11 septembre 2018 In Coalition News

(10 sept) : Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, s'est entretenu avec l'Envoyé français pour la Syrie François Sénémaud. Ils ont discuté de la violente campagne de bombardements lancée par le régime d'Assad et les forces russes sur les civils à Idleb. Les deux parties ont également discuté des derniers développements politiques, notamment la reprise des pourparlers de Genève sous l'égide de l'ONU.
M. Moustafa a précisé que la Russie bombarde les civils, les hôpitaux et les centres de services, tout en délaissant les zones sous le contrôle de l'Etat Islamique et d'Al Qaïda. Le régime d'Assad et la Russie poursuivent cette stratégie dès le départ avec le but de renforcer le terrorisme et d'écraser la Révolution syrienne.
Il n'y a pas d'autre Idleb pour les civils. Les précédentes opérations militaires lancées par le régime d'Assad et la Russie ont déplacé de force des millions de civils d'Alep, de la Ghouta Est, de Darayya, de Homs, de Qalmoun et de Deraa. Les Russes cherchent maintenant à faire la même chose, mais Idleb est différente des autres régions car elle abrite plus de trois millions de personnes.
Nous avons été les premières victimes du terrorisme. Le terrorisme ne doit pas servir de prétexte pour tuer des civils et modifier le paysage démographique en Syrie, a déclaré M. Moustafa, appelant la France à prendre des mesures adéquates pour protéger les civils à Idleb et empêcher toute opération militaire contre les civils dans la province.
Nous examinons avec sérieux les menaces lancées par le régime d'Assad, la Russie et l'Iran. La colère existe toujours. Si les bombardements se poursuivent, cela entraînera une catastrophe sans précédent.
En ce qui concerne le processus politique et les négociations, M. Moustafa a souligné que le processus doit être complet et ne pas se limiter au processus constitutionnel. Moscou suit cette ligne dans le but de réhabiliter le régime d'Assad et d'empêcher une transition politique complète en Syrie, conformément au Communiqué de Genève de 2012 et à la Résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.
Nous restons engagés dans une solution politique basée sur le Communiqué de Genève de 2012 et la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies. Cependant, le régime d'Assad poursuit une solution militaire sanglante avec le soutien de la Russie et de l'Iran dans le but de reprendre le contrôle de l'ensemble du territoire syrien.
Nous pensons qu'il n'y aura pas de solution sans un accord politique parrainé par l'ONU. Le retour des réfugiés doit faire partie intégrante de la solution politique.
M. Moustafa a souligné que le régime d'Assad refuse toujours de libérer les détenus, citant des informations faisant état de nouvelles arrestations de civils par le régime d'Assad. Le régime d'Assad a récemment commencé à publier des «listes de décès» contenant les noms de milliers de détenus morts sous la torture dans ses prisons.
Pour sa part, M. Sénémaud a déclaré que la France ne voit pas dans la Syrie les conditions pour la création d'un environnement sûr et neutre. Il a réaffirmé la position de son pays de ne pas contribuer aux efforts de reconstruction ou au retour des réfugiés sauf de véritables progrès dans le processus politique. La France a déjà informé les Russes et l'Union européenne de cette position.

