12 juillet 2018 In Coalition News

(12 juil) : Yasser Farhan, Chef de la Commission nationale syrienne pour les détenus et les personnes disparues, a déclaré que les massacres de détenus commis par le régime d'Assad constituent des crimes de guerre, des génocides et des crimes contre l'humanité, ajoutant que les détenus sont soumis à des tortures systématiques et brutales.
M. Farhan s'est exprimé suite à l'envoi par le régime d'Assad de listes de noms de détenus morts sous sa garde aux registres d'état civil. M. Farhan a appelé l'ONU à enquêter sur les massacres de détenus dans les prisons d'Assad, soulignant que de tels actes sont une honte pour le monde entier.
La publication par le régime d'Assad de listes de noms de détenus décédés dans des centres de détention sans remettre les corps et sans que des enquêtes minutieuses et transparentes soient ouvertes sur ces morts confirme que ces détenus ont été massacrés et torturés brutalement. M. Farhan a dénoncé les affirmations du régime d'Assad selon lesquelles ces détenus seraient morts d'une crise cardiaque.
La jurisprudence internationale sur les droits de l'Homme stipule que la responsabilité première incombe à l'Etat jusqu'à ce que la mort d'une personne en détention soit justifiée par des raisons normales et non par négligence ou mauvais traitements, a ajouté M. Farhan.
Par conséquent, tous les décès doivent faire l'objet d'une enquête indépendante, transparente et approfondie. Le fait de ne pas mener une telle enquête suffit à rendre l'État responsable de la mort des victimes.
M. Farhan a souligné que la responsabilité directe de ces morts incombe aux auteurs de ces crimes et à ceux qui ont donné des ordres ou les ont dissimulés.
M. Farhan a appelé la Communauté Internationale à forcer le régime d'Assad à ouvrir les prisons et les centres de détention aux instances internationales pour s'assurer de la situation intérieure. Une enquête internationale doit être lancée sur les abus contre les détenus dans les prisons d'Assad. Il a appelé à libérer tous les détenus et à prévenir toutes nouvelles arrestations arbitraires, conformément aux résolutions internationales sur la Syrie, notamment le Communiqué de Genève de 2012 et la Résolution 2254 du Conseil de sécurité.
M. Farhan a également souligné que la torture est systématiquement utilisée dans les prisons du régime d'Assad dans le but de se débarrasser de tous les opposants, ajoutant que des dizaines de milliers de détenus sont déjà morts sous la torture dans les prisons d'Assad.
Le régime d'Assad ne respecte pas les résolutions et conventions internationales appelant à empêcher les arrestations arbitraires, les enlèvements, les disparitions forcées, la torture et les mauvais traitements.
Tout cela se produit malgré le fait que presque toutes les résolutions du Conseil de sécurité condamnent les arrestations arbitraires de civils, la torture, les meurtres et les disparitions forcées en Syrie et exigent la fin immédiate de ces pratiques et la libération de toutes les personnes arbitrairement détenues.
La Commission nationale syrienne pour les détenus et les personnes disparues a été créée par décision de la Coalition Nationale Syrienne et travaille de manière indépendante et en coordination avec les organisations locales et internationales des droits de l'Homme pour prendre des mesures concrètes visant à assurer la libération des détenus et mettre fin à la torture et aux meurtres.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : jeudi, 12 juillet 2018