11 juin 2018 In Coalition News

Les milices du Parti de l'Union démocratique (PYD) ont saisi les maisons des membres du Conseil national kurde dans le Nord-Est de la Syrie et y ont installé d'autres familles. La Coalition Nationale Syrienne a déclaré que ces milices essayent d'imposer une situation de facto aux civils sous la force des armes, l'intimidation et en commettant divers crimes contre eux.
Les milices du PYD terroriste ont mis la main sur les maisons de Fouad Aliko et d'Ibrahim Berro. Ils ont pris la maison du dissident politique Abdulhakim Bashar. M. Aliko a déclaré que ces méthodes n'empêcheront pas d'exposer l'approche du PYD qui a causé de graves dommages à la cause kurde et au peuple kurde.
Toutes les maisons ne valent pas une seule goutte de sang des personnes tuées dans les batailles du PYD au service des agendas et des intérêts des autres. Le temps et l'histoire suffiront à vous punir pour les crimes que vous commettez contre ce peuple opprimé qui a beaucoup souffert à cause de l'oppression et de la terreur que vous imposez, a déclaré M. Aliko.
L'ancien chef du Conseil national kurde, Ibrahim Berro, a déclaré que la maison de sa sœur a été attaquée par dix hommes lourdement armés, menés par des membres du groupe terroriste PKK. Ils ont kidnappé le mari de sa sœur et ont forcé les enfants à sortir de la maison sous la menace d'une arme à feu, prenant la maison sous prétexte qu'elle appartient à M. Berro.
Le Conseil national kurde a condamné toutes les pratiques terroristes du PYD. Ces actes violent toutes les valeurs humaines et démocratiques, les principes des droits de l'Homme, et les lois sur les droits de propriété personnelle. Cela va créer des inquiétudes croissantes parmi les Kurdes quant à leur propre sécurité et leurs biens.

11 juin 2018 In Coalition News

(11 juin) : La Coalition Nationale Syrienne met, une fois de plus, en garde les Nations Unies et le Conseil de sécurité des Nations Unies contre les dangers des attaques par le régime d'Assad et la Russie des villes et villages de la province d'Idleb qui sont couverts par l'accord sur les zones de désescalade. Des mesures urgentes doivent être prises pour empêcher une nouvelle escalade et assurer la protection des civils.
Le régime d'Assad et les forces aériennes russes ont attaqué dimanche des zones résidentielles et des centres civils vitaux dans la province d'Idleb, tuant et blessant des dizaines de personnes. Les attaques ont eu lieu deux jours après l'horrible massacre perpétré par l'armée de l'air russe dans la ville de Zardana, tuant plus de 40 personnes.
Les activistes locaux ont déclaré qu'au moins 15 civils ont été tués, dont six enfants, et des dizaines d'autres blessés dans les frappes aériennes des forces aériennes russes et du régime d'Assad sur un hôpital pour enfants dans la ville de Taftanaz et dans des quartiers résidentiels dans les villes de Binnish et Ariha dimanche.
Les frappes aériennes ont mis hors service l'hôpital pour enfants de Taftanaz. Des témoins ont confirmé que l'établissement a été délibérément et directement pris pour cible.
La Coalition a de nouveau appelé les grandes puissances et les pays amis à assumer leurs responsabilités pour mettre fin aux crimes en Syrie.
Des mesures urgentes doivent être prises pour faire appliquer les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies exigeant la fin des massacres, la libération des détenus et la réalisation d'une transition politique conformément au Communiqué de Genève de 2012 et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.
La province d'Idleb est devenue densément peuplée après l'arrivée de personnes déplacées de force d'autres parties de la Syrie. Le bombardement répété d'Idleb menace d'une catastrophe humanitaire sans précédent.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : lundi, 11 juin 2018