11 septembre 2018 In Coalition News

(10 sept) : Le régime d'Assad et les forces russes ont encore intensifié la campagne de bombardements sur les provinces d'Idleb et de Hama, tuant plus de 30 personnes, dont des femmes et des enfants. Plusieurs villes et villages ont été déclarés zones sinistrées suite à la destruction généralisée.
Les activistes locaux ont déclaré que les attaques ont touché de nouvelles zones dimanche, visant principalement des centres civils vitaux. Les frappes aériennes ont détruit l'hôpital Al Lataminah et l'hôpital Nabd Al Hayat, dans la ville de Haas, et ont endommagé le centre de Défense civile de la ville de Khan Sheikhoun.
Les conseils locaux de la campagne Nord de Hama et de la ville de Habeet (campagne d'Idleb), ont déclaré leurs zones «sinistrées» en raison de la destruction massive des infrastructures et des bâtiments résidentiels.
La Coalition Nationale Syrienne a souligné que les forces russes cherchent à répéter le scénario d'agression contre les villes et les villages syriens dans le but de les détruire, de tuer et de déplacer leurs populations. La Russie pense que le scénario qui s'est déroulé à Ghouta Est et à Deraa peut se répéter à Idleb et ses environs grâce au silence de la Communauté Internationale.
Dans un communiqué publié dimanche, la Coalition a accusé la Russie, l'Iran et le régime d'Assad de planifier et de mettre en œuvre une nouvelle série de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité dans le but de déplacer davantage de Syriens et d'achever son projet de changement démographique en Syrie.
La Coalition a appelé toutes les parties de la Communauté Internationale à assumer leurs responsabilités en matière de protection des civils en Syrie et à mettre un terme aux crimes de guerre commis dans le pays.
Nous appelons le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre des mesures immédiates pour faire échouer ces projets avant qu'il ne soit trop tard. Il est impératif que le Conseil adopte d'urgence une résolution condamnant les crimes de la Russie, de l'Iran et du régime d'Assad; s'assure qu'ils s'arrêtent immédiatement; et applique les résolutions de l'ONU sur la Syrie, surtout la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
La Coalition a souligné le droit de l'Armée Libre et de tout le peuple syrien de se défendre par tous les moyens légitimes, en appelant à leur fournir tout le soutien nécessaire pour faire face à cette agression.

9 septembre 2018 In Coalition News

(08 sept) : La Coalition Nationale Syrienne a déclaré que les manifestations anti-régime qui ont frappé vendredi les villes et villages de la province d'Idleb reflètent l'attachement absolu du peuple syrien à ses revendications et soulignent qu'il est prêt à affronter le régime s'il fait un geste imprudent à Idleb.
Dans un communiqué publié vendredi, la Coalition a salué les manifestants qui sont descendus dans les rues de plus de 90 zones dans la province d'Idleb pour dénoncer les menaces d'assaut sur la province lancées par le régime d'Assad. Les manifestants ont également déploré les propos de l'Envoyé de l'ONU pour la Syrie, Staffan De Mistura, estimant qu'il s'agit d'un feu vert pour le meurtre et le déplacement de civils innocents.
Avec ces manifestations, le peuple syrien a envoyé des messages clairs et forts montrant son moral élevé et sa volonté indomptable d'affronter le régime d'Assad à Idleb. Toute démarche imprudente sera très coûteuse au régime Assad et à ses alliés, a déclaré la Coalition.
Agitant le drapeau de la Révolution syrienne, les manifestants ont rappelé rejeter les pseudos réconciliations et accords du régime d'Assad, réaffirmant leur attachement absolu aux principes de la Révolution et à sa poursuite jusqu'à la chute du régime d'Assad. Ils ont également souligné s'opposer à toute forme de terrorisme, rappelant le rôle de l'Armée Libre dans la lutte contre le terrorisme.
Des militants ont auparavant appelé à une manifestation générale après la prière du vendredi. « La résistance est notre choix » vise à démontrer que les combattants révolutionnaires sont prêts à affronter toute action militaire du régime d'Assad et de ses alliés dans la région.
Des manifestants se sont rassemblés dans la plupart des principales places de la ville d'Idleb, brandissant le drapeau de la Révolution syrienne, chantant contre le régime d'Assad et refusant de se rendre.

