vendredi, 14 juillet 2017 15:46

Concernant les derniers développements politiques et le cessez-le-feu dans le Sud de la Syrie

Communiqué de presse
Coalition Nationale Syrienne
Organe politique
Le 13 juillet 2017

Après étude du cessez-le-feu annoncé dans le Sud de la Syrie le 07 juillet 2017, la Coalition Nationale Syrienne annonce ce qui suit :

1. Il n'y a pas de substitut à une solution politique globale conformément aux résolutions internationales sur la Syrie, en particulier le Communiqué de Genève de 2012. La Coalition réaffirme son engagement à une solution politique et sa volonté d'assumer ses responsabilités à cet égard. La Coalition croit qu'il est inutile de continuer avec des solutions partielles prises en dehors du cadre des Nations Unies et de ses résolutions sur la Syrie. Il est inacceptable que le peuple syrien et ses représentants légitimes aient été exclus du cadre des accords et négociations qui affectent la souveraineté de la Syrie et son avenir.

2. Le peuple syrien et sa Révolution contre le régime terroriste meurtrier ont été les plus touchés par le terrorisme et les diverses organisations terroristes. L'Armée Libre et d'autres groupes révolutionnaires ont résisté à l'Etat Islamique (EI) et à d'autres groupes extrémistes ainsi qu'au régime d'Assad et à ses milices sectaires apportées en Syrie. Ils ont fait et continuent de faire d'énormes sacrifices.
La Coalition souligne que la guerre contre l'EI et Al Qaïda ainsi que l'élimination des diverses formes d'extrémisme et de terrorisme en Syrie et dans la région est un objectif stratégique pour le peuple syrien. Cependant, la lutte contre le terrorisme ne peut être atteinte sans s'attaquer aux causes profondes du terrorisme, à savoir ; le renversement du régime despotique et corrompu et la réalisation d'une solution politique qui réponde aux revendications du peuple syrien pour la liberté et un système démocratique pluraliste en Syrie.
La lutte contre le terrorisme doit être réalisée en même temps que l'application des résolutions internationales pour une solution politique qui est encore rejetée par le régime tyrannique. La lutte contre le terrorisme doit être complémentaire de la solution solution.

3. Les derniers développements dans notre pays ont marqué un changement significatif dans les positions des pays qui prétendent être des amis des Syriens en termes de vision de la solution politique et de son calendrier. Ces développements ont également signalé un changement dans les positions de ces pays vis-à-vis du Chef du régime et de ses piliers dans une tentative claire de réhabiliter le régime sous l'excuse de la lutte contre le terrorisme.

4. Tout accord qui mène à la fin de la violence et des meurtres contre le peuple syrien et la destruction de leur patrie est une étape positive. Cependant, cette étape doit couvrir tout le territoire syrien et doit être renforcée par un mécanisme de suivi strict et le jugement des violateurs. Cette étape doit également garantir la levée des sièges sur les villes et villages en Syrie ; l'acheminement des convois d'aide des Nations Unies ; la libération de tous les détenus ; des informations sur le sort des personnes disparues ; le retrait de toutes les milices étrangères du territoire syrien ; et le retour des personnes déplacées et des réfugiés chez eux. Cette étape n'est nullement séparable de la solution politique globale, ni indépendante de celle-ci.

5. Nous sommes profondément préoccupés et avons des réserves concernant le cessez-le-feu convenu dans le Sud, même si les parrains prétendent que l'Iran n'y a pas participé en tant que garant.
L'accord risque:
    A- de créer un fossé entre les zones libérées au Nord et au Sud. L'accord a déjà séparé les groupes de l'Armée Libre du Sud de ceux du Nord;
    B - d'instaurer une voie autre que le processus de Genève et le parrainage des Nations Unies;
    C- de consolider les différentes zones d'influence dans notre pays, ouvrant ainsi la voie à la création d'entités inacceptables qui menacent l'intégrité territoriale de la Syrie et risquent d'imposer un fait accompli;
    D- Cet accord, ainsi que d'autres accords similaires, devrait jeter les bases d'une solution politique globale. Les États-Unis et la Russie, les parrains du processus politique, doivent s'entendre non seulement sur un accord aussi limité, mais aussi pour parvenir à une solution politique conformément aux résolutions internationales, obliger le régime meurtrier d'Assad à respecter ces résolutions et à mettre mettre fin à la tragédie du peuple syrien grâce à une transition politique vers un nouveau système de règles. Ce système de règle doit être basé sur la création d'un État civil démocratique qui garantisse l'égalité pour tous les Syriens sur la base de la citoyenneté et d'une constitution rédigée par les Syriens eux-mêmes et approuvée par référendum.

6. La Coalition n'accepte pas d'être exclue des accords conclus en Syrie et de tout rôle dans l'administration des zones qui sont libérées des groupes terroristes. La Coalition et ses institutions soulignent qu'elles sont le seul parti autorisé et capable de s'acquitter de la tâche d'administrer les zones libérées des groupes terroristes, de fournir des services et de préserver les institutions de l'État. Il est temps de rétablir notre décision nationale et de participer activement à tout ce qui est lié à la détermination du sort de notre pays.

Home PRESSE Communiqués de presse Concernant les derniers développements politiques et le cessez-le-feu dans le Sud de la Syrie