12 août 2018 In Coalition News

(11 août) : La Coalition Nationale Syrienne a condamné vendredi le bombardement aérien mené par le régime d'Assad et la Russie dans les campagnes d'Idleb, d'Alep et de Hama.
Les activistes ont confirmé que le bombardement, impliquant l'utilisation du phosphore blanc, a tué au moins huit civils et en a blessé beaucoup d'autres, et a provoqué des destructions massives de bâtiments résidentiels.
La Coalition a mis en garde la Communauté Internationale contre les conséquences désastreuses de donner quartier libre au régime d'Assad, à la Russie et aux milices iraniennes contre des civils à Idleb, Hama et Alep.
Les développements récents exigent une intervention internationale urgente pour mettre fin à ces odieuses attaques, aux crimes et violations des résolutions internationales sur les cessez-le-feu et des accords sur les zones de désescalade. Des centaines de milliers de civils sont gravement menacés, les conséquences de ces attaques terroristes seront sans précédent.
La Coalition a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à prendre des mesures immédiates et à adopter une résolution visant à condamner les crimes de la Russie contre le peuple syrien. Des mesures appropriées doivent être prises de toute urgence pour mettre fin aux crimes de guerre que la Russie commet, soutient ou cherche à couvrir, dont les crimes impliquant l'utilisation d'armes chimiques.
La Coalition a également appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à juger les responsables des crimes commis par la Russie, le régime d'Assad et les milices iraniennes contre les civils syriens ainsi que tous ceux qui sont responsables de crimes contre le peuple syrien.

10 août 2018 In Coalition News

(10 août) : Un nouveau groupe de pèlerins syriens est arrivé au Royaume d'Arabie saoudite vendredi. Le Comité suprême du Hajj de la Coalition Nationale Syrienne a déclaré avoir déjà reçu plus de 8000 pèlerins syriens venant de Syrie et d'autres pays.
Nazir Hakim, Secrétaire général de la Coalition, a déclaré que le Comité coopère avec le Ministère du Hajj du Royaume d'Arabie saoudite. Plus de 19 000 pèlerins syriens sont attendus cette année. Le personnel du Comité est prêt à recevoir les pèlerins comme il l'a fait ces cinq dernières années et cherche à figurer parmi les meilleurs groupes d'organisation.
M. Hakim a remercié le Gardien des deux saintes mosquées et le Gouvernement du Royaume d'Arabie saoudite pour les soins et le service apportés aux pèlerins et pour le travail visant à faciliter leurs affaires et répondre à tous leurs besoins pour accomplir les rituels du Hajj en douceur et avec facilité .
M. Hakim a également remercié le Gouvernement turc pour avoir facilité le travail du Comité et pour avoir permis aux Syriens d'entrer sur le territoire turc et de se rendre ensuite au Royaume pour effectuer le Hajj sans qu'un visa d'entrée en Turquie soit nécessaire.
Le Comité fournit tous les services et les facilités aux pèlerins syriens à partir du moment où ils obtiennent un visa pour le Hajj et jusqu'à leur arrivée en terre sainte. Le personnel des sous-comités administratif, médical et de service s'occupe des pèlerins syriens pendant leur séjour dans le Royaume. Ce Comité s'engage à prendre en charge tous les pèlerins syriens sans aucune exception.
Le Comité a ouvert plusieurs bureaux en Égypte, en Jordanie, au Liban, en Turquie, dans le Nord de la Syrie, aux Émirats arabes unis, au Qatar et au Koweït. Les bureaux fournissent des services aux pèlerins syriens et gèrent leurs affaires liées au Hajj.