8 septembre 2018 In Coalition News

(07 sept) : D'importantes manifestations ont balayé les provinces d'Idleb, d'Alep et de Hama en soutien aux civils d'Idleb et pour dénoncer toute action militaire du régime d'Assad et de ses alliés dans la région. Rappelons que la région abrite environ trois millions de civils, dont la moitié ont déjà été déplacés de force d'autres parties de la Syrie.
Les militants ont déclaré que des milliers de personnes ont manifesté après la prière du vendredi dans les campagnes d'Alep, d'Idleb et de Hama en solidarité avec Idleb face aux menaces du régime d'Assad d'attaquer la région et de déplacer ses habitants.
Les manifestants ont brandi le drapeau de la Révolution syrienne et ont appelé à poursuivre la Révolution syrienne pour la liberté et la dignité et la chute du régime d'Assad.
« La résistance est notre choix », ont-ils scandé, soulignant leur volonté de faire face à toute campagne militaire du régime d'Assad et de ses alliés.
Les manifestants ont condamné les propos tenus récemment par l'Envoyé de l'ONU pour la Syrie, Staffan De Mistura. Rappelons que la Coalition Nationale Syrienne a précisé que M. De Mistura a tenu ces propos avant l'attaque prévue par la Russie et le régime d'Assad contre les civils à Idleb.
Les forces du régime ont procédé à des tirs de roquettes sur la ville de Habeet (campagne d'Idleb) vendredi matin.
Les militants ont également rapporté une intense activité des avions de reconnaissance sur Idleb, craignant une reprise des frappes aériennes dans les villes et villages de la région. La Défense civile syrienne a déclaré jeudi que son centre dans la ville d'Al Tamanaa a été mis hors service après avoir été touché par des frappes aériennes.

8 septembre 2018 In Coalition News

(07 sept) : Nasr Hariri, Chef de la Commission de négociations de l'Opposition syrienne, a déclaré que la bataille d'Idleb, si le régime d'Assad et ses alliés poursuivent leurs plans pour attaquer la province, ne sera pas facile. Il a appelé la Communauté Internationale à empêcher de nouveaux crimes contre les civils et à les soutenir dans leur longue bataille contre le régime d'Assad et le terrorisme.
M. Hariri a souligné que les Syriens sont aujourd'hui unis face aux forces du meurtre, de la criminalité et du terrorisme, ajoutant que la bataille d'Idleb ne sera pas facile pour le régime et ses alliés s'ils décident d'attaquer la province.
Le régime d'Assad et ses alliés ont utilisé le terrorisme comme prétexte pour cibler les civils, a ajouté M. Hariri. La Communauté Internationale doit empêcher toute opération militaire contre Idleb. Le monde entier doit faire face aujourd'hui au régime tyrannique et à tous ses alliés.
M. Hariri a appelé à soutenir les combattants révolutionnaires. Le monde doit soutenir les héros qui se sont engagés à défendre leur peuple et leur honneur dans une longue bataille contre le régime et le terrorisme sous toutes ses formes.
Par ailleurs, huit pays européens, dont cinq au Conseil de sécurité de l'ONU, ont lancé jeudi un appel pour la protection des civils à Idleb.
La Belgique, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède ont déclaré être profondément préoccupés par une action militaire dans le Nord-Ouest de la Syrie avec des conséquences humanitaires potentiellement catastrophiques pour les civils.
Une offensive militaire à grande échelle à Idleb mettra en danger la vie de plus de trois millions de civils, dont un million d'enfants, vivant dans la région, a indiqué le communiqué conjoint.
L'Ambassadeur suédois, Olof Skoog, a déclaré que les membres du conseil européen envoient ainsi un message fort aux garants du processus d'Astana avant le sommet de Téhéran.
Les huit pays ont exhorté la Russie, l'Iran et la Turquie à respecter les accords de cessez-le-feu et de désescalade convenus à Idleb, notamment en protégeant les civils en priorité. Ils ont mis en garde contre d'éventuels déplacements de masse et ont rappelé que toute utilisation d'armes chimiques sera totalement inacceptable.

