30 juin 2018 In Coalition News

(30 juin) : Des dizaines de civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués et des dizaines d'autres blessés dans des attentats aux barils menés par le régime d'Assad dans la province de Deraa vendredi. La Coalition Nationale Syrienne a averti que les crimes de guerre commis par le régime d'Assad dans le Sud de la Syrie compromettent toutes les chances d'une solution politique.
Le Bureau pour la documentation des victimes dans la province de Deraa a déclaré qu'une vingtaine de civils, dont un enfant et deux femmes, ont été tués dans des raids aériens et des tirs d'artillerie sur la campagne Ouest de Deraa.
Les activistes locaux ont déclaré que le régime Assad a intensifié ses bombardements aux barils sur les zones tenues par les Révolutionnaires ces dernières 48 heures. Les attaques ont visé la ville de Deraa ainsi que les villes de Nawa, Tafas, Quheil, Al Musaifra et Umm Al Mayathin. La ville de Naiema a été touchée par un missile sol-sol.
Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition, a déclaré que Deraa est sous le feu, soulignant qu'une grande partie des habitants de Deraa ont fui leur région pour échapper aux bombardements.
Les avions russes brûlent les gens et les pierres. Les milices iraniennes et d'Assad commettent des crimes de guerre. M. Moustafa a remis en question l'engagement des amis du peuple syrien à soutenir les groupes de l'Armée Libre et à se tenir aux côtés du peuple syrien dans sa lutte pour retrouver la liberté et la dignité.

29 juin 2018 In Coalition News

(29 juin) : Yasser Farhan, Membre de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que la continuelle attaque contre les civils à Deraa s'ajoute à la très longue liste de crimes de guerre commis par le régime d'Assad avec l'aide de la Russie et de l'Iran. La prise de contrôle d'une nouvelle zone par le régime d'Assad ne changera pas la réalité du processus politique visant à réaliser la pleine transition politique en Syrie conformément au Communiqué de Genève de 2012 et à la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
Lors d'une réunion avec les membres de l'équipe de l'Envoyé spécial des Nations Unies en Syrie, Staffan De Mistura et les responsables du Conseil des droits de l'Homme à Genève, M. Farhan a appelé à une intervention sérieuse des Nations Unies pour arrêter l'assaut du régime d'Assad sur Deraa. Il a également appelé l'ONU à assumer ses responsabilités et à empêcher les déplacements forcés de masse des habitants de la province de Deraa.
M. Farhan a souligné que le régime d'Assad et ses alliés n'ont jamais été sérieux au sujet du processus politique car ils insistent sur la poursuite d'une solution militaire sanglante en Syrie. Nous avons clairement fait ressortir ce point dans toutes nos réunions avec les membres des Nations Unies et nos amis, mais nos appels et nos avertissements sont tous tombés dans l'oreille d'un sourd.
M. Farhan a exhorté les responsables de l'ONU à mettre un terme aux violations en cours de la milice du PYD contre les civils, soulignant que les violations massives en Syrie ne doivent pas être tolérées.
M. Farhan a également souligné les dangers de la Loi n°10 récemment adoptée par le régime d'Assad. Cette Loi représente une atteinte aux droits et aux biens des personnes déplacées de force de leurs régions. Le Membre de la Coalition a fermement condamné tous les décrets et lois adoptés par le régime d'Assad à la demande de l'Iran qui cherche à servir son projet expansionniste en Syrie.