10 août 2018 In Coalition News

(09 août) : Riad Hassan, Secrétaire de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne, a souligné que les violations commises par le régime d'Assad contre les civils dans les zones où des pseudos accords de réconciliation ont été imposés de force prouvent le mensonge des affirmations russes sur l'octroi de garanties à l'Opposition syrienne et aux réfugiés pour qu'ils reviennent au pays.
Les violations répétées du régime d'Assad contre les civils dans les zones récemment reprises par ses hommes révèlent le côté sombre du rôle de la Russie en Syrie. Ces atrocités mettent sérieusement en doute la capacité de la Russie à maîtriser les forces du régime d'Assad et les milices étrangères alliées.
Le peuple syrien n'a que de mauvaises expériences avec le régime d'Assad; il a trahi toutes ses promesses et s'est vengé de ses opposants. Personne n'a confiance en le régime d'Assad. Depuis son intervention militaire en Syrie, Moscou tente de convaincre la Communauté Internationale qu'elle contrôle la situation dans le pays, a M. Hassan.
Le régime d'Assad procrastine continuellement et cherche à gagner plus de temps. Le régime va rejeter toutes les demandes de la Russie à l'avenir, ce qui va entraîner l'effondrement total du processus politique et exposer la vie de millions de Syriens à la mort, à la torture et à la détention.
Selon Smart News Network, le régime d'Assad a arrêté cinq jeunes gens dans la ville de Ghanto (campagne Nord de Homs), quelques jours après l'exécution du médecin militaire Mu'taz Hteitani par les forces du régime.
Des arrestations similaires ont visé des dizaines de jeunes dans la ville de Da'al et dans la région d'Al Lajat (campagne de Deraa). Les forces du régime ont également pillé les habitations civiles dans la campagne de Deraa.

7 août 2018 In Coalition News

(07 août) : Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, a appelé l'Union européenne à résister aux projets russes visant à rapatrier les réfugiés syriens avant qu'une transition politique ne soit réalisée. Il a souligné la nécessité de créer un environnement sûr et approprié pour le retour des réfugiés syriens.
Lors d'une réunion avec Lara Scarpetta, Représentante de l'UE, M. Moustafa a déclaré qu'il ne peut y avoir de séparation entre la solution politique, le retour des réfugiés et la reconstruction, soulignant que ces questions ne peuvent être traitées séparément. Il a souligné la nécessité de fournir des garanties juridiques aux réfugiés et d'assurer la participation des Nations Unies et des organisations compétentes à tout projet de retour des réfugiés syriens.
La question du retour des réfugiés ne comprend pas seulement des aspects logistiques ou financiers, a-t-il précisé, soulignant l'importance de traiter de manière adéquate les violations des droits de l'Homme par le régime Assad et la question de la reconstruction en particulier.
L'Union européenne ne doit pas soutenir les plans de la Russie pour le retour des réfugiés avant que les conditions appropriées ne soient créées. Le retour des réfugiés syriens doit être volontaire et dans un environnement sûr.
M. Moustafa a averti que les continuels crimes du régime Assad contre les civils pourraient provoquer une nouvelle vague de réfugiés. Si le régime attaque Idleb cela va entraîner un nouvel afflux de réfugiés, compromettant ainsi le retour des réfugiés syriens.
M. Moustafa espère un élan international accru sur la Syrie pour une transition politique globale, la mise en œuvre de résolutions internationales et la formation d'un organe de transition. Il a également appelé à faire pression sur le régime d'Assad pour le forcer à s'engager sérieusement dans le processus politique, conformément au Communiqué de Genève de 2012 et à la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
M. Moustafa a souligné la nécessité d'une action internationale et d'une position plus stricte contre le régime d'Assad, notamment en ce qui concerne les crimes commis contre les détenus. Il a également appelé à assurer la responsabilité de tous les crimes de guerre, dont l'utilisation d'armes chimiques par le régime d'Assad et le déplacement forcé de masse des civils.

