samedi, 03 août 2013 13:51

Le camp de refugies zaatari un an apres la creation de la cinquieme plus grande ville de jordanie…

LE CAMP DE REFUGIES ZAATARI
UN AN APRES LA CREATION DE LA CINQUIEME PLUS GRANDE VILLE DE JORDANIE…

 
Vue aérienne d’une partie du camp Zaatari.
Vue aérienne d’une partie du camp Zaatari.
 
Camp Zaatari:
  • camp de réfugiés syriens en Jordanie
  • crée en juillet 2012
  • situé à 20 km à l'est de la ville de Mafraq au nord-est de la Jordanie
  • d’une superficie de 5218 acres.
Un an après l’ouverture du Camp Zaatari:
  • deuxième plus grand camp de réfugiés au monde (réseau des droits humains syrien)
  • plus de 175 000 réfugiés
  • composé principalement de personnes âgées et de jeunes enfants nécessitant des aides humanitaires et une prise en charge avant que leur état ne s’aggrave
  • 75 000 femmes et 45 000 enfants. 
Les aides :
  • grave pénurie alimentaire
  • disparition des initiatives individuelles pour aider dans la distribution des aides humanitaires à l’intérieur du camp
  • niveaux de services minimums déplorables dans le camp
  • des groupes de voyous contrôlent le camp et l’introduction clandestine de syriens à l’intérieur du camp ainsi que leur sortie
  • les résidents du camp souffrent de conditions de vie extrêmement difficiles
  • le camp est une ville en termes de marchés et de services mais reste un campement insalubre
  • les fournitures sont rares 
  • les conditions de jeûne sont difficiles
  • la distribution de fournitures comme les vêtements et d’autres matériaux non alimentaires durant ce mois de Ramadan est effectuée par le Comité Norvégien Pour Les Réfugiés  (organisation responsable du centre de distribution principal),  « Acted, UNICEF et CNRC » (contrôle les critères pour la distribution), ainsi que d’autres organisations.
Voici le témoignage d’un réfugié syrien dans le camp, père de 3 enfants, qui rapporte le manque d’aide et leur mauvaise répartition : « Chaque jour qui passe dans le camp voit les aides diminuer, et même durant ce mois béni qu’est le Ramadan. Il ne nous reste uniquement que des dattes de l’approvisionnement qui nous a été distribué. Il n'y a pas d'eau froide. Il faut savoir que la plupart des résidents du camp vivent dans des tentes où il n'y a pas d'électricité, contrairement aux caravanes qui fournissent de l'électricité, donc je peux vous affirmer que la plupart des habitants des tentes ne peuvent pas jeûner, en particulier les personnes âgées et les enfants, à cause de l'intensité de la chaleur et de la poussière dans l'air ».
 
Une campagne nationale saoudienne pour le soulagement des réfugiés syriens en Jordanie, en collaboration avec le Le Programme Alimentaire Mondial de l'ONU (PAM) et l’organisation Save the Children, a permis la distribution dans les premiers jours du mois de Ramadan de 15 000 colis alimentaires sur les 50 000 de prévus. Le directeur du bureau de campagne en Jordanie, Saad Al Swaid, a déclaré : « Le travail est actuellement en cours afin de lister les familles en dehors du camp Zaatari, dans le but de distribuer les colis alimentaires du mois de Ramadan, et dont le chiffre est estimé 20 000 familles syriennes ».
L'eau potable :
  • pollution de l'eau
  • eau non potable
  • envoi d’un échantillon de l'eau au laboratoire pour voir les résultats et prendre les mesures appropriées.
Les écoles :
  • grave pénurie dans l’enseignement et au sein des écoles de fortune
  • 2 écoles qui accueillent plus de 4 000 enfants, à savoir :
    • une école du Bahreïn comprenant 2 sections avec environ 800 enfants par section
    • une école saoudienne, en collaboration avec l'UNICEF, plus grande que la première.
Nous rappelons qu’un grand nombre d'enfants sont privés d’enseignement en raison des conditions de vie misérables et du manque d'espace capable de les accueillir, ce qui a pour conséquence le travail d’enfants dans des magasins du camp Zaatari.

