6 avril 2018 In Coalition News

(06 avr) : Des membres du Département des Affaires étrangères de la Coalition Nationale Syrienne se sont entretenus avec David Ashley, Chef de l'équipe syrienne du Ministère britannique des Affaires étrangères, pour discuter des derniers développements sur le terrain en Syrie, des déplacements forcés de masse des civils par le régime d'Assad et des perspectives du processus politique et des moyens de le faire avancer.
Le Chef du Département, Abdul Ahad Steifo, a déclaré que la Communauté Internationale doit encore établir un mécanisme pour juger le régime d'Assad pour les crimes de guerre qu'il commet en Syrie. L'absence de jugement et de punition a conduit à davantage de crimes et a encore aggravé la tragédie humanitaire en Syrie.
M. Steifo a souligné que le soutien apporté par les pays amis du peuple syrien n'a pas réussi à les aider à réaliser leurs aspirations, contrairement aux alliés du régime d'Assad qui ont continué à le soutenir à tous les niveaux. L'incapacité à fournir suffisamment de soutien au peuple syrien a conduit à plus de crimes de guerre et laissé les civils sans protection après que l'Armée Libre a été affaiblie.
En ce qui concerne le processus politique, les participants à la réunion ont souligné la nécessité de remettre le processus sur la bonne voie et sur la base du Communiqué de Genève de 2012 et de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Ils ont également souligné la nécessité de créer un environnement sûr pour le processus politique et pour la rédaction d'une nouvelle constitution et la tenue d'élections. Cela ne sera pas possible tant qu'aucune pression réelle n'est exercée sur le régime d'Assad.
La situation à Afrin et les derniers efforts pour assurer le retour en toute sécurité des civils dans leurs foyers et leurs terres ainsi que pour rétablir la stabilité dans la région ont également été discutés. M. Steifo a noté que le seul obstacle au retour complet des civils dans leurs foyers est les mines qui ont été plantées par les milices du PYD avant leur fuite; il s'agit du même problème auquel sont confrontés les civils dans les zones qui ont été libérées du Groupe extrémiste Etat Islamique.
Les participants ont également souligné la nécessité d'habiliter les organisations de la société civile et de leur permettre de travailler librement à Afrin ainsi que la nécessité de former un conseil local composé de civils de la région afin qu'ils puissent gérer leurs affaires par eux-mêmes.
Les membres du Département ont également souligné l'importance de s'appuyer sur le Gouvernement intérimaire syrien (GIS) qui a déjà acquis une expérience dans l'administration civique, la fourniture de services à la population civile, le développement de projets pour servir les civils et le rétablissement de la stabilité dans un certain nombre de zones Syrie.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : vendredi, 06 avril 2018