7 août 2018 In Coalition News

(06 août) : Des activistes de la campagne de Damas ont déclaré que les forces d'Assad ont exécuté le médecin militaire Mu'taz Hteitani qui avait trouvé refuge dans l'un des centres d'hébergement installé par le régime d'Assad dans la banlieue de Damas pour accueillir les personnes expulsées de la Ghouta Est en mars. Les habitants de la banlieue de Damas ont été forcés d'accepter de se réinstaller pour éviter d'être déplacés de chez eux.
M. Hteitani était sorti de la Ghouta Est via l'un des passages sûrs que la Russie et le régime Assad ont ouvert aux habitants de la banlieue de Damas pendant la campagne militaire menée par le régime d'Assad et ses alliés dans la région. Il est sorti de la Ghouta Est avec de nombreux membres d'organisations médicales, éducatives et de secours.
M. Hteitani, qui était brigadier général, a été arrêté par les services de renseignements d'Assad et emmené dans un centre de détention où il a été exécuté. Les forces d'Assad ont exécuté M. Hteitani malgré les promesses faites par la Russie et le régime d'Assad de ne pas détenir ou porter préjudice à ceux qui acceptent d'être réinstallés avec le régime.
La Coalition Nationale Syrienne a souligné qu'il n'y aura pas d'environnement sûr en Syrie tant que le régime d'Assad sera au pouvoir et que les services de renseignements et de sécurité et les milices terroristes iraniennes qui ont commis les crimes les plus graves contre des civils pendant plus de sept ans seront présents.
M. Hteitani, Chirurgien cardiologue ayant le grade de brigadier général, a annoncé qu'il quittait l'armée du régime d'Assad en 2013. Il est né dans la ville de Mleiha (banlieue de Damas) en 1962. Il est resté dans la Ghouta Est après sa défection et a co-établi un certain nombre d'organismes civils.
Des activistes de la Ghouta ont souligné que le régime d'Assad a récemment mené une campagne d'arrestations de masse dans la Ghouta Est, visant principalement les jeunes dans le but de les recruter de force. Les membres des institutions de la Révolution ont également fait l'objet d'enquêtes approfondies.

5 août 2018 In Coalition News

(04 août) : Yasser Farhan, Chef de la Commission nationale pour les détenus et les personnes disparues, a appelé l'Allemagne et la France à former un groupe de pression international avec la Turquie et des pays amis pour se rendre d'urgence au Conseil de sécurité de l'ONU afin d'exiger que le régime d'Assad libère tous les détenus dans ses prisons. M. Farhan a souligné que le régime d'Assad ne doit pas être autorisé à commettre de nouveaux crimes contre les détenus, ajoutant que le régime profite de l'inaction de la Communauté Internationale.
Lors d'une rencontre avec les envoyés allemand et français pour la Syrie samedi, M. Farhan a déclaré que la publication par le régime d'Assad des avis de décès pour les détenus morts dans ses prisons est la preuve des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Il a souligné la nécessité de se rendre au Conseil de sécurité de l'ONU pour sauver les détenus.
Le régime d'Assad annonce sans craintes et sans scrupules ses crimes. Il informe les familles des détenus de la mort de leurs proches dans ses centres de détention. Le régime a récemment ordonné aux départements de l'état civil d'enregistrer le décès de milliers de détenus. M. Farhan a souligné la nécessité d'alerter les Nations Unies sur cette évolution dangereuse, d'intervenir de toute urgence pour sauver les détenus restants et de juger les criminels de guerre.
M. Farhan a souligné la nécessité de forcer le régime d'Assad à donner aux organisations internationales et aux observateurs, y compris le Comité international de la Croix-Rouge, l'accès à ses centres de détention afin de s'assurer de la situation et du traitement des détenus.
Avant leur détention, ces détenus ont offert des fleurs et des bouteilles d'eau aux forces du régime; celles ci ont attaqué les civils lors des manifestations pacifiques. Le régime assassin d'Assad a kidnappé, enlevé de force, torturé et exécuté des manifestants pacifiques. Il a également refusé de remettre les corps à leurs familles ou de mener une enquête sérieuse et transparente sur leur mort.
Le régime d'Assad a transformé la Syrie en un grand lieu de deuil réunissant les Syriens par la douleur et la mort. Cela a renforcé la détermination des Syriens à se débarrasser du régime d'Assad et de ses meurtres, enlèvements et tortures contre ses opposants.

