdul Rahman Moustafa, a tenu une réunion d'urgence dans la ville turque de Gaziantep pour discuter de la situation dans la Ghouta orientale (banlieue de Damas) et des derniers développements dans la région d'Afrin récemment libérée.
Jawad Abu Hatab, Chef du Gouvernement intérimaire syrien (GIS), Mohammed Hassnu, Chef de l'Unité de coordination de l'aide (UCA) de la Coalition, les membres de la Coalition dans la cellule de crise de la Ghouta orientale et d'autres responsables ont participé à la réunion.
La réunion a discuté de la situation dans la Ghouta Est; les participants ont réaffirmé leur soutien à la résilience des habitants de la ville de Douma. Ils ont également souligné travailler à assurer la protection des civils à Douma et à mettre fin à l'assaut brutal lancé par le régime d'Assad, la Russie et les milices iraniennes sur la banlieue de Damas.
Le statut des personnes déplacées de force de la Ghouta Est et qui sont arrivées dans les provinces d'Idleb et de Hama ces derniers jours a également été débattu. M. Abu Hatab a présenté un rapport sur le travail du comité d'intervention d'urgence du GIS dirigé par le Ministre de la Santé, Muhammad Firas Al Jundi. Le comité a été formé pour fournir un abri aux personnes déplacées de force de la Ghouta Est par le régime d'Assad et la Russie.
M. Abu Hatab a souligné que 7000 personnes sont déjà arrivées dans les provinces d'Idleb et de Hama de la Ghouta Est; soulignant s'attendre à ce que ce chiffre atteigne environ 20 000 dans les prochains jours.
M. Abu Hatab a souligné que le GIS et l'UCA recueillent des informations concernant les besoins des nouveaux arrivants. La Coalition échange avec l'Union Européenne, les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l'Arabie Saoudite et le Qatar pour obtenir une aide d'urgence aux personnes déplacées.
Pour sa part, le Président Abdul Rahman Moustafa a souligné l'importance d'accélérer l'évaluation des besoins des personnes déplacées et de leur fournir une aide d'urgence adéquate. Les participants à la réunion ont appelé le Ministre de la Santé Firas Al Jundi à vérifier le travail du comité d'intervention d'urgence.
M. Moustafa a remercié les organisations d'aide humanitaire turques pour avoir répondu de toute urgence aux besoins des personnes déplacées de la Ghouta orientale.
La Coalition a également tenu une réunion séparée en présence du Chef d'état-major adjoint de l'Armée Libre, le Colonel Haitham Affisi, des membres de l'Organe politique de la Coalition et des représentants des organes civiques et politiques d'Afrin. La réunion a discuté de la formation de conseils d'administration locale à Afrin comprenant des représentants de toutes les villes et villages nouvellement libérés.
Oqab Yahya, Membre de l'Organe politique, a déclaré que ces conseils provinciaux seront chargés de restaurer la sécurité et la stabilité, de ramener les personnes déplacées chez elles et de préparer le terrain pour la tenue des élections des conseils locaux sous la supervision du GIS.
M. Moustafa a souligné que la Coalition cherche à faire d'Afrin un exemple de coexistence, de sécurité et de stabilité. Il a réaffirmé le soutien de la Coalition à tous les efforts visant à permettre aux personnes déplacées de retourner en toute sécurité dans leurs villes et villages.

29 mars 2018 In Coalition News

(29 mars) : George Sabra, Membre de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que le comportement de la Russie en Syrie en a fait un ennemi du peuple syrien, ajoutant que la Russie continue à faire fi de toutes les résolutions internationales.
Dans une interview accordée à Quds Press International news network, M. Sabra a souligné que le peuple syrien sait depuis longtemps que la Russie est un adversaire des revendications du peuple syrien, dénonçant les actions de la Russie dans la Ghouta orientale; notamment les massacres et le déplacement de masse de ses habitants.
La Russie, non seulement, attaque le peuple syrien, mais défie aussi la volonté internationale et bafoue les Nations Unies et sa Résolution 2401. Par conséquent, il n'y a pas un seul Syrien qui considère la Russie comme fiable ou digne de confiance.
l'Opposition syrienne rejette cette situation qui a été créée par la Russie il y a longtemps. Nous constatons malheureusement que la volonté internationale l'emporte, a déploré M. Sabra.
En ce qui concerne le processus politique, M. Sabra a déclaré que le processus est maintenant dans une impasse. Ce qui se passe sur le terrain est une lutte internationale alors que les principaux acteurs cherchent à établir des sphères d'influence en Syrie afin que, le moment venu, le processus politique leur permette de détenir des cartes à jouer.