28 juin 2018 In Coalition News

(28 juin) : Yasser Farhan, Membre de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que le régime d'Assad est responsable de milliers de crimes contre les civils syriens, menant des détentions arbitraires, des enlèvements et des tortures à mort.
M. Farhan s'est exprimé lors d'une session spéciale sur la détention arbitraire et les disparitions forcées en Syrie organisée par le Forum démocratique euro-syrien et l'Organisation No Peace Without Justice en marge de la 38ème session du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, Suisse.
Yasser Farhan, également Chef de la Commission nationale syrienne sur les détenus et les personnes disparues (SNCDMP) récemment formé par la Coalition, a souligné que les détenus dans les prisons du régime d'Assad sont soumis à la torture systématique et brutale provoquant la mort de milliers de dissidents politiques syriens.
Le régime d'Assad n'a pas respecté les résolutions internationales, violant les conventions internationales appelant à la fin des arrestations arbitraires, de la torture et des mauvais traitements, a rappelé M. Farhan. Le régime d'Assad poursuit les arrestations et les enlèvements de masse malgré le fait que presque toutes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies condamnent la détention arbitraire, la torture, le meurtre et la disparition forcée des civils en Syrie. Les résolutions appellent également à la fin immédiate de telles pratiques et à la libération de toutes les personnes arbitrairement détenues.
M. Farhan a déclaré que la création du SNCDMP vise à aider les organisations indépendantes des droits de l'Homme et les organisations internationales à prendre des mesures tangibles et pratiques pour assurer la libération des détenus.
La question des détenus est l'une des questions les plus essentielles, nous n'accepterons pas qu'elle soit utilisée comme monnaie d'échange. Nous ne devons pas oublier cette question et nous n'accepterons pas qu'elle soit reportée après qu'une solution politique soit trouvée. M. Farhan a également souligné la nécessité de garantir le jugement des responsables et de ne pas le lier aux obstacles à la solution politique.

28 juin 2018 In Coalition News

(28 juin) : Mercredi 27 juin, deux nouvelles attaques terroristes à la voiture piégée ont touché la ville d'Afrin (campagne Nord d'Alep), tuant plusieurs civils, dont des femmes et des enfants. Dans un communiqué publié jeudi, la Coalition Nationale Syrienne a fermement condamné les attentats qui ont touché Afrin.
Le seul but de tels actes terroristes est de répandre la terreur, la panique et le chaos. Ces attaques, ainsi que tous les plans qui s'opposent à la volonté du peuple syrien et cherchent à briser sa volonté, ne parviendront pas à atteindre leurs objectifs. Le terrorisme et la tyrannie n'atteindront pas leurs objectifs.
Ce crime ne peut être considéré indépendamment des autres crimes perpétrés dans d'autres parties en Syrie, notamment l'assaut en cours lancé par les forces du régime d'Assad et ses alliés dans de vastes zones du Sud de la Syrie. De telles attaques constituent une preuve supplémentaire de la relation étroite entre toutes les forces terroristes actives en Syrie et avec le régime d'Assad.
La Coalition rappelle que le régime d'Assad est la cause première et la source de la terreur. En l'absence de décisions fermes pour assécher cette source, le terrorisme continuera à se répandre dans la région et dans le monde.

27 juin 2018 In Coalition News

(27 juin) : La Commission syrienne des négociations a appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour discuter des crimes de guerre commis par le régime d'Assad et ses alliés dans la province de Deraa. La Commission a appelé à mettre immédiatement fin aux opérations militaires car elles violent les résolutions internationales sur la Syrie.
La Commission a condamné le silence du Conseil de sécurité de l'ONU, son abandon de ses devoirs juridiques et politiques pour protéger les civils syriens et son incapacité à mettre fin à l'utilisation par le régime d'Assad d'armes internationalement interdites contre les civils.
Au moins 45 000 personnes ont fui les combats dans la province de Deraa, se dirigeant vers la frontière avec la Jordanie, ont déclaré mardi les Nations Unies.
Jens Laerke, Porte-parole du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), a déclaré que des civils, dont des enfants, ont été tués et blessés et qu'un hôpital a été mis hors service par une frappe aérienne.
Amnesty International a appelé le Gouvernement jordanien à ouvrir ses frontières aux personnes fuyant l'offensive du régime dans le Sud de la Syrie; le Gouvernement jordanien ayant déclaré qu'il n'accepterait plus de réfugiés syriens.
Mouna Elkekhia, Conseillère d'Amnesty International sur les droits des réfugiés et des migrants, a déclaré que les personnes fuyant la guerre en Syrie sont dans une situation désespérée de vie ou de mort, et le Gouvernement jordanien ne peut pas simplement les abandonner.
La Jordanie a le devoir de protéger les réfugiés de Syrie fuyant le conflit et la persécution, et de leur permettre d'entrer dans le pays.
Le régime d'Assad a récemment lancé une vaste campagne militaire dans la province de Deraa, menant d'intenses frappes aériennes et des bombardements à l'artillerie lourde qui ont tué et blessé des douzaines de civils, dont des femmes et des enfants. La campagne de bombardements a également forcé des centaines de familles à fuir vers la frontière jordanienne.