5 août 2018 In Coalition News

(03 août) : Le Comité suprême du Hajj a annoncé que le premier groupe de pèlerins syriens est arrivé à Jeddah (Arabie saoudite), en provenance de l'aéroport de Hatay (Turquie).
Le Comité a souligné que 163 pèlerins ont atterri vendredi à l'aéroport de Jeddah. Ils sont entrés sur le territoire turc par le poste-frontière de Bab Al Hawa.
Le Comité supervise les affaires des pèlerins syriens pour la sixième année consécutive, leur offrant des services et des facilités dès l'obtention de leur visa jusqu'à la fin des rites du Hajj et leur retour chez eux. Le Comité leur fournit des services médicaux pendant leur séjour en Arabie saoudite.
On prévoit 18 000 pèlerins syriens pour cette année. Le Comité fournit des services à tous les Syriens sans aucune discrimination fondée sur leur lieu de résidence ou leur appartenance politique.
La Coalition Nationale Syrienne a salué la coopération fructueuse et continue entre le Comité suprême du Hajj et le Ministère du Hajj et de la Omra du Royaume d'Arabie saoudite.
La Coalition, au nom du peuple syrien, a remercié et salué le Gardien des deux saintes mosquées et le Gouvernement saoudien pour leurs efforts visant à fournir des soins et des services aux pèlerins, à répondre à leurs besoins et à faciliter les rituels du Hajj.
Le Comité reçoit des demandes pour le Hajj dans ses bureaux en Egypte, en Jordanie, au Liban, en Turquie et dans les pays du Golfe. Elle a également ouvert un bureau à Idleb (Nord de la Syrie).

3 août 2018 In Coalition News

(02 août) : Le Comité de coordination de la Révolution syrienne à Istanbul et l'Association des détenus et des personnes disparues de la prison de Sednaya ont appelé à une manifestation vendredi pour dénoncer les crimes commis par le régime d'Assad contre les détenus dans ses prisons. Ces appels ont été lancés suite à la publication récente par le régime d'Assad d'avis de décès de milliers de détenus morts sous la torture.
La manifestation sera intitulée «Jour de rage en solidarité avec les victimes de la torture dans les prisons d'Assad ». Les organisateurs de la manifestation ont appelé les militants syriens et les organisations des droits de l'Homme à se rassembler rue Istiklal dans la ville turque d'Istanbul pour faire entendre la voix des détenus dans les prisons d'Assad et dénoncer les crimes du régime d'Assad contre les détenus.
Ces dernières semaines, le régime d'Assad a envoyé des listes de noms de milliers de détenus morts sous la torture dans ses prisons aux services de l'état civil dans les provinces syriennes.
Nadim Houry, Directeur du programme de terrorisme et contre-terrorisme de Human Rights Watch, a déclaré jeudi que ces dernières semaines, des centaines de familles syriennes ont appris que leurs proches disparus dans les centres de détention du Gouvernement étaient morts.
Beaucoup avaient demandé des documents de routine à l'administration syrienne et ont été stupéfaits de constater que les autorités avaient récemment enregistré le décès de leurs proches.
Il ne faut pas permettre au Gouvernement syrien de s'en tirer en commettant davantage de disparitions de masse et de meurtres, a déclaré M. Houry. Les familles de personnes disparues ont le droit de savoir ce qui est arrivé à leurs proches ... Il faut également juger les responsables des disparitions forcées et des morts en détention.
Badr Jamous, Vice-président de la Coalition Nationale Syrienne, a déclaré que les avis de décès du régime d'Assad montrent les nombreux crimes de guerre et crimes contre l'humanité perpétrés dans les centres de détention du régime d'Assad.
Le régime d'Assad se venge de ceux qui se sont révoltés contre son régime, a déclaré M. Jamous, ajoutant que la révélation de ces crimes montre une fois de plus le manque de sérieux du régime d'Assad quant à son engagement avec les Nations Unies et la mise en œuvre des résolutions internationales sur la Syrie.
M. Jamous a appelé la Commission d'enquête internationale sur la Syrie à enquêter sur ces crimes ainsi que sur les milliers de crimes que le régime d'Assad a commis ces dernières années.

