jeudi, 01 août 2013 13:59

Le Hezbollah sur la liste terroriste de l'Union Européenne

Le Hezbollah :

  • Parti politique et militaire.
  • Mouvement politique chiite libanais.
  • Fondé en juin 1982 mais révélé publiquement en février 1985.
  • Mouvement de résistance armée créé en réaction à l'invasion israélienne du Liban en 1982.
  • Parti politique officiel au Liban, le Hezbollah est diversement perçu par la Communauté Internationale.
  • Parti classé comme un mouvement de résistance par certains et une organisation terroriste par d’autres.
  • Concurrence l'armée libanaise grâce à sa branche armée.
  • A infligé de lourdes pertes à ​​Israël en 2006 et est une menace existentielle pour Israël en tant qu'Etat.



Liens avec l’Iran :

  • La filiation du Hezbollah avec l'Iran est historique.
  • La Révolution islamique en Iran en 1979, dirigée par Rouhollah Khomeini, offre une forte impulsion à la croissance du Hezbollah, créant un lien sectaire et politique entre les deux parties.
  • L'Iran soutient le Hezbollah en moyens financiers et en armes, il est son principal donateur et selon certaines sources influence ses décisions.
  • Le Guide de la Révolution intervient sur les décisions stratégiques, mais permet surtout aux dirigeants locaux d’asseoir leur légitimité, leur permettant ainsi de faire face aux oppositions internes.
  • Plus directement, l'Iran garde une influence sur les agences de sécurité et de renseignement du Hezbollah.
  • Malgré le soutien politique et financier reçu par l'Iran, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, affirme que « cela ne signifie pas que le parti est le parti des Iraniens sur le territoire libanais».

Financement :

  • En 1990 le soutien iranien s'élèvait à près de 3,5 millions de dollars selon certaines estimations, 50 millions en 1991, 120 millions en 1992 et 160 millions en 1993.
  • Selon certaines sources le soutien budgétaire au Hezbollah a atteint 280 millions d'euros sous l’ère de Rafsandjani (président iranien de 1989 à 1997).
  • Selon l'Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient le Hezbollah est financé à hauteur minimale de 100 millions de dollars par l’Iran (1).
  • De nombreux diplomates et analystes occidentaux au Liban affirment que le Hezbollah reçoit environ 200 millions de dollars annuellement.
  • Les analystes israéliens estiment que, dans les années qui suivirent la Seconde Guerre du Liban, Téhéran a envoyé entre 200 et 300 millions de dollars par an aux hommes du Hezbollah.
  • Cet important financement permit au parti de s’élargir militairement et d’obtenir une importante fidélité et un dévouement du peuple.
  • Ainsi ont commencé à apparaître successivement des établissements de santé, des affiliations sociales et éducatives du parti.

Activités économiques…et autres :

  • Commerce de l'automobile, placements immobiliers, actions et autres entreprises légales.
  • Le Hezbollah possède également un vaste réseau mondial de collecte de fonds.
  • Large éventail d'activités illicites dans le monde : contrefaçon monétaire, de documents, de biens et également escroqueries par cartes de crédit, blanchiment d'argent, contrebande d'armes, trafic de drogue et trafic de diamant.
  • Activités économiques en Amérique du Sud et au Mexique, et selon des sources des activités de trafic de drogue et de diamant.
  • En Afrique de l'Ouest, le Hezbollah a un quasi « monopole » dans le commerce des diamants et les autres métaux.
  • Depuis la chute du colonel Mouammar Kadhafi (Libye) le Hezbollah chiite, à la demande de l’Iran, tente d’entrer en Libye et dans les pays d'Afrique du Nord en vue d'exploiter le potentiel économique.
  • En termes d'activités économiques, les agents du Hezbollah travaillent dans le sud de la Libye dans la contrebande d'armes, de carburant et d'autres produits.
  • Activités illégales similaires à différents endroits tels que le Bénin, le Venezuela, les Etats-Unis, le Colombie, le Liban, le Panama, l’Afrique de l'Ouest, l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et bien d ‘autres.
  • Vente de cocaïne en Europe et au Moyen-Orient pour un montant de 200 millions de dollars par mois.