25 juin 2018 In Coalition News

(25 juin) : Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, et Jawad Abu Hatab, Chef du Gouvernement intérimaire syrien (GIS), se sont entretenus avec les représentants d'un groupe de pays amis du peuple syrien. Les deux parties ont discuté des derniers développements sur le terrain en Syrie et des nouvelles attaques militaires lancées par le régime d'Assad et les milices terroristes iraniennes contre les civils dans le Sud de la Syrie.
Les participants à la réunion, à laquelle ont également assisté les membres de l'Organe politique de la Coalition, ont discuté des opérations de déplacement forcé de masse menées par le régime d'Assad contre les civils dans différentes régions en Syrie. Ils ont également discuté de la Loi n°10 et de ses implications possibles pour les pays accueillant des réfugiés syriens. Les discussions ont également porté sur les moyens de soutenir le GIS et ses projets visant à fournir un service de base à la population civile dans les zones libérées.
M. Moustafa a déclaré que les attaques croissantes du régime ont provoqué des déplacements de masse de civils dans le Sud de la Syrie, soulignant que les attaques contre les civils constituent des crimes de guerre nécessitant une action internationale urgente pour les arrêter.
La Coalition rejette catégoriquement la mise en œuvre de la Loi n°10, car elle vise à consolider les déplacements forcés de masse et les changements démographiques.
La Coalition continue de mettre en œuvre son plan visant à renforcer sa présence dans les zones libérées et à activer le travail des institutions du GIS pour fournir des services à la population civile. La Coalition cherche également à former des conseils locaux élus par la population locale pour gérer les affaires des habitants des villes et villages libérés, a-t-il ajouté.
Jawad Abu Hatab a déclaré qu'après deux années de travail dans les zones libérées, le GIS s'est imposé comme une réalité. Notre priorité est de fournir des services dans les domaines de l'éducation, de la santé et des conseils locaux, mais aussi de stabiliser et de préparer la population à un processus politique.
Le GIS se concentre maintenant sur sept questions clés; à savoir la police, le pouvoir judiciaire et l'adoption d'une loi syrienne, l'Armée Libre, l'administration pénitentiaire civile, le bureau national de statistique, l'expansion de l'enseignement professionnel et supérieur, et la fourniture de services essentiels, en particulier dans la construction et la réhabilitation des routes, a déclaré M. Abu Hatab.
Bashar Al Zoabi, Représentant du Front Sud de la Coalition, a souligné que le régime d'Assad et la Russie commettent des crimes de guerre généralisés dans la province de Deraa. La situation dans la province de Deraa est dangereuse. Nous avons contacté la plupart des pays amis et leur avons envoyé des lettres via la Coalition et la Commission des négociations syriennes, mais malheureusement le régime poursuit sa campagne militaire contre les civils dans la région. Il y a une grande vague de déplacements forcés de masse de civils, avec des chiffres qui pourraient atteindre des niveaux sans précédent dans les prochains jours si les violations du régime continuent.
Dima Moussa, Vice-présidente de la Coalition, a averti que les opérations de déplacement forcé de masse et de changement démographique ainsi que la Loi n°10 auront un impact direct sur le processus politique et la transition politique, en particulier avec la confiscation des biens civils par le régime. La Loi n°10 risque de décourager le retour des personnes déplacées et des réfugiés chez eux, a-t-elle ajouté, soulignant que la publication de la Loi prouve que le régime d'Assad n'est pas sérieux dans sa participation au processus politique.
Hadi Bahra, Membre de l'Organe politique, a déclaré que la Coalition se concentre non seulement sur la formation du Comité constitutionnel, mais aussi sur son travail. Ce Comité doit faire partie du processus de Genève et sous les auspices des Nations Unies.
M. Bahra a souligné que le Comité constitutionnel doit être un pas vers la mise en œuvre de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies et non une tentative de contourner la résolution. Le Comité doit aussi être un pas vers une véritable transition politique.