3 août 2018 In Coalition News

(02 août) : La Coalition Nationale Syrienne a condamné mercredi le crime commis par le régime d'Assad et les forces russes contre les habitants d'un camp de déplacés internes dans la campagne de Deraa. Le régime n'est pas qualifié pour lutter contre le terrorisme car il est un sponsor et le responsable de sa montée subite.
Dans un communiqué publié mercredi, la Coalition a déclaré que le régime d'Assad, soutenu par l'armée de l'air russe et les milices iraniennes, continue ses attaques criminelles aveugles contre les villes et villages de la campagne de Deraa.
Il commet davantage de massacres et de crimes contre les civils en ciblant des zones peuplées et des camps pour les personnes déplacées. Les civils ont été laissés aux bombardements et aux missiles.
Les avions russes et du régime d'Assad ont bombardé à l'artillerie lourde un camp de personnes déplacées dans la Vallée de Koya (Bassin de Yarmouk, campagne Ouest de Deraa), tuant et blessant des dizaines de personnes.
La Coalition a fermement condamné ce crime et la campagne de bombardements aveugle contre Deraa, soulignant que la lutte contre le terrorisme et les organisations terroristes ne peut pas être menée par un régime qui parraine le terrorisme.
Le régime d'Assad est le principal responsable de l'émergence et de la propagation de ces organisations, dont le Groupe extrémiste Etat Islamique.
La Coalition a appelé les États actifs au sein du Conseil de sécurité de l'ONU à assumer leurs responsabilités face à ces crimes et ce mépris flagrant pour la vie des civils.

2 août 2018 In Coalition News

(01 août) : Dima Moussa, Vice-présidente de la Coalition Nationale Syrienne, a dénoncé les plans récemment proposés par la Russie pour forcer les réfugiés syriens à retourner en Syrie tandis que des millions de Syriens sont déplacés à l'intérieur du pays. Permettre aux personnes qui ont été déplacées de force par les forces du régime d'Assad et leurs alliés de retourner dans leurs régions d'origine doit être une priorité absolue.
Mme Moussa a souligné la nécessité de créer des conditions appropriées pour le retour volontaire et sûr des réfugiés syriens, dénonçant les tentatives visant à les forcer à accepter les conditions du régime d'Assad et à obtenir des autorisations de sécurité du régime pour retourner chez eux.
Les tentatives de Moscou de transformer les réfugiés syriens en personnes déplacées à l'intérieur du pays sont un nouveau crime visant à forcer des millions de réfugiés à retourner en Syrie dans un environnement instable et dangereux.
Les projets de la Russie sont maintenant très clairs; quand elle parle de créer des centres d'hébergement pour recevoir ces réfugiés cela signifie qu'ils ne seront pas autorisés à retourner dans leurs régions d'origine, a souligné Mme Moussa.
Le retour des réfugiés dans des zones autres que leur zone d'origine contribuera aux opérations de changement démographique menées à grandes échelle par le régime d'Assad dans le pays ces dernières années avec le soutien de la Russie et de l'Iran.
Rappelons que les Nations Unies ont fait part de leur profonde préoccupation concernant les déplacements forcés de masse menés dans certaines parties de la Syrie et de leurs répercussions sur la population civile. Eri Kaneko, Porte-parole associée du secrétaire général des Nations Unies, a déclaré mardi que près de 1,2 million de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays au cours de la première moitié de 2018.
Mme Moussa a poursuivi en disant que le refus de ce grand nombre de personnes déplacées de retourner chez elles et dans leurs régions est la preuve de leur peur du régime d'Assad et de l'absence d'un environnement sûr et neutre comme énoncé dans les résolutions internationales pertinentes et toutes les lois internationales sur les droits des réfugiés.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : août 2018