Organisation du parti :

  • Dirigeants (conseil constitutionnel) : Hassan Nasrallah (un des membres le plus important et connu), Mustafa Badr Al Din (le deuxième homme du parti et le responsable des affaires privées liées à la sécurité) et Imad Mugniyah (mort dans un attentat à la bombe à Damas en 2008).
  • Un des hommes le plus important du Hezbollah aussi : Wafiq Safa le chef des forces spéciales de sécurité et du dispositif d'information du Hezbollah.
  • Talal Chahine : président des conseillers de la branche de la sécurité au Hezbollah. Il est responsable du commandement des opérations spéciales terroristes dans le monde.
  • Conseil consultatif exécutif : 7 membres, responsabilité du suivi des autres activités du parti économiques, sociaux et environnementaux.
  • Conseil politique.
  • Conseil militaire.
  • Conseil de la magistrature.
  • Conseil exécutif.
  • Prise des décisions par un vote à la majorité.

Un parti de « résistance » :

  • A vu le jour pour une «résistance armée» face à l’invasion israélienne du Liban en 1982.
  • Mise en place d’une idéologie de résistance à l’occupation par le parti.
  • Célébrité précoce dans le monde arabe : attaque du quartier général des forces américaines et françaises à Beyrouth en Octobre 1983 tuant 241 soldats américains et 58 parachutistes français et 6 civils libanais.

Intervention du Hezbollah dans la crise syrienne :

  • Le régime syrien apporte un soutien politique, matériel et moral continu au Hezbollah.
  • Le Hezbollah a soutenu le régime d’Assad dès le début de la répression des manifestations en 2011.
  • La milice chiite libanaise aurait envoyé, au début du conflit, près de 7 000 combattants (4 000 d'entre eux à Al Qusseir (Homs), 2 000 combattants dans la campagne de Damas et environ 1 000 soldats à la campagne de Lattaquié) dans le but de «mater » les révolutionnaires sunnites (2).
  • Ce chiffre est en augmentation constante et les soldats du Hezbollah sont maintenant présents dans toute la Syrie, et tout particulièrement Homs et Damas (Jobar, Ghouta Est, Sayeda Zeinab, et bien d’autres).

Sur la liste des organisations terroristes :

  • Les États-Unis ont mis le Hezbollah sur la liste des «organisations terroristes» à cause de ses attaques contre Israël, de l'attentat contre le quartier général des forces américaines et françaises à Beyrouth, et d’une série d'enlèvements d'otages occidentaux durant la guerre du Liban 1982.
  • Israël, le Canada et les Pays-Bas considèrent également le Hezbollah comme une organisation terroriste.
  • Le Royaume-Uni considère uniquement l’aile militaire du parti comme organisation terroriste.
  • Tandis que l’Australie considère l’Organisation de la sécurité extérieure du Hezbollah une organisation terroriste.
  • Le Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG) a récemment classé le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.
  • Selon le Département d'Etat américain, le Hezbollah envisagerait des attentats en Asie de l'Est, en Europe et en Afrique.

Les raisons d’un refus européen de mettre le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes :

  • L'Autriche et la République tchèque : les plus réticents « craignant que cette décision entraîne une déstabilisation du Liban qui subit des crises politiques et, plus récemment, la crise syrienne. De plus la distinction entre l’aile militaire et l’aile politique du parti sera difficile si la décision de mettre le parti sur la liste du terrorisme européen est voté ».
  • Mais l’Autriche aurait également des liens économiques avec l’Iran (les échanges économiques entre les deux parties s'élèveraient à environ un milliard de dollars) (3).
  • De même pour l'Italie qui a de forts liens économiques avec l'Iran. Des entreprises italiennes sont présentes dans les sites pétroliers iraniens.
  • Des payes européens ont fait part de leur peur qu’une telle décision puisse favoriser des actes de répressions terroristes contre les pays européens ou leurs ressortissants.
  • Le lundi 22 juillet 20132, lors d’une réunion à Bruxelles, l’Union Européenne a décider de mettre l'aile militaire du Hezbollah sur la liste noire du terrorisme, ce qui constitue un changement politique majeur qui soulève les craintes des activités du Hezbollah en Europe.
  • La Grande-Bretagne tentait de convaincre ses partenaires de l'Union européenne depuis mai d’une telle décision avançant des preuves de l’implication du Hezbollah dans l'attentat contre un bus en Bulgarie l'année dernière, et des activités terroristes à Chypre.
  • Le gouvernement libanais avait demandé de ne pas inclure le Hezbollah sur la liste du terrorisme européen sous prétexte que le parti constituait une composante essentielle de la société libanaise.

REFERENCES :

  1. Financement du Hezbollah.
  2. L’Armée Libre attrape un grand nombre se soldats du Hezbollah.
  3. arabic.farsnews.com
Home PRESSE Rapports Le Hezbollah sur la liste terroriste de l'Union Européenne