23 juin 2018 In Coalition News

(23 juin) : Des dizaines de milliers de Syriens ont accompli le Hajj et la Omra ces six dernières années. Ils ont tous pu bénéficier des services offerts par l'Arabie Saoudite aux pèlerins sans aucune discrimination.
Cette année, 18 000 Syriens ont prévu d'accomplir le Hajj, contre plus de 15 000 l'année dernière.
La Coalition Nationale Syrienne salue la coopération réussie, fructueuse et continue entre le Comité suprême du Hajj de la Coalition et le Ministère saoudien du Hajj et de la Omra. La Coalition, au nom du peuple syrien, exprime ses remerciements et sa gratitude au Gardien des Deux Saintes Mosquées et au Gouvernement saoudien pour leurs efforts visant à fournir des soins et des services aux pèlerins ainsi qu'à répondre à leurs besoins afin de faciliter les rituels du Hajj.
Le Comité suprême du Hajj de la Coalition continue d'exercer ses tâches avec la plus grande intégrité et transparence. Il coordonne les efforts au plus haut niveau avec le Ministère saoudien du Hajj et de la Omra, assume ses responsabilités à l'écart de toute considération politique et fournit des services à tous les pèlerins sans restrictions ni conditions.
La Coalition salue les efforts considérables déployés par le Royaume d'Arabie saoudite pour répondre aux besoins des pèlerins, mettant l'accent sur la poursuite de la coordination avec le Ministère pour garantir les meilleurs services aux pèlerins syriens.

22 juin 2018 In Coalition News

(22 juin) : La Commission syrienne des négociations a condamné l'assaut du régime d'Assad et de ses milices alliées sur la province de Deraa, appelant le Conseil de sécurité de l'ONU et la Communauté Internationale à assumer leurs responsabilités envers les plans du régime.
Dans des commentaires publiés sur Twitter vendredi, le Chef de la Commission Nasr Hariri a déclaré que le régime d'Assad a repris le bombardement et sa campagne militaire dans de vastes régions du Sud de la Syrie. Le régime d'Assad commet de nouveaux crimes, tuant de nombreux civils et entraînant l'exode massif de personnes de plusieurs villages et villes dans un silence international douteux.
Le régime d'Assad voit le continuel silence de la Communauté Internationale comme un feu vert pour commettre davantage de massacres dans la province où la Révolution syrienne a éclaté en 2011.
M. Hariri a appelé les garants de l'accord sur les zones de désescalade dans le Sud de la Syrie, les Nations Unies et le Conseil de sécurité de l'ONU à assumer leurs responsabilités et à mettre fin immédiatement à la campagne militaire d'Assad.
Rappelons que des milliers de civils ont fui les villes et villages de la province de Deraa car les forces du régime d'Assad et du régime iranien, soutenues par une couverture aérienne russe, bombardent les zones tenues par les Révolutionnaires dans la région. La Défense civile syrienne a déclaré que le bombardement a tué au moins dix civils dans différentes régions de la province mercredi.
Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, a exprimé mercredi l'inquiétude du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies concernant les informations faisant état d'une escalade de la violence dans le gouvernorat de Deraa (Sud de la Syrie), provoquant le déplacement de centaines de familles.
Mardi, le régime d'Assad a fermé la plupart des points de passage à destination et en provenance de la province de Deraa, empêchant les civils et les marchandises de se déplacer dans la région. Il a également apporté de nouveaux renforts militaires dans la région.
Des activistes locaux ont déclaré que près de 300 familles ont fui mardi la ville d'Al Harak vers la frontière jordanienne, et que 200 familles ont fui la ville d'Al Harra vers des zones plus sûres dans la province voisine de Quneitra. Les bombardements ont tué plusieurs civils, dont une femme dans la ville d'Al Harak.