6 septembre 2018 In Coalition News

(06 sept) : Les forces du régime d'Assad ont lancé jeudi d'intenses bombardements dans la campagne Sud d'Idleb, tuant un civil et en blessant beaucoup d'autres. La Coalition Nationale Syrienne a souligné qu'aucune excuse ne peut être donnée au régime d'Assad qui continue de commettre des crimes contre des civils.
Les activistes ont déclaré que des tirs d'artillerie et de roquettes lourdes ont visé les villes d'Al Barisah, d'Al Tih, d'Al Khwayen et d'Al Tamanaa dans la campagne Sud de la province.
La ville d'Altamanaa a également été bombardée par les forces aériennes du régime d'Assad. Les frappes aériennes ont frappé le centre de la Défense civile de la ville, le mettant hors service. Les attentats ont provoqué un exode de civils de la région.
Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition a déclaré que toute tentative de trouver des excuses ou de donner le feu vert à une attaque sur Idleb est inacceptable.
M. Moustafa a également souligné le rôle positif joué par la Turquie pour empêcher une attaque militaire sur Idleb. Nous apprécions les efforts déployés par la Turquie pour prévenir toute violation et pour maintenir la sécurité et la sûreté des civils.

6 septembre 2018 In Coalition News

(05 sept) : La Coalition Nationale Syrienne a appelé la Communauté Internationale à s'attaquer sérieusement à la situation dans la province d'Idleb et à empêcher de nouveaux crimes contre les civils en faisant pression pour garantir le plein respect de l'accord sur les zones de désescalade à Idleb.
Dans un communiqué publié mercredi, la Coalition a condamné le bombardement criminel mené par l'occupation russe et les avions de guerre du régime d'Assad visant plus de 20 villes et villages de la province d'Idleb. Les frappes aériennes ont tué au moins 14 civils et en ont blessé des dizaines d'autres.
La Coalition met en garde contre l'inaction des acteurs internationaux dans la reprise de la campagne de bombardements, notamment en ce qui concerne la protection et la sécurité des civils.
Nous appelons la Communauté Internationale à envoyer un message clair et ferme rejetant toute justification pour les violations de l'accord. Des mesures doivent être prises pour assurer la protection des civils et empêcher toute tentative de justifier le déplacement forcé ou le ciblage de civils à Idleb.
La Coalition rejette toute tentative de justifier ces attaques. Les faits montrent que les groupes de l'Armée Libre ont été les premiers à affronter et à combattre les organisations terroristes en Syrie.
Les civils syriens ont été les premières victimes des actions des organisations que le régime d'Assad a aidé à faire émerger et à se développer.
La Coalition a réitéré, par ses paroles et ses actes, son rejet catégorique de la présence des organisations extrémistes ou des milices sectaires dans toute partie de la Syrie, soulignant la nécessité de les faire sortir immédiatement de la Syrie et de mettre fin à toutes les formes d'occupation étrangère.
La Coalition a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre des mesures immédiates contre cette escalade et à adopter d'urgence une résolution condamnant les crimes et l'agression de la Russie contre le peuple syrien.
Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit forcer la Russie à mettre un terme à son agression et à ses crimes et à ceux du régime d'Assad et à assurer la pleine application de toutes les résolutions sur la Syrie, notamment la Résolution 2254.