Les hôpitaux Les hôpitaux :
  • le camp a dépassé sa capacité d’accueil
  • le camp dispose d'un certain nombre d'hôpitaux (un hôpital marocain, 2 hôpitaux saoudiens, un hôpital italien, un hôpital jordanien, un hôpital Médecins Sans Frontières, un hôpital français et un hôpital émirati)
  • les tentes font office de centres de santé
  • les services de santé sont en très mauvais état
  • ces tentes appelées « hôpitaux » souffrent d'une grave pénurie de médicaments et de personnel médical
  • fort taux de cas déclarés d'hépatite parmi les réfugiés syriens
  • durant les mois d’avril et de mai 7 cas de SIDA ont été sortis du camp afin d’être soignés
  • des sources médicales ont rapporté que les autorités jordaniennes ont enregistré une dizaine d'autres cas causés par des transfusions sanguines entre les personnes
  • nombreux décès dus à la propagation de maladies dangereuses telles que la tuberculose, la rougeole et d'autres maladies infectieuses
  • transmission rapide des épidémies à travers la nourriture, la respiration et la surpopulation
  • Médecins Sans Frontières a mis en garde contre une aggravation de la situation sanitaire des réfugiés syriens du camp
  • la pollution de l’eau semble être la principale cause de maladies dans le camp
  • présence importante d’infections respiratoires chez les enfants, comme des angines et des bronchites
  • les cliniques ne sont pas suffisantes pour satisfaire la prise en charge de tous les résidents du camp Zaatari
  • surpopulation des centres de santé.
Le mariage et l’exploitation sexuelle :
  • émergence d’un phénomène social qui porte le nom de « mariage d’aide » qui vise à épouser des filles syriennes, même mineures, sous le prétexte de les aider à faire face à la situation (1)
  • augmentation de mariages secrets
  • une circulaire du Ministère de l’Intérieur de Jordanie cite : « Tout contrat de mariage fait en dehors des tribunaux sera considéré juridiquement caduc, et le mari sera tenu responsable de cet acte »
  • le coordinateur général des réfugiés syriens nie la présence de ce phénomène à l’intérieur du camp
  • des jeunes filles auraient été contraintes de se marier avec des jordaniens ou des hommes venant des pays du Golfe et des cas d’enlèvement de jeunes réfugiées ont été signalés (2)
  • des rapports ont rapporté des histoires liées à la prostitution (3), tandis que d'autres sources les ont catégoriquement niées (4)
  • Andrew Harper, président du Bureau de l'ONU pour les réfugiés en Jordanie dit « Nous avons vu aucune preuve quant à une activité de prostitution dans le camp, mais nous avons entendu des rumeurs à ce sujet. Compte tenu des risques qui entourent les dames, et avec le nombre croissant de réfugiés dans le camp avec un manque de ressources, il ne faut pas exclure que certaines d'entre elles ont tendance à se livrer à de telles choses ».
Le rôle de l’ONU :
L’Organisation des Nations Unies est présente à différents niveaux :
  • elle supervise les installations à l’intérieur du camp
  • elle fournit l’électricité
  • elle fournit les tentes
  • elle prépare le terrain,
  • elle met en place des écoles
Selon le coordinateur général pour les réfugiés syriens, l'assainissement de l’eau est une question importante et grave et nécessite une grande somme d'argent pour que l’eau ne soit pas une source de contamination souterraine.
 
L’ONU couvre les frais de 300 réservoirs d’eaux usées et de 300 réservoirs pour le camp.

Références :
Home PRESSE Rapports Le camp de refugies zaatari un an apres la creation de la cinquieme plus grande ville de jordanie…