21 juin 2018 In Coalition News

(21 juin) : Une délégation de la Coalition Nationale Syrienne s'est rendue mercredi au siège de l'Union européenne à Bruxelles, capitale belge, et s'est entretenue avec des responsables européens en charge de la question syrienne. La délégation a rencontré M. Marc Otte, Envoyé belge en Syrie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et M. Johan Verkammen, Directeur du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord au Ministère belge des Affaires étrangères.
Dima Moussa, Vice-présidente de la Coalition, Abdul Ahad Steifo, Chef du Département des Affaires étrangères de la Coalition, et des représentants du Gouvernement intérimaire syrien (GIS), de conseils locaux et d'organisations de la société civile syrienne composent le délégation. Les participants aux réunions ont discuté de l'importance de soutenir les institutions et les projets du GIS; un tel soutien étant important pour renforcer la position de l'Opposition syrienne dans le processus politique.
Les discussions ont également porté sur les derniers développements dans le processus politique. La délégation de la Coalition a souligné l'importance de continuer à soutenir les efforts en matière de droits humains et de responsabilité en Syrie. Elle a également souligné l'importance d'activer le mécanisme international, impartial et indépendant pour garantir le jugement des auteurs de crimes de guerre en Syrie.
Mme Moussa a déclaré que les populations des zones libérées ont besoin d'un soutien actif et solide, surtout après que le régime d'Assad et ses alliés ont détruit la plupart des établissements et institutions de santé, d'éducation, de services et de justice. La réhabilitation de ces institutions contribuera à alléger les souffrances du peuple syrien et à jeter les bases d'un travail civil et démocratique.
Mme Moussa a souligné que la Loi n°10 récemment adoptée par le régime d'Assad vise à consolider les déplacements forcés de masse et les changements démographiques en Syrie. La nouvelle loi vise à décourager les réfugiés syriens et les personnes déplacées de rentrer chez eux, a-t-elle ajouté.
Mme Moussa a appelé l'Union européenne à soutenir les efforts pour la libération des détenus dans les prisons du régime d'Assad. La détention arbitraire viole le droit international et le droit international humanitaire et constitue l'un des crimes de guerre les plus graves que le régime d'Assad commet en Syrie.
La participation de représentants du GIS et d'organisations de la société civile a eu un impact positif et important sur les réunions. En effet cela a permis de clarifier les principaux défis et difficultés rencontrés par l'activation des institutions de services dans les zones libérées, a indiqué Mme Moussa. Elle a ajouté que cette participation a également contribué à mettre en évidence les besoins les plus urgents du grand nombre de personnes déplacées de force dans le Nord de la Syrie.

21 juin 2018 In Coalition News

(21 juin) : Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que le peuple syrien continuera à réclamer ses droits à la liberté et la dignité, soulignant la nécessité de juger tous les criminels de guerre, notamment Bachar Al Assad et sa clique.
La place naturelle de Bachar Al Assad n'est pas devant les caméras des journalistes a répondre à leurs questions, mais derrière les barreaux comme n'importe quel criminel de guerre, a déclaré M. Moustafa dans un entretien avec le journal Arabi21.
Le peuple syrien va de l'avant pour atteindre les objectifs de la Révolution syrienne; à savoir restaurer ses droits naturels et établir un système de gouvernement garantissant la liberté, la justice et la dignité sans discrimination et assurant le transfert pacifique du pouvoir.
M. Moustafa a réitéré l'engagement de la Coalition à une solution politique, soulignant que toute voie de négociations qui répond aux exigences du peuple syrien et soutient la voie politique conformément aux résolutions de l'ONU et au Communiqué de Genève de 2012 sera étudiée.
Concernant les dangers menaçant la Révolution syrienne, M. Moustafa a noté qu'il y a beaucoup de projets et de plans aujourd'hui, ajoutant que les acteurs internationaux essaient de servir leurs intérêts au détriment du peuple syrien. Nous n'acceptons pas ces politiques et nous les combattrons. Le véritable intérêt du monde et des pays de la région réside dans une Syrie libre et démocratique, libre de toute ingérence extérieure sous toutes ses formes.
M. Moustafa a salué le travail des groupes de l'Armée Libre dans le Sud qui résistent à toutes les pressions auxquelles ils sont soumis. Les Révolutionnaires sont confrontés à de multiples ennemis; principalement la Russie, les forces du régime et les milices terroristes iraniennes, en plus de l'occupation israélienne.
En ce qui concerne le travail des institutions de la Coalition dans les zones libérées, M. Moustafa a souligné que la prochaine période sera axée sur l'amélioration des services fournis aux civils dans ces zones. La Coalition cherche à travailler au plus près de la base sociale de la Révolution et à assurer la fourniture de services à travers ses organes exécutifs: à savoir le Gouvernement intérimaire syrien, les conseils locaux et l'Unité de coordination de l'aide.

Page 1 sur 3
Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : juin 2018