5 septembre 2018 In Coalition News

(04 sept) : Abdul Rahman Moustafa, Président de la Coalition Nationale Syrienne, a souligné la nécessité de protéger les civils à Idleb et d'empêcher toute opération militaire dans la région. Les combattants révolutionnaires ont une volonté inébranlable. Le régime d'Assad et ses alliés paieront un lourd tribut s'ils appliquent leur plan d'attaque contre Idleb.
Pour ceux qui placent les droits de l'Homme au sommet de leurs priorités, la sécurité des civils à Idleb doit être la priorité absolue. C'est le cas de la Coalition, a déclaré M. Moustafa à l'agence de presse Anadolu.
Une attaque de grande envergure plane sur Idleb, et aura des «conséquences dévastatrices». Le régime d'Assad et ses alliés poursuivent toujours une solution militaire et cherchent à se soustraire à un engagement politique. Cette stratégie a jusqu'à présent provoqué mort, déplacement, arrestation, disparition forcée de millions de Syriens et destruction du pays. Cette stratégie a également transformé la Syrie en champ de bataille pour les conflits internationaux à plusieurs niveaux.
M. Moustafa a souligné la nécessité de faite face immédiatement à cette stratégie avant de voir une nouvelle catastrophe à Idleb et une nouvelle vague de déplacements sans précédent.
Les tentatives visant à excuser le régime Assad ou à obtenir le feu vert pour attaquer Idleb sont inacceptables. Les civils et les groupes révolutionnaires représentés par le Front de libération nationale à Idleb ont beaucoup travaillé et fait de gros efforts pour faire face à l'extrémisme dans la région. Ils sont également prêts à affronter toute attaque potentielle du régime d'Assad et de ses alliés et à la vaincre.
M. Moustafa a hautement salué le rôle de la Turquie en Syrie, soulignant qu'en tant que pays garant, le rôle de la Turquie est crucial pour protéger Idleb des plans du régime Assad et de ses alliés.
La région d'Idleb est couverte par l'accord sur les zones de désescalade. Des efforts doivent être déployés pour empêcher toute violation de l'accord et maintenir la sécurité et la sûreté des civils.
Commentant les propos de l'Envoyé de l'ONU pour la Syrie, Staffan De Mistura, la semaine dernière sur la situation à Idleb, M. Moustafa a déclaré que les positions de l'Emissaire de l'ONU doivent être cohérentes avec son rôle de médiateur de l'ONU. Ses récentes remarques sont en contradiction avec la nature des tâches qui lui sont confiées.
Il est clair pour toutes les parties que M. De Mistura a violé son mandat en tant que médiateur impartial de l'ONU. Ses propos sapent sa crédibilité. Au lieu de faire des efforts et de faire pression pour affronter les plans du régime, empêcher une attaque contre Idleb et se concentrer sur la relance du processus politique, ses dernières remarques s'alignent aux menaces d'escalade militaire du régime d'Assad et de ses alliés, menaçant la sécurité de plus de trois millions de civils à Idleb.

4 septembre 2018 In Coalition News

Yasser Farhan, Membre de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne et Chef de la Commission nationale pour les détenus et les personnes disparues, a déclaré que le continuel massacre des détenus par le régime d'Assad suscite de vives inquiétudes quant au sort des détenus restants. Le Réseau syrien pour les droits de l'Homme (SNHR) a documenté la mort de 198 détenus sous la torture par le régime d'Assad en août.
M. Farhan a de nouveau appelé les pays amis à former un groupe de pression et à prendre des mesures urgentes pour protéger les détenus contre la torture et les exécutions. Il a également appelé les Nations Unies et ses institutions à faire pression sur le régime d'Assad et ses partisans pour le forcer à donner accès au Comité international de la Croix-Rouge et à des observateurs indépendants dans ses prisons secrètes et publiques et à juger les détenus.
Le Réseau a souligné que les forces du régime d'Assad ont tué 194 détenus sous la torture, dont deux enfants en août. On compte des membres du personnel médical, éducatif et médiatique, ainsi que 13 personnes ayant des liens de famille.
Dans un rapport précédent, le SNHR a publié une liste de noms de 13 000 personnes décédées sous la torture en Syrie depuis mars 2011, principalement par le régime d'Assad. Le régime d'Assad a récemment admis avoir tué 10 000 détenus en publiant des avis de décès.
M. Farhan a souligné que l'insistance du régime d'Assad à commettre davantage de crimes de guerre, de génocide et de crimes contre l'humanité dans ses prisons montre son mépris total pour la Communauté Internationale, les valeurs humaines, les règles juridiques et les résolutions internationales. Le régime cherche à saboter le processus politique, a rappelé M. Farhan, appelant toutes les parties à traiter Assad comme un criminel de guerre et à sauver le peuple syrien des crimes atroces et systématiques du régime.

Home PRESSE Les nouvelles de la Coalition Filtrer les éléments par date : septembre 2018