28 mars 2018 In Coalition News

(28 mars) : Nazir Hakim, Secrétaire général de la Coalition Nationale Syrienne, a appelé les Nations Unies à transformer ses paroles en actes et à rendre justice en Syrie en jugeant Bachar Al Assad et tous les criminels de guerre qui ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.
Les récents propos du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, ont déjà été entendus à de nombreuses reprises sans qu'aucune action ne soit entreprise pour parvenir à un changement tangible ou pour dissuader les criminels de guerre. Nous espérons que ces mots seront transformés en actes et ne resteront pas de simples menaces.
M. Hakim a souligné que l'approche diplomatique s'est révélée inefficace car le régime d'Assad continue de violer ouvertement le droit international et le droit international humanitaire avec le soutien direct de la Russie. Les Etats membres du Conseil de sécurité doivent s'unir contre la Russie et prendre des mesures sérieuses pour l'application de la Résolutions 2401 de l'ONU. La Résolution exige un cessez-le-feu de 30 jours, la levée des sièges, l'acheminement de l'aide humanitaire aux personnes dans le besoin, la libération des détenus et l'avancement du processus politique pour établir un organe de transition doté des pleins pouvoirs.
M. Hakim a également souligné la nécessité d'appliquer le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies pour la mise en œuvre des résolutions internationales sur la Syrie. C'est la seule solution pour sauver la vie de milliers de civils et éviter un avenir incertain pour les enfants suite aux continuelles campagnes militaires du régime d'Assad.
La Coalition est prête à coopérer avec tous les organes des Nations Unies pour fournir toutes les preuves nécessaires pour le jugement des criminels de guerre en Syrie. La Communauté Internationale ne doit pas rester silencieuse face aux continuels et nombreux crimes contre les civils syriens.

28 mars 2018 In Coalition News

(28 mars) : Le Bureau des Affaires étrangères de la Coalition Nationale Syrienne s'est entretenu avec Niklas Kebbon, Représentant spécial du Ministère suédois des Affaires étrangères pour la crise syrienne, pour discuter de la situation humanitaire désastreuse des personnes déplacées de la Ghouta orientale. Les deux parties ont également discuté de l'avenir incertain des habitants de la ville de Douma et des derniers développements dans la région d'Afrin récemment libérée.
Abdul Ahad Steifo, Chef du Département des Affaires étrangères, a déclaré que les déplacements forcés de masse qui ont lieu dans la Ghouta Est ne doivent pas rester impunis. Cet acte constitue un crime de guerre; le régime d'Assad cherche à provoquer un changement démographique comme il l'a déjà fait dans de nombreuses régions en Syrie.
L'ONU et tous ses États membres ont l'obligation d'assurer la protection de la population restante dans la Ghouta orientale (banlieue de Damas), notamment dans la ville de Douma, ainsi que de mettre fin aux crimes de guerre contre les civils.
M. Steifo a rappelé que la Coalition travaille à permettre à tous les habitants d'Afrin de retourner chez eux et de participer à la gestion de leurs affaires. La Coalition a déjà formé un groupe de travail à cette fin. Le groupe a commencé ses réunions mardi dans la ville turque de Gaziantep en présence du Président de la Coalition Abdul Rahman Moustafa.
Pour sa part, M. Kebbon a déclaré que l'Union Européenne s'emploie à acheminer l'aide humanitaire via les Nations Unies aux civils déplacés de la Ghouta orientale. Il a souligné la nécessité de mettre en œuvre les résolutions internationales pour un cessez-le-feu et la livraison de l'aide humanitaire.
La Défense civile syrienne dans la campagne de Damas a déclaré mardi que les actuelles attaques contre la Ghouta orientale ont coûté la vie à au moins 1433 civils. Les forces du régime, les milices iraniennes et les forces russes utilisent divers types d'armes, dont des armes internationalement interdites.

26 mars 2018 In Coalition News

(26 mars) : Mohammad Yahya Maktabi, Secrétaire de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que le déplacement forcé de masse qui se déroule dans la Ghouta Est (banlieue de Damas) est un crime de guerre, condamnant le rôle majeur de la Russie dans ces crimes.
Les forces du régime, les milices iraniennes et l'aviation russe tuent des civils; ciblant les marchés populaires et les zones résidentielles et publiques et bombardant les hôpitaux, les centres médicaux et les secouristes.
M. Maktabi a souligné que les attaques du régime d'Assad contre la Ghouta orientale visent clairement le déplacement forcé de masse de ses habitants pour changer le paysage démographique dans la banlieue de Damas. C'est un crime de guerre à part entière, la Communauté Internationale ne doit pas tolérer cela ou laisser les auteurs échapper à la punition.
Moscou est le principal responsable de ces crimes; le pays renforçant la culture de la rébellion contre la légitimité internationale et les résolutions de l'ONU. La Russie a également refusé de mettre en œuvre la Résolution 2401, récemment adoptée, pour un cessez-le-feu et l'acheminement d'une aide humanitaire à ceux qui en ont besoin.
M. Maktabi a averti que la tragédie humanitaire qui se déroule en Syrie se poursuivra si les Nations Unies continuent à manquer à leur devoir de protéger les civils, de juger les criminels de guerre, notamment Bachar Al Assad, et de mettre en œuvre les résolutions internationales. L'ONU doit prendre des mesures urgentes pour répondre aux aspirations du peuple syrien à la liberté et la dignité.

24 mars 2018 In Coalition News

(24 mars) : Salwa Aksoi, Vice-présidente de la Coalition Nationale Syrienne, a appelé les Nations Unies et les organisations internationales des droits de l'Homme à documenter les déplacements forcés de masse et les changements démographiques contre les habitants de la Ghouta orientale aux mains du régime d'Assad, des milices iraniennes et de la Russie.
Le Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies doit participer au processus de documentation. Les atrocités commises dans la Ghouta orientale constituent des crimes de guerre en vertu du droit international et du droit international humanitaire. Mme Aksoi a appelé à renvoyer le dossier syrien devant la Cour pénale internationale et à juger les auteurs de crimes de guerre, en particulier Bachar Al Assad et Vladimir Poutine.
Moscou est le principal responsable de la vague de déplacements forcés des habitants de la Ghouta orientale, a souligné Mme Aksoi. Elle a appelé les équipes du Comité international de la Croix-Rouge à Damas à répondre aux besoins des personnes déplacées et à leur fournir une aide alimentaire et une assistance médicale au lieu d'assurer la protection de Bachar Al Assad lors de sa visite des régions dévastées de la Ghouta orientale.
Les photos diffusées par les médias montrant comment le régime d'Assad traite les personnes déplacées de la Ghouta Est sont une honte pour l'humanité.
Mme Aksoi a souligné que ces atroces crimes commis par le régime d'Assad contre les civils ne font que renforcer la détermination du peuple syrien à poursuivre la Révolution jusqu'à la victoire, la liberté, la dignité, le renversement du régime d'Assad avec tous ses symboles et la mise en place d'un Etat respectant les droits de l'Homme.

23 mars 2018 In Coalition News

(23 mars) : Abdulrahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que la Révolution syrienne continuera à défendre les valeurs de liberté et de dignité malgré les crimes commis par le régime d'Assad, les milices iraniennes et la Russie contre les civils afin de les forcer à renoncer à leurs demandes légitimes.
La lutte contre la tyrannie et l'occupation est le seul choix pour tous les Syriens. La poursuite de la lutte est le seul moyen de mettre un terme à la tyrannie et à l'oppression.
M. Moustafa a appelé la Communauté Internationale à soutenir la Révolution syrienne et à répondre à ses exigences. Le peuple syrien, et non le régime meurtrier d'Assad, est le véritable partenaire de tous les peuples et de toutes les nations puisque le règne d'Assad finira par prendre fin.
La réduction du soutien politique et militaire à la Révolution syrienne risque de perpétuer la tragédie humanitaire en Syrie, a averti M. Moustafa, déplorant la décision des pays amis d'arrêter de fournir un soutien aux groupes de l'Armée Libre.
La fin du soutien aux groupes de l'Armée Libre prive les civils syriens de toute protection contre les attaques militaires du régime d'Assad, des milices iraniennes et des forces aériennes russes. Le génocide qui se déroule dans la Ghouta Est (banlieue de Damas) et dans d'autres régions est un exemple des dangers découlant de l'arrêt du soutien à l'Armée Libre.
La fin du soutien à l'Armée Libre conjuguée à l'incapacité de la Communauté Internationale à assumer son devoir envers les civils ont conduit à davantage de crimes et de génocide contre la population civile. Les résultats étaient facilement prévisibles, d'autant plus que les partisans du régime d'Assad continuent à le soutenir.

Page 1 sur 4
Